Lancement de l'UDI : A Toulouse, le centre s'organise pour reconquérir le Capitole

 |   |  513  mots
En Haute-Garonne, Jean Iglesis est nommé coordinateur de l'UDI 31
En Haute-Garonne, Jean Iglesis est nommé coordinateur de l'UDI 31
Jean-Louis Borloo a officiellement lancé, dimanche 21 octobre, l'UDI (Union des démocrates indépendants), un nouveau parti qui fédère cinq formations centristes. En Haute-Garonne, Jean Iglesis est nommé coordinateur de l'UDI 31. La députée européenne Christine de Veyrac quitte l'UMP pour rejoindre le nouveau parti.


« Un centre bien organisé doit être la voix de la reconquête tant au niveau national qu'au niveau local, notamment à Toulouse » a déclaré la députée européenne Christine de Veyrac. L'ancienne adjointe de Philippe Douste-Blazy à la mairie de Toulouse, a décidé de quitter l'UMP et rejoint l'UDI (Union des démocrates indépendants) : « C'est la renaissance de l'UDF, un centre organisé et rassemblé ». Pour autant, impossible de savoir si l'UDI présentera ou non une liste concurrente de celle de Jean-Luc Moudenc, à l'occasion des prochaines élections municipales, à Toulouse.

Jean-Louis Borloo a officiellement lancé, dimanche 21 octobre, l'UDI. Un nouveau parti qui fédère cinq formations centristes. Une soixantaine de parlementaires ont déjà rejoint ce nouveau parti centriste. Jean-Louis Borloo a également reçu le soutien de Valéry Giscard d'Estaing, ancien Président de la république et fondateur de l'UDF en 1978.

Parmi les élus, on retrouve notamment Hervé Morin (pour le Nouveau centre), Rama Yade (pour le Parti radical), Jean Arthuis (Alliance centriste), Jean-Marie Bockel (pour la Gauche moderne) ainsi que quelques membres de UMP dont l'ancienne ministre Chantal Jouanno et des cadres du MoDem, tel le sénateur Jean-Marie Vanlerenberghe.

L'UDI 31 sera représenté par Jean Iglesis

En Haute-Garonne, cette nouvelle formation du centre droit sera conduite par l'avocat Jean Iglesis, nommé coordinateur de l'UDI 31. Jean-Jacques Bolzan (Parti radical), Jean-Marie Belin (Alliance centriste), Grigori Michel (Nouveau centre) et Sandra Mourgues (Gauche Moderne) représentent localement le nouveau parti politique de Jean-Louis Borloo. Auxquels s'ajoutent trois élus : les conseillers régionaux Laurent Cuzacq et Jean-Luc Rivière ainsi que la députée européenne Christine de Veyrac.

Jean-Jacques Bolzan, secrétaire départemental du Parti radical 31, était à Paris pour le lancement de l'UDI. « Cette démarche s'inscrit dans le cadre de ce que nous avions entrepris à l'occasion des élections législatives, en juin dernier, avec la Maison commune du centre, indique-t-il. L'objectif est aujourd'hui de fédérer les modérés et de gagner lors des prochaines échéances, notamment municipales ».

"C'est le retour de l'UDF"

De son côté, François Bayrou a immédiatement réagi après l'annonce de la création de l'UDI. Pour le leader du MoDem, il s'agit d'un « retour à la guerre des droites » entre l'UDF et le RPR. Pourtant, au niveau local, Jean-Luc Lagleize, président du MoDem 31, se déclare satisfait de la création de ce nouveau parti. L'UDI permet selon lui de « clarifier » la situation après la prolifération de partis centristes dans le paysage politique français. « Désormais, il n'y a plus qu'un seul intermédiaire pour représenter le centre droit, souligne Jean-Luc Lagleize. C'est le retour de l'UDF ».

Suivant la ligne politique de son parti au niveau national, le MoDem ne participera pas à l'UDI mais sera « un partenaire ». « Nous travaillerons à la constitution d'une seule liste du centre et de la droite pour aborder idéalement le premier tour des prochaines élections municipales, assure Jean-Luc Lagleize, patron du MoDem 31. L'objectif est d'offrir une alternative crédible à Pierre Cohen ».

Hugues-Olivier Dumez
© Photo DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :