Élections sénatoriales en Haute-Garonne : Henri Arévalo présente sa liste, les écologistes croient en leurs chances

 |   |  439  mots
De gauche à droite, François Arcangeli, Henri Arévalo et Catherine Renaux.
De gauche à droite, François Arcangeli, Henri Arévalo et Catherine Renaux.
Henri Arévalo va-t-il créer la surprise aux élections sénatoriales du 28 septembre ? Tête de liste EELV en Haute-Garonne, l'écologiste compte profiter des difficultés du gouvernement pour rallier les déçus de la politique de François Hollande et Manuel Valls. Sa liste, présentée ce vendredi midi, laisse d'ailleurs deux places à pourvoir en "signe d'ouverture". Henri Arévalo n'exclue pas une alliance politique avec le parti Nouvelle Donne ou "certains membres du Front de gauche".

À quelques jours de la rentrée, les écologistes de Haute-Garonne présentent à leur tour leur liste pour les élections sénatoriales du 28 septembre. C'est Henri Arévalo, conseiller municipal de Ramonville, qui a été désigné par les militants pour mener la liste. À ses côtés figurent Catherine Renaux, conseillère municipale de Saint-Lys, François Arcangeli, maire d'Arbas, Françoise Dedieu-Casties, maire honoraire de Lacaugne et vice-présidente du Conseil régional et Pascal Babier, conseiller municipal de Plaisance-du-Touch. "Nous nous devons d'être candidats pour porter notre projet à ces élections, indique Henri Arévalo. Le vote écologiste ne doit pas être sous-estimé. Il y a un vrai courant porté par EE-LV dans le département. Par ailleurs, le travail des parlementaires écologistes est reconnu à gauche comme à droite."

En 2008, Didier-Claude Rod, le candidat écologiste, avait récolté 5 % des voix. Cette année, la nouvelle tête de liste croit bien plus en ses chances. "On part pour gagner, assure l'ancien candidat aux sénatoriales de 1998. Le contexte national nous laisse beaucoup d'espoir. La conscience écolo progresse chez les élus non-encartés. Le dernier épisode gouvernemental et parlementaire (démission du gouvernement et députés socialiste frondeurs, NDLR) nous est favorable. Il montre que nous avions raison de ne pas nous associer à ce gouvernement social-libéral. Nous savons que de nombreux élus socialistes sont en désaccord avec la ligne actuelle. Ils peuvent avoir envie de nous soutenir." La fracture qui se dessine au Parti socialiste sera-t-elle assez forte pour mettre à mal la fidélité des grands électeurs socialistes ? Rien n'est moins sûr. "Le PS a une grande capacité d'unité, concède Henri Arévalo. Mais Claude Raynal incarne la ligne Valls. Certains élus sont gênés aux entournures."

Deux places à pourvoir sur la liste
L'écologiste lorgne plutôt vers les autres listes de gauche et songe à une alliance. Deux places sont d'ailleurs encore à pourvoir sur la liste d'Europe Écologie-Les Verts. "Nous avons une tradition d'ouverture, explique-t-il. Nous avons 15 jours pour discuter avant de déposer notre liste le 12 septembre. Nouvelle Donne pourrait nous rejoindre. Des membres du Front de gauche aussi." C'est en effet Richard Cuartero qui mène la liste Nouvelle Donne. Or, cet ancien militant socialiste figurait sur la liste de Patrick Jimena, le candidat écologiste à la mairie de Colomiers. Concernant le Front de gauche, EE-LV table sur les dissensions au sein du mouvement : "Certains n'ont pas apprécié que le PCF récupère la bannière du Front de gauche pour la liste menée par Charles Marziani sans consulter les autres mouvances."

Gael Cérez
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :