Airbus vise pour 2021 le premier vol de son E-Fan X

 |   |  909  mots
Pour tester cet appareil muni d’un seul réacteur électrique sur quatre, les ingénieurs vont utiliser un avion de taille moyenne, un BAe 146, doté de 100 places.
Pour tester cet appareil muni d’un seul réacteur électrique sur quatre, les ingénieurs vont utiliser un avion de taille moyenne, un BAe 146, doté de 100 places. (Crédits : [AIRBUS GROUP/CAPA/CYRIL ABAD])
Après avoir abandonné l’idée d’un avion tout électrique, l’avionneur européen planche sur un démonstrateur hybride. Ce savoir-faire pourrait être intégré à terme dans ses futurs aéronefs.

Dans la course à l'avion plus "vert", Airbus planche depuis des années sur une solution électrique. Lors de l'édition 2013 du Bourget, l'avionneur avait présenté l'EFan, un projet d'avion-école biplace à propulsion électrique alimenté par des batteries au lithium-ion. Un premier prototype avait réussi à traverser la Manche et une usine d'assemblage devait être construite à Pau. Mais en novembre 2017, Airbus a annoncé l'arrêt des recherches sur un avion tout électrique pour se concentrer sur une solution hybride baptisée E-Fan X.

"Nous voyons dans la propulsion hybride une technologie convaincante pour l'avenir de l'aviation. Les leçons que nous avons tirées d'un long passé de démonstrateurs de vol électriques, qui a commencé par le Cri-Cri, puis l'e-Genius et l'EStar et a atteint son apogée avec l'E-Fan 1.2, associées aux fruits de la collaboration d'E-Aircraft Systems House avec Siemens, ouvriront la voie à un avion commercial monocouloir hybride sûr, efficient et économique", indiquait Paul Eremenko, qui était alors Chief Technology Officer chez Airbus.

Tester la technologie en conditions réelles

Au lieu de concevoir un nouvel appareil tout électrique, l'idée est désormais de créer un
démonstrateur pour tester la technologie hybride et l'intégrer à terme dans les futurs
aéronefs.

"L'E-Fan X est un pur banc d'essai volant qui a pour but de faire arriver plus rapidement à maturité des briques technologiques. L'intérêt est de tester où les systèmes électriques apportent le plus de bénéfices, en matière de réduction de la consommation de carburant par exemple, pour les intégrer dans de futurs produits", avance Olivier Maillard, le directeur du programme.

Pour tester l'E-Fan X, les ingénieurs vont utiliser un avion de taille moyenne, un BAe 146, où l'un des quatre réacteurs sera remplacé par un moteur électrique d'une puissance de deux mégawatts. Alors que le premier prototype tout électrique E-Fan était conçu pour accueillir seulement deux personnes, l'appareil est doté de 100 places. "Nous voulons être prêts à pouvoir intégrer ces technologies sur des plateformes de type A320 où l'on pourrait imaginer à terme une hybridation", explique le responsable du programme. Au lancement du projet, il était envisagé de remplacer un second réacteur.

"La maturité technique acquise a permis de voir qu'à l'échelle de cette plateforme il serait déraisonnable d'en mettre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 8:37 :
Comme l'économie liée à l'aviation a prit brusquement un coup de vieux depuis la réaction des suédois, on la voit toute pataude, incapable d'innover, ça la traine, exposant son incapacité à avoir de nouvelles idées on ne peut que déplorer une propagande via les médias de masse en faveur de l'avion et c'est tout, aucune profonde remise en question à l'image de toute notre économie tenue en otage par des actionnaires milliardaires conservateurs incapables de se renouveler leur aliénation condamnant tacitement l'humanité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :