Les 6 start-up toulousaines qui pourraient marquer l'année 2015

Par Jean-Yves Paillé  |   |  786  mots
"Si on exécute bien l'année 2015, nous sommes quasiment irrattrapables. Nous aurons créé un écosytème et une empreinte mondiale", estime Ludovic Le Moan, PDG de SigFox. (Crédits : Rémi Benoit)
Elles ont des grands projets pour 2015. SigFox, MyFox, MyFeelBack et ITrust tentent de conquérir le marché américain, Nanolike compte multiplier son chiffre d'affaires par 5 et Wiseed compte lever 2 millions d'euros. Ces 6 start-up toulousaines feront probablement l'actualité business de cette année.

Alors que l'accélérateur de start-up le Camping de Toulouse lance sa 5e saison pour découvrir de nouvelles perles de la technologie de l'information et de la communication, plusieurs jeunes entreprises toulousaines continuent à montrer la voie de la réussite. Revue de détail de ces start-up à fort potentiel de croissance qui devraient faire parler d'elles cette année.

  • SigFox, à la conquête de l'Asie et de l'Amérique du Nord

L'opérateur télécoms, qui propose une technologie permettant aux objets connectés de communiquer entre eux, a annoncé fin 2014 lever 100 millions d'euros.  Déjà présent en Afrique, en Espagne, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, l'entreprise créée en 2012 part cette année à la conquête de l'Amérique du Nord et de l'Asie. Elle a déjà déployé son réseau dans le comté américain de Maryland et est en discussion avec des géants américains des télécoms. D'ici fin 2016, le groupe espère couvrir la moitié du monde avec son réseau, explique le PDG Ludovic Le Moan, visant même une introduction au Nasdaq en 2016. Selon ce dernier, "si on exécute bien l'année 2015, nous sommes quasiment irrattrapables. Nous aurons créé un écosytème et une empreinte mondiale".

  • Nanolike vise un chiffre d'affaires multiplié par 5

L'année 2015 est également une année clé pour Nanolike. L'entreprise de Ramonville devrait industrialiser ses technologies d'assemblage de nanoparticules en 2015, notamment grâce à une levée de fonds de 700.000 euros, annoncée début janvier, et soutenue par plusieurs investisseurs:  Newfund, Breega Capital et INSEAD Angels. La technologie développée par la start-up permet de concevoir des capteurs 100 fois plus petits que les capteurs classiques, plus sensibles et divisant la consommation d'énergie par 10.000. En plus de ces nanocapteurs destinés à l'industrie et à l'aéronautique notamment, la société conçoit des nanotags permettant de sécuriser des documents d'identité.

Le chiffre d'affaires de Nanolike devrait exploser dans les mois qui viennent.  En 2014 l'entreprise annonçait 80.000 euros de revenus. Elle espère atteindre les 450.000 euros en 2015, puis dépasser le million d'euros l'année suivante.

  • Myfox se développera à l'export aux États-Unis

Cette startup qui fabrique à Labège des alarmes connectées a connu un taux de croissance de plus de 2.000 % sur cinq ans. Elle est 11e dans le classement 2014 établi par Deloitte des entreprises françaises à la plus forte croissance sur 5 ans.

Présente au CES de Las Vegas cette année, un salon international dédié aux objets connectés, elle y a remporté un prix d''innovation (CES Innovation Award) grâce à une de ses alarmes connectée, Myfox Security System contrôlable via smartphone. En 2015, la start-up se développera à l'export, notamment aux États-Unis.

  •  Naïo Technologies, un nouveau robot et une levée de fonds massive

La société toulousaine spécialisée dans les technologies agricoles va connaître une année 2015 dense. Les robot maraîchers de la start-up spécialisés dans le désherbage seront dotés de deux caméras cette année, pour analyser les couleurs, les formes et la profondeur, ce qui leur permettra de gérer tous types de cultures.

Cosi, un motoculteur électrique dédiés aux surfaces plus réduite, est lancé cette année. Il complète la gamme avec le tracteur électrique Oz.  En 2015 toujours, un prototype destiné à la culture des vignes sortira. il sera commercialisé en 2016 ou en 2017, affirme Aymeric Barthes, directeur général de la société.

Concernant les ventes, la start-up reste modeste. Alors qu'elle avait écoulé 10 modèles Oz en 2014, Naïo Technologies espère en vendre 20 en 2015, et écouler autant de Cosi. La distribution ce produits se fera à l'international en 2016.

En 2015 encore, Naïo Technologies prévoit une levée de fonds de plus de 2 millions d'euros, avec la plateforme de crowdfunding Wiseed pour partenaire, entre autres.

  •  MyFeelBack ouvrira une filiale à New York

L'entreprise de solutions de relation client multicanal veut s"étendre un peu plus aux États-Unis grâce à une enveloppe de 1 millions d'euros levée en 2014. Elle s'apprête ainsi à ouvrir une filiale à New York pour "se rapprocher de ses clients" . Pour la seule année 2015, MyFeelBack a annoncé un budget marketing de 400.000 euros aux États-Unis. La start-up a l'ambition de créer des partenariats avec des grands groupes internationaux.

  •  iTrust à l'assaut de la côte est américaine

La société de sécurité informatique ITrust a dégagé 1,3 million d'euros de revenus en 2014, soit une augmentation de 100% par rapport à 2013. La société croit elle aussi en son rêve américain, puisqu'elle a ouvert un bureau à San Francisco et compte s'implanter sur la côte est des Etats-Unis avant la fin de l'année.