Bâtiment : c'est quoi le BIM GEM, testé à la gare de Toulouse ?

Afin d'avoir ses plus grandes gares de France à la qualité de service irréprochable, la SNCF s'est mis à développer l'entretien de son patrimoine immobilier par une méthode innovante. Cette dernière, qui s'apparente à un jumeau numérique développée en partenariat avec Dalkia et une entreprise lilloise, a été tout d'abord expérimentée sur la gare de Toulouse. Désormais, l'objectif pour le trio est d'industrialiser cette révolution numérique du bâtiment nommée BIM GEM, la version 2.0 du BIM quant à lui plus connu.

5 mn

La gare Toulouse Matabiau est la première gare test en France pour la technologie du BIM GEM.
La gare Toulouse Matabiau est la première gare test en France pour la technologie du BIM GEM. (Crédits : SNCF Gares et Connexions)

Le train 8410 à destination du BIM GEM entre en gare de Toulouse Matabiau, premier arrêt de ce train. Après avoir conquis plusieurs promoteurs immobiliers, comme LP Promotion ou encore GA Smart Building, c'est au tour de SNCF Gares et Connexions (le gestionnaire au quotidien du patrimoine immobilier de l'opérateur ferroviaire) d'adopter concrètement le Building information modeling (BIM).

Lire aussi 4 mnAvec sa stratégie BIM, le promoteur immobilier toulousain LP Promotion distingué

Pour mémoire, cette appellation abrite à travers cet anglicisme une sorte de jumeau numérique d'un bâtiment dans ses moindres détails, de la place de chaque tuyau à la composition du plafond, en passant par l'emplacement de chaque équipement divers et varié. Une maquette en 3D partagée entre tous les corps de métiers qui interviennent sur le bâtiment, notamment lors de sa phase de construction, afin d'être le plus efficace possible dans le temps.

Une pratique que la SNCF a souhaité adopter plus largement ces derniers mois. "Cela fait cinq ans que nous développons en interne cette méthode du BIM. Nous souhaitons construire cette conduite du changement numérique au sein de la filière bâtiment et sortir de l'expérimentation ce concept", justifie Henri Vignoles, le chef de projet BIM au sein de SNCF Gares et Connexion. "Le nombre de BIM a été multiplié par deux entre 2013 et 2016 et ils ont augmenté de +30% entre 2016 et 2018", souligne auprès de La Tribune Sylvie Jéhanno, la directrice générale de Dalkia.

C'est d'ailleurs avec la filiale de EDF que l'opérateur ferroviaire français compte atteindre les objectifs qui sont les siens dans le cadre de la charte BIM 2022. Ce document, signé par plusieurs entités, doit favoriser la transition numérique dans le bâtiment d'ici 2022.

Déploiement dans les principales gares dans un premier temps

SNCF Gares & Connexions, Dalkia et la société lilloise Stereograph ont ainsi fait le choix de développer une relation partenariale et de sortir des relations client/fournisseur habituelles en signant un contrat d'innovation public-privé, d'une durée de 12 ans. Cette association de long terme doit permettre de développer et répandre un BIM... GEM sur 122 gares en France, dans un premier temps.

"Nous récupérons la maquette BIM une fois qu'elle existe et nous utilisons celle-ci pour gérer la vie du bâtiment au quotidien. Nous exploitons ainsi la maquette au service de la gestion de patrimoine, de l'exploitation et de la maintenance (GEM). Elle permet d'optimiser la gestion de la maintenance d'un bâtiment sur par exemple la climatisation, l'éclairage ou les éventuels travaux à mener", explique Sylvie Jéhanno.

Lire aussi 4 mnSmart building : la startup MerciYanis lève un million d'euros et rêve d'Europe

Au total, ce sont 49 paramètres et fonctionnalités qui ont été développés par le trio pour une optimisation énergétique des locaux en question, mais plus globalement une optimisation de chaque bâtiment à tous les niveaux. Une version 2.0 du BIM qui est testée depuis 2020 sur la gare historique de Toulouse Matabiau et celle de Nîmes, plus récente, avant une entrée en service sur la région de Bretagne au cours de l'année 2021. Au final, ce sont 122 gares françaises qui vont bénéficier de l'apport de la technologie du BIM GEM.

"Pour commencer, il fallait un premier cadre et ces 122 gares représentent 50 à 60 % de notre trafic national. Si c'est efficace, cela ne nous empêchera pas d'aller plus loin (...) Avec ce projet, notre ambition est de hisser nos gares vers un haut niveau d'hospitalité pour nos clients", justifie Marlène Dolveck, la directrice générale de Gares et Connexions.

Une plateforme de données commune aux gares françaises

Pour ce faire, les 122 maquettes BIM GEM créées à terme et leurs données seront concentrées dans une seule et même base de données afin de communiquer entre elles.

"C'est un service aux personnes qui gèrent les gares au quotidien avec des conséquences positives pour leurs utilisateurs, via cette base de données vivante. Mais nous ne sommes qu'au début de l'histoire de ce produit que nous voulons déployer plus largement. Tout l'enjeu sera de l'industrialiser", détaille Sylvie Jéhanno, la dirigeante de Dalkia.

"La mutualisation des données, et c'est tout l'enjeu de cette collaboration à savoir son échelle d'application, sera d'avoir des bénéfices directs sur la maintenance. Par exemple, si nous changeons trois pompes à chaleur en peu de temps dans différentes gares en raison de pannes récurrentes, il faut que le logiciel soit capable de nous alerter en nous faisant savoir que le modèle de pompe à chaleur remplacé est encore présent dans deux autres gares et qu'il faut les changer en prévision. Nous devons anticiper la vie de notre patrimoine avec le BIM GEM et non plus être en réaction à la panne", illustre Henri Vignoles, le monsieur BIM de la SNCF.

Lire aussi 4 mnLe train à hydrogène va être testé près de Toulouse

En attendant la mutation de sa flotte dans les années à venir sur les rails français avec l'arrivée future du train à hydrogène, la branche SNCF Gares et Connexion, de l'aveu de sa directrice générale Marlène Dolveck, va devoir aussi muter ses équipes. Il est ainsi prévu que des BIM data managers et des ingénieurs spécialisés rejoignent les rangs de l'opérateur français.

Lire aussi 1 mnMarlène Dolveck, SNCF Gares & Connexions : "pour que les gens préfèrent prendre le train, il faut d'abord qu'ils aient envie d'aller dans les gares"

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.