Guerre en Ukraine : en Occitanie, le recrutement des cadres perturbé

Selon l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), le recrutement de ces derniers en Occitanie sur l'année 2022 s'annonce perturbé par la guerre en Ukraine. Une situation regrettable alors que l'année actuelle se présentait comme un excellent cru proche des records de 2019. Les détails.

4 mn

Le recrutement des cadres en Occitanie s'annonce ralenti par la guerre en Ukraine.
Le recrutement des cadres en Occitanie s'annonce ralenti par la guerre en Ukraine.

Si les conséquences de la guerre en Ukraine sont tout d'abord perceptibles sur le plan macroéconomique, elles le sont aussi sur le volet microéconomique. L'association pour l'emploi des cadres (Apec) en Occitanie révèle, jeudi 28 avril, que ce conflit géopolitique perturbe le recrutement des cadres sur la région, mais aussi en France.

Selon son enquête annuel sur les besoins des employeurs, l'organisme avance que 15.700 recrutements de cadres sont prévus en Occitanie au cours de l'année. Mais cette statistique est belle et bien une V2. "Nous sommes à +5% de recrutements sur la région par rapport à l'année 2021 dans nos prévisions révisées, alors qu'initialement ce chiffre était de +8%. Nous avons perdu trois points", confirme Carole Fistahl, la délégué régionale de l'Apec en Occitanie.

Lire aussi 5 mnEmploi : 280 000 recrutements prévus en Occitanie en 2022, un record à nuancer

Pour en arriver à de telles conclusions, l'organisme sonde chaque année 8.000 entreprises en France dont près de 700 dans la région occitane, entre novembre et janvier. Mais avec le début du conflit russo-ukrainien, l'acteur en faveur de l'emploi a préféré sonder à nouveau en catastrophe les sociétés avant de publier toute tendance.

"Il y a une perte de confiance relative des entreprises avec la situation géopolitique. Néanmoins, avec ce contexte, nous observons un léger fléchissement des recrutements pour 2022, mais les intentions pour cette année restent très rassurantes", poursuit la dirigeante.

Un cru 2022 qui s'annonçait meilleur que 2019 ?

Avec 15.700 cadres potentiellement recrutés en 2022 sur l'Occitanie, nous restons "sur une nette reprise du marché", d'après Carole Fistahl. En 2021, les entreprises régionales avaient bouclé 14.960 recrutements. À titre de comparaison, c'est +33% par rapport à 2020, année chamboulée par le confinement et c'est -1% par rapport à 2019. "On tutoie les niveaux de 2019, qui était exceptionnelle voire une année record pour le recrutement", tient à rappeler la délégué régionale pour souligner la reprise.

Avant les inquiétudes générées par la crise ukrainienne, le premier trimestre laissait présager là aussi une année record sur le recrutement des cadres en 2022. Pas moins de 12.269 annonces ont été déposées sur le site de l'Apec, pour l'Occitanie, soit +16% en comparaison avec les trois premiers mois de l'année 2019 (10.557).

Majoritairement menés par des PME (trois quarts), ces recrutements concernent prioritairement, et sans surprise, les activités informatiques (pour près de 2.300), l'ingénierie (2.000) ou encore des activités de conseil et gestion des entreprises (800). Seule ombre au tableau, huit entreprises sur dix anticipent d'importantes difficultés de recrutement dans les trois mois à venir.

Lire aussi 8 mnEmploi à Toulouse : près de 11.000 intentions d'embauche recensées pour 2022, mais rareté des candidats (1/5)

Les jeunes en profitent

Si La Tribune a relevé une grande augmentation de cette donnée entre 2021 et 2022 sur le marché de l'emploi toulousain, tout comme Pole Emploi dans sa BMO annuelle pour l'Occitanie, pour ce qui est de l'Apec et le recrutement des cadres elle reste stable, bien qu'elle soit déjà à un plateau très élevé.

Cette tension dans les recrutements, qui mène parfois à une surenchère démesurée des salaires sur des postes clés comme les développeurs, profite aux néo-diplômés ou aux jeunes cadres avec peu d'expérience (un à cinq ans). Sur les près de 15.000 recrutements bouclés en Occitanie en 2021, un sur deux a concerné ce genre de profil. Malgré les craintes d'une génération sacrifiée à la sortie de la crise sanitaire. Un argument peu audible désormais ?

À noter également que sur l'ensemble des recrutements de cadre réalisés l'année passée, pas moins de 49% se concentraient uniquement sur la Ville rose, tandis que Montpellier en réceptionnait 25%. Au total, l'Occitanie héberge aujourd'hui 7% des cadres du pays.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.