Pierre Cohen est élu nouveau président de Tisséo

 |   |  813  mots
Le président de la Communauté Urbaine et maire de Toulouse a été élu à la présidence de Tisséo à l'issue du comité syndical du SMTC qui s'est déroulé le 12 janvier. Il a annoncé son intention de parvenir rapidement à un consensus avec tous les partenaires des transports publics autour des projets structurants et de leurs financements.« Il n'est pas question de considérer cette élection comme une remise en cause de nos accords avec les Verts.

Le président de la Communauté Urbaine et maire de Toulouse a été élu à la présidence de Tisséo à l'issue du comité syndical du SMTC qui s'est déroulé le 12 janvier. Il a annoncé son intention de parvenir rapidement à un consensus avec tous les partenaires des transports publics autour des projets structurants et de leurs financements.

« Il n'est pas question de considérer cette élection comme une remise en cause de nos accords avec les Verts. Sur ce dossier, c'est la présidence de Stéphane Coppey qui est en cause car elle a amené une crispation du dialogue social, qui a conduit à une grève d'une semaine, sans parler des craintes de dérapages que nous avions à propos de la gestion. J'ai pris mes responsabilités devant une situation inextricable et potentiellement dangereuse ».

C'est par ces mots que Pierre Cohen a commenté son élection à la présidence de Tisséo. Pour le maire de Toulouse, il s'agit avant tout de déminer la situation : « Mon souhait est de retrouver un climat apaisé au sein de la structure après plusieurs années de conflit et de faire en sorte que l'on identifie le transport comme un véritable service public ». L'exploitation du réseau, actuellement réalisé en régie directe, va être confié à un EPIC (Etablissement public industriel et commercial), dont le conseil d'administration devrait se tenir d'ici fin janvier sous la responsabilité de la Communauté urbaine.

Le président du Grand Toulouse a appelé de ses vœux à une gouvernance « partagée, solidaire et apaisée », notamment avec le Conseil général et la communauté du Muretain, pour donner corps à l'ambition annoncée de s'inscrire dans le développement durable : « Tisséo a été créée sur une base permettant et obligeant même le consensus en dépit des divisions politiques qu'elle a parfois engendré. L'issue de la crise passera donc par la rencontre de tous les partenaires dans les plus brefs délais pour définir les projets structurants ».

Dans cet esprit, il a annoncé la mise à l'étude du prolongement de la ligne B, co-pilotée par l'ensemble des partenaires : « Elle va nous permettre d'objectiver les projets et de travailler en meilleure concertation ». Pierre Cohen a, par ailleurs, tenu à rappeler la nécessité de tendre vers un équilibre budgétaire.

« Nous avons besoin d'une hiérarchisation des opérations qui figurent dans le plan de déplacements urbains (PDU) et de savoir comment les financer ». Une opinion partagée par le vice-président du Sicoval, Christian Lavigne : « Le prolongement de la ligne B demeure une priorité pour irriguer le Sud-Est de l'agglomération mais il y a d'autres secteurs, comme l'Ouest et le Nord, qui ont également besoin d'être irrigués en transport en commun. Il s'agit, dès lors, de se mettre d'accord sur la priorisation des investissements et de répondre à la question essentielle, qui est-ce qui paie ? »

Une élection que n'a pas manqué de commenter l'ancien maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, et ancien président de Tisseo, qui invite son successeur au Capitole à mettre en œuvre le prolongement de la ligne B du métro à Labège : « Sur tout ce qui touche aux transports en commun, nous avons eu droit, au cours de ces deux dernières années, à un déluge de dénigrement de tout ce que nous avions fait mais le nouveau pouvoir toulousain a bien peu avancé sur des projets concrets, a-t-il indiqué dans un communiqué. Tisséo a désormais à sa tête un président doté de pouvoirs et de mandats comme jamais aucun président de Tisséo n'en a jamais eu. Espérons que cette puissance politique d'une ampleur inédite facilitera l'émergence de nouveaux projets ».

Ont été élus vice-présidents et membres du bureau :
1er vice-président :
Christian Lavigne, maire de Labège, vice-président délégué du Sicoval en
charge des transports en commun et déplacements, membre du bureau du
SMTC.
2ème vice-président :
Jean-Pierre Fouchou-Lapeyrade, adjoint au maire de Flourens, viceprésident
du SITPRT, membre du bureau du SMTC.
3ème vice-président :
Bernard Marquié, adjoint au maire de Toulouse, membre du bureau du Grand
Toulouse, membre du bureau du SMTC.

Membres du bureau :
Gérard André, maire d'Aucamville, vice-président du Grand Toulouse,
Stéphane Carassou, conseiller municipal délégué Ville de Toulouse, viceprésident
du Grand Toulouse,
Joël Carreiras, adjoint au maire de Toulouse, vice-président du Grand
Toulouse,
Christian Sempé, maire de Saint-Orens, vice-président du Grand Toulouse.
Membres du Comité Syndical :
François Briançon, adjoint au maire de Toulouse, membre du bureau du
Grand Toulouse.
Monique Durrieu, adjointe au maire de Toulouse, déléguée du Grand
Toulouse,
Bernard Keller, maire de Blagnac, vice-président du Grand Toulouse,
conseiller général,
Claude Raynal, maire de Tournefeuille, président délégué du Grand
Toulouse, conseiller général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :