Des investissements en hausse de 10 millions d’euros pour la Haute-Garonne

Par Emmanuelle Durand-Rodriguez  |   |  545  mots
(Crédits : CD31)
Le président du Conseil départemental Georges Méric a confirmé une hausse des investissements. Le budget qui sera voté le 28 janvier prévoit 170 millions d’investissements en 2016 contre 160 millions d’euros en 2015. L’essentiel sera consacré à la construction de 6 collèges mais aussi au déploiement du haut débit, au financement du Parc des expositions et à l’aide aux communes du département.

Le socialiste Georges Méric s'apprête à présenter au vote le premier budget de son mandat. Le débat d'orientation budgétaire a eu lieu en décembre dernier et le vote de l'assemblée départementale se déroulera le 28 janvier. Lors des vœux présentés ce 12 janvier à la presse, le président du Conseil départemental a confirmé la hausse des investissements sans augmentation d'impôts, notamment grâce à des "dépenses de fonctionnement maîtrisées". Visant directement la gestion municipale de Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse, Georges Méric a précisé : "nous ne diminuons pas les subventions aux associations, nous n'augmentons pas les impôts, nous ne diminuons pas le budget culture. En cela, la gestion de la droite et de la gauche sont différentes."

Aménageur et investisseur

Georges Méric a insisté sur le rôle que le Conseil départemental veut jouer dans le domaine économique : "Certes, nous avons perdu la compétence économique qui est du ressort de la Région, mais nous voulons être un acteur de la dynamique économique pour développer l'emploi en tant qu'aménageur du territoire, en tant qu'investisseur et en tant que développeur du tourisme, potentiellement très créateur d'emplois."

La Haute-Garonne, qui est le premier département de la nouvelle région (par son économie, sa démographie et son poids électoral) est selon Georges Méric "l'un des rares départements français qui peut augmenter son budget investissement". Objectif : la réalisation de grands projets d'infrastructures (le Pex notamment à hauteur de 45 millions d'euros), le déploiement d'un réseau public très haut débit via le Schéma d'aménagement numérique, la construction de 6 nouveaux collèges. L'aide aux communes est par ailleurs maintenue (50 millions d'euros) et "des contrats de territoire avec les intercommunalités et les communes du département seront signés en février 2016 pour planifier les projets sur 5 ans".

Accord de coopération avec Toulouse Métropole

Face aux journalistes et à de nombreux élus départementaux, Georges Méric a également annoncé la signature d'un "accord de coopération avec Toulouse Métropole. Intervenu il y a quelques jours, il sera acté dans une délibération commune au cours du mois de janvier. Un accord intelligent à la fois sur les compétences et sur les investissements. Il acte le transfert de trois compétences à Toulouse Métropole (rendu obligatoire par la loi Notre) : le fonds de solidarité logement (FSL), le fonds d'aides aux jeunes (FAJ) et la prévention spécialisée, trois domaines qui sont de l'ordre de la politique de la ville. C'est un bon accord même si c'est difficile humainement puisque 131 salariés vont être transférés à Toulouse Métropole."

Dans le domaine des transports, Georges Méric a rappelé une nouvelle fois son attachement à la réalisation de la prolongation de la ligne B du métro jusqu'à Labège (PLB) et a annoncé son intention de demander à Carole Delga, la présidente PS du Conseil régional, "une délégation large et totale sur les transports". Et de préciser : "Carole Delga est une amie et nous avons toute l'année 2016 pour trouver un accord."