Régionales : la présidente de l'Université de Toulouse rejoint Gérard Onesta (EELV)

Par Florine Galéron  |   |  426  mots
Marie-France Barthet préside l'Université de Toulouse (Crédits : Rémi Benoit)
Marie-France Barthet, présidente de l'Université Fédérale de Toulouse depuis 2012, a annoncé ce vendredi 9 octobre sa présence sur la liste du Projet en commun pour les régionales en Haute-Garonne. Menée par Gérard Onesta, cette liste réunit notamment les Verts, le PCF et le Parti de Gauche. À gauche comme à droite, d'autres universitaires toulousains ont déjà annoncé leur engagement politique pour les régionales.

"Wow, quel crédit pour nous d'avoir une personnalité aussi prestigieuse que Marie-France Barthet sur notre liste !", s'enflamme Gérard Onesta. Le chef de file du Projet en commun pour la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées a présenté ce vendredi 9 octobre ses colistiers sur la liste en Haute-Garonne (qui réunit notamment Europe Écologie-Les Verts, le Parti de Gauche et le Parti Communiste). La conférence de presse a été marquée par l'annonce de la candidature de la présidente de l'Université Fédérale de Toulouse, pôle regroupant les différentes universités et grandes écoles de la région Midi-Pyrénées.

"Je suis une néophyte de la politique, a expliqué Marie-France Barthet, à la tête de l'université toulousaine depuis 2012. J'ai décidé de rejoindre le Projet en commun car je suis insatisfaite de la société dans laquelle nous vivons. Les inégalités sociales et territoriales s'amplifient."

Marie-France Barthet sera notamment chargée d'élaborer le programme de la liste en matière d'enseignement, de recherche et d'innovation, des domaines qui vont relever des compétences de la Région. "Nous avons la personnalité clé pour le poste clé, estime Gérard Onesta. Notre projet, ce n'est pas seulement de défendre les petits oiseaux. On nous voyait comme un regroupement de petits partis et on se rend compte que, dans les sondages, nous sommes en mesure de l'emporter." Dans un sondage commandé par le parti écologiste en septembre dernier, Gérard Onesta était crédité de 16 % des voix derrière la socialiste Carole Delga (22 %), Louis Aliot pour le FN (27 %) et Dominique Reynié chef de file Les Républicains (24 %) mais devant le maire de Montpellier Philippe Saurel (8 %).

Les universitaires courtisés par les partis politiques

Autre universitaire toulousain à rejoindre cette liste, Serge Regourd, professeur de droit à l'université Toulouse 1 - Capitole, mènera la campagne du Projet en commun dans le Tarn-et-Garonne.

À noter que les universitaires sont particulièrement courtisés par les partis politiques pour les régionales. Le président de l'université Toulouse 3 - Paul Sabatier Bertrand Monthubert a présenté sa démission le 24 septembre dernier. Il a rejoint la liste de Carole Delga et travaille désormais pour Thierry Mandon, le secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur. De son côté, Marc Ivaldi, enseignant-chercheur à l'école d'économie de Toulouse et directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), a été recruté par Dominique Reynié, le chef de file de Les Républicains pour animer le pôle projet.