Avec Action Logement, le projet de corpoworking entre dans sa phase concrète à Toulouse

 |  | 562 mots
Lecture 3 min.
Action Logement lance des ateliers de travail autour du projet de corpoworking, tiers-lieu conçu par les entreprises pour les salariés
Action Logement lance des ateliers de travail autour du projet de corpoworking, tiers-lieu conçu par les entreprises pour les salariés (Crédits : Rémi Benoit)
Action Logement en Occitanie a lancé, le 1er décembre, le premier atelier de travail autour du projet de corpoworking qui permettra de proposer, dès 2022, des espaces de travail conçus par les entreprises pour leurs salariés. Il s’agit aujourd’hui de définir leurs spécificités pour la constitution d’un réseau homogène dans des zones géographiques stratégiques à une trentaine de kilomètres autour de Toulouse.

Alors qu'avec la crise sanitaire, le télétravail s'est massivement développé, les premiers retours d'expériences ont permis de dresser plusieurs constats :

"Tout d'abord, le télétravail a été validé, puisque les entreprises, à de rares exceptions près, ont constaté que la productivité des salariés n'avait pas baissé. En revanche, il n'est pas possible d'y recourir 5 jours sur 5 et le télétravail chez soi n'est pas idéal"avance Pierre Souloumiac, directeur régional adjoint d'Action Logement Services, qui s'appuie sur une enquête menée avec Toulouse Business School autour de la perception du télétravail pendant le confinement.

Le corpoworking, qui est un tiers-lieu conçu par les entreprises pour les salariés, apparait alors comme une solution vertueuse  :

"Cela contribue à revitaliser les villes moyennes. Nous améliorons le quotidien des salariés qui se déplacent moins et gagnent en pouvoir d'achat. Des tonnes de Co2 sont économisées et l'entreprise optimise son immobilier d'entreprise. Elle va pouvoir alléger l'immobilier du siège au profit d'un immobilier beaucoup plus liquide", déroule Pierre Souloumiac qui selon le concept retenu prévoit que l'entreprise soit locataire.

Le tiers-lieu sera géré par un porteur de projet.

Une centaine de postes de travail par espace

Mais pour que le modèle économique soit viable, cet espace ne sera pas dédié à une seule entreprise. Il n'est pas question non plus pour l'entreprise de multiplier les contrats pour occuper des lieux dispersés.

« Les entreprises insistent sur l'importance de créer un réseau de tiers-lieux avec une homogénéisation de services et d'organisation. Et pour que ces lieux soient rentables, il faut qu'ils soient de tailles importantes, avec en moyenne 100 postes de travail », précise Pierre Souloumiac.

Le choix de la situation géographique sera donc stratégique. A ce stade de la réflexion, Action Logement entend proposer aux entreprises 4 espaces de corpoworking, répartis aux 4 points cardinaux de la métropole.

Le concept de corpoworking étant validé, l'heure est désormais aux travaux pratiques pour parler organisation des lieux, qualité des lieux et gestion des coûts. Un premier atelier « virtuel » a eu lieu le 1er décembre en présence d'une vingtaine d'entreprises, de représentants des salariés et du patronat. En tout, 4 séances permettront de définir un cahier des charges. Suivra un appel à projets et une sélection qui devrait intervenir avant l'été 2021, pour une mise en service dès 2022.

Changement de paradigme pour Action Logement

Quel est le rôle d'Action Logement dans la création de ces nouveaux espaces de travail ?

« Nous investissons au départ dans le projet pour que les lieux soient le mieux conçus possibles et que le prix de sortie des postes de travail soit le moins élevé possible », explique Pierre Souloumiac qui précise qu'un fonds national de 50 Mest dédié au corpoworking. « Il s'agit bien de l'argent des entreprises d'habitude utilisé pour la construction de logements sociaux. Avec ce projet, nous changeons de paradigme, c'est-à-dire qu'au lieu de rapprocher le logement du travail, nous rapprochons le travail du logement. C'est passionnant parce que cela fait intervenir de nombreuses thématiques. Il s'agit certainement d'une de nos actions les plus complètes. »

Toulouse servira de preuve de concept avant un déploiement à Montpellier puis nationalement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :