En meeting à Toulouse, François Fillon veut rassembler à 3 jours des élections pour l'UMP

François Fillon a choisi Toulouse pour son dernier grand meeting avant le vote des militants, dimanche, pour désigner le futur président de l'UMP. Devant un millier de militants réunis, jeudi 15 novembre, salle Mermoz, l'ancien premier ministre a exprimé sa position sur le mariage homosexuel, l'euthanasie ou la politique en matière d'immigration. Il a aussi dénoncé la politique économique d'un gouvernement « d'amateurs » et d'un président « sectaire ».

4 mn

François Fillon est candidat à la présidence de l'UMP contre l'actuel Secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé
François Fillon est candidat à la présidence de l'UMP contre l'actuel Secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé

« Il y a du sectarisme dans les propos de François Hollande à l'égard des entrepreneurs », a dénoncé François Fillon, lors du meeting qu'il tenait, jeudi 15 novembre, salle Mermoz, à trois jours du vote des militants pour désigner le futur président de l'UMP. « Il mène une politique anti-entreprises qui conduit tout droit vers la récession... » Celui qui avait parlé d'une « France en faillite » lorsqu'il était encore premier ministre n'a pas eu de mots assez durs pour évoquer la politique économique de François Hollande. Pour le candidat à la présidence de l'UMP, le projet socialiste n'est « absolument pas adapté » à la situation du pays. Et d'ironiser : « Le Président de la république découvre aujourd'hui qu'il y a un problème de compétitivité en France. Au fond, il vient de découvrir la Perestroïka... ».

« Travailler plus »
« L'économie doit être au cœur de notre projet, a-t-il encore martelé. Pour relancer, il faut produire plus. Et pour produire, il faut travailler plus. Dans son rapport, Louis Gallois parle d'un décrochage de notre industrie depuis 10 ans. J'aurais aimé qu'il précise : depuis la mise en place des 35 heures en France... »

Dans la course à la présidence de l'UMP, François Fillon n'a jamais nommé expressément Jean-François Copé. Toutefois, il a tenu à se démarquer de son concurrent. « J'assume n'avoir jamais cédé à la rue quand j'étais Premier ministre. Nous avons dû prendre des décisions difficiles... ». François Fillon dit ne pas incarner « la droite molle » : « Mais j'ai la conviction qu'on gagnera les élections par la droite, par le centre et même par la gauche ». Tel est le leitmotiv qu'il répète durant cette campagne.

Candidat de la « droite républicaine »
En ce qui concerne les questions de société, l'ancien Premier ministre a rappelé son opposition au mariage homosexuel et à l'euthanasie, « des projets dangereux pour l'avenir de la société française ». Face à la droite dite « décomplexée » du candidat Jean-François Copé, François Fillon a rappelé la nécessité d'une maîtrise de l'immigration tout en se désignant comme le « candidat de la droite républicaine ».

À la tribune, François Fillon était notamment entouré des responsables locaux de l'UMP, Jean-Luc Moudenc et Laurence Arribagé, des conseillers régionaux Vincent Novès et Sacha Briand et du maire de Montauban, Brigitte Barèges. Si François Fillon est élu, il organisera des primaires dans les grandes villes de France afin de désigner le meilleur candidat. Dans la course au Capitole, le candidat Fillon a déjà une préférence contre Pierre Cohen, « un maire socialiste sectaire qui n'incarne pas le dynamisme d'une grande métropole ». « Nous avons besoin de Jean-Luc Moudenc pour reprendre Toulouse. Il peut le faire car il a les qualités pour rassembler et il incarne les valeurs du centre ».

Hugues-Olivier Dumez
© Photo HOD

En savoir plus :

Près de 4 700 adhérents à jour de cotisation vont voter ce dimanche pour la présidence de l'UMP

Les militants UMP sont aussi appelés à voter parmi sept motions. Le député de Haute-Garonne, Jean-Luc Moudenc, le sénateur de Haute-Garonne, Alain Chatillon, et les députés Aveyronnais, Alain Marc et Yves Censi, ont rejoint la motion "France Moderne et Humaniste" soutenue par une centaine de parlementaires.

Les bureaux de vote seront ouverts, dimanche, de 9h à 18h :

Permanence départementale - 6 rue Gabriel Péri 31000 Toulouse pour les adhérents des 1ère, 2ème, 3ème, 4ème et 9ème circonscriptions.
Maison des Associations - 17 rue du Pont 31780 Castelginest pour les adhérents de la 5ème circonscription
Salle du Temps Libre - Rue Jules Ferry 31490 Léguevin pour les adhérents de la 6ème circonscription
Salle Clément Ader - 3 Square des Combattants d'AFN 31600 Muret pour les adhérents de la 7ème circonscription
Salle Municipales Chappert - Route de Landorthe 31800 Saint Gaudens pour les adhérents de la 8ème circonscription, à l'exception des adhérents des cantons de Saint Béat, Barbazan et Bagnères de Luchon qui voteront Salle des Ainés - Mairie 3 allée d'Etigny 31110 Bagnères de Luchon.
Salle Le Petit Lauragais (en face Gymnase de la Salle du Lauragais) - Rue des Sports rue du Centre 31650 Saint Orens de Gameville pour les adhérents de la 10ème circonscription.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.