Le maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc veut jouer "un rôle moral" dans la campagne pour les régionales

Par Sophie Arutunian  |   |  434  mots
Jean-Luc Moudenc ce mardi 6 janvier, lors de ses vœux à la presse (Crédits : Rémi Benoit)
Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, a présenté ce mardi les traditionnels vœux à la presse. Devant une quarantaine de journalistes, l'élu a balayé plusieurs sujets qui feront l'actualité cette année, et a notamment évoqué la place qu'il occupera lors des élections départementales (en mars) et régionales (en décembre). Sans surprise, il ne sera pas lui-même candidat à la présidence de la future région, mais compte bien peser sur les discussions.


C'est un Jean-Luc Moudenc se voulant au dessus des querelles politiques, qui s'est présenté ce matin aux journalistes pour dresser le "menu" de l'année 2015. Pourtant, quand il est interrogé sur l'année électorale qui l'attend, son instinct de politicien s'éveille. Le maire UMP et président de Toulouse Métropole l'affirme clairement : "je ne suis pas candidat à la présidence de la Région Midi-Pyrénées". Pour autant, il compte bien peser sur la campagne.

"Un rôle moral"

"J'ai déjà pris l'initiative de réunir les grands élus de la droite et du centre de Midi-Pyrénées et de Languedoc Roussillon fin 2014. Cela a été très bien accueilli. Maintenant, il faut définir une méthode", expose Jean-Luc Moudenc. La même que pour les élections départementales ? Pour rappel, la stratégie de l'UMP pour les scrutins des 22 et 29 mars prochains a été de rassembler le centre et la droite. Le maire de Toulouse a pris une place importante dans la désignation des candidats sur les 27 cantons de Haute-Garonne. "Jean-Luc Moudenc voulait placer ses adjoints et maires de quartiers", attestait Jean Iglesis (président de l'UDI 31) dans nos colonnes le 23 décembre. Ce mardi matin, le maire de Toulouse s'en félicitait : "J'ai pesé dans les discussions, sur le calendrier et dans la mise en œuvre de cette union. Nous avons rarement été aussi préparés pour des départementales".

Pour les régionales, le président de l'UMP 31 affirme que Nicolas Sarkozy (président de l'UMP), François Bayrou (président du MoDem) et Jean-Christophe Lagarde (président de l'UDI), lui ont confié "un rôle moral" dans le choix du candidat et dans la gestion campagne. "J'ai une responsabilité morale vis à vis de ma famille politique. L'union dès le 1er tour m'a permis de gagner Toulouse".

Calendrier

"Nous prendrons des décisions sur le leadership au 2e trimestre" a annoncé ce matin Jean-Luc Moudenc, s'étonnant du calendrier choisi par les socialistes, qui ont jusqu'au 28 janvier pour déposer leurs candidatures (les têtes de liste pour les élections régionales seront désignés le 5 février prochain). "Ils se déclarent tôt, c'est utile pour nous" a glissé l'élu dans un sourire, lui qui souhaite "laisser passer les élections départementales".

En attendant, les seuls candidats déclarés pour la présidence de la future région sont, à ce jour, Damien Alary, le président de Languedoc-Roussillon, et un autre élu du conseil régional du Languedoc-Roussillon : Louis Aliot, le vice-président du Front National.