En Occitanie, le nombre de seniors de 85 ans ou plus va doubler d'ici 2040

 |   |  829  mots
En 2040, 306 000 seniors de 75 ans ou plus seraient dépendants en Occitanie.
En 2040, 306 000 seniors de 75 ans ou plus seraient dépendants en Occitanie. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Dans un peu plus de dix ans, l'Occitanie va vivre un véritable "papy-boom". Période à laquelle les baby-boomers de l'après-guerre vont arriver aux âges avancés. En conséquence, le nombre de seniors dépendants augmenterait de 60 % dans la région d’ici 2040, selon une étude de l'Insee. Pour faire face à ces évolutions, l'Agence régionale de santé cherche des alternatives de prise en charge pour favoriser le maintien à domicile.

409 000, voici le nombre de personnes âgés de 85 ans ou plus en Occitanie en 2040, selon une étude réalisée par l'Insee et l'Agence régionale de Santé (ARS). Ils étaient 204 000 en 2015. En 25 ans, leur nombre va donc doubler dans la région. Et, le plus fort de la hausse surviendrait à partir de 2032.

"La forte augmentation du nombre de seniors prévue à partir de 2032 est due au choc du papy-boom, c'est-à-dire à l'arrivée aux âges avancés des baby-boomers. Les nombreuses personnes nées après-guerre et jusqu'au milieu des années 70, auront 85 ans ou plus à partir de cette année-là", explique Camille Fontes-Rousseau, cheffe de projets au sein de l'Insee.

Seniors Insee

Une hausse de 60 % des seniors dépendants en 2040

Ce vieillissement de la population s'accompagnerait, inévitablement, d'une augmentation du nombre de seniors dépendants, c'est-à-dire des personnes ayant besoin d'aide pour accomplir les gestes essentiels du quotidien. Ainsi, en 2040, 306 000 seniors de 75 ans ou plus seraient dépendants en Occitanie. En 2015, ils étaient 191 000. Une hausse de 60 % en 25 ans.

Seniors Insee

La dépendance sévère (besoin de prise en charge de la plupart des activités de la vie courante ou perte totale de l'autonomie motrice et/ou mentale) concernerait 86 000 seniors en 2040, soit 20 000 seniors sévèrement dépendants de plus qu'en 2015. Pour autant, le taux de dépendance sévère diminuerait, passant de 11 % des seniors en 2015 à 8 % en 2040.

"Si les générations de baby-boomers génèrent une forte hausse du nombre de personnes de 75 ans ou plus, la dépendance sévère est surtout associée à la fin de vie et donc concerne des seniors plus âgés. De plus, l'hypothèse de l'amélioration de l'état de santé contribuerait à une espérance de vie sans incapacité plus longue", éclaire la cheffe de projets.

Même si les taux de dépendance sont parmi les plus faibles dans les départements du littoral, l'arrivée des papy-boomers va changer la donne. En 2040, dans le Gard, on s'attend à une hausse de 50 % du nombre de seniors sévèrement dépendants, de 42% dans l'Hérault et de 39% dans l'Aude.

"Les disparités sont importantes dans la région face au vieillissement de la population. Les taux de seniors dépendants sont plus élevés dans les départements dits ruraux et âgés, comme la Lozère, l'Ariège, l'Aveyron et le Gers. Mais, en 2040, le choc du papy-boom serait plus fort dans les départements qui ont une part importante de "jeunes seniors" (60-75 ans) en 2015. Le nombre de seniors dépendants et sévèrement dépendants augmenterait plus rapidement dans ces départements. Les départements âgés eux verront leur taux augmenter moins vite car les dépendants actuels seront décédés", détaille Camille Fontes-Rousseau.

Seniors Insee

Un nombre de place en Ehpad en baisse

61 000 places sont installées en Ehpad ou en unités de soins de longue durée, dans la région Occitanie en 2015. Un nombre qui devrait faiblement augmenter voire stagner, malgré l'augmentation du nombre de seniors dépendants, selon l'Insee.

"En l'absence de création de places d'hébergement permanent d'ici à 2040, le nombre de place en institution pour 100 seniors dépendants passerait de 32 à 20 entre 2015 et 2040", constate la représentante de l'Insee.

Ainsi, le nombre de personnes âgées dépendantes à domicile augmenterait en 2040. Et même si 74% de ces seniors sont déjà pris en charge à domicile en 2015, ils seraient 109 000 de plus, dont 10 900 sévèrement dépendants dans 25 ans.

Un appel à projet à destination des institutions spécialisées

Malgré tout, l'ARS, a rappelé que la majorité des personnes âgées souhaitent vivre le plus longtemps possible chez elles plutôt qu'en Ehpad. Face à cette volonté et au futur manque de place dans les institutions, l'établissement public veut "engager un changement profond du modèle d'accompagnement".

"Notre société est face à un défi majeur. Mais, nous avons du temps pour gérer la transformation du modèle d'accompagnement avant le choc", assure Pierre Ricordeau, directeur général de l'ARS en Occitanie.

En septembre, l'ARS a lancé un appel à projets à destination des institutions spécialisées, pour soutenir des solutions innovantes facilitant le quotidien des personnes âgées dépendantes vivant à leur domicile. L'appel à candidatures est ouvert jusqu'au 31 décembre prochain.

"L'objectif est de permettre aux institutions actuelles de s'ouvrir au-delà des fonctionnalités traditionnelles. Les Ehpad ont un rôle à jouer dans la transformation du modèle d'accompagnement qu'il faut engager aujourd'hui. Il faut impulser les expérimentations pour créer l'Ehpad de demain", conclut le dirigeant.

Il ne faut pas oublier que Toulouse lance en ce moment le projet INSPIRE, avec la construction d'un bâtiment dans le secteur dans l'Oncopole. Ce projet médical doit permettre de concevoir, avec le soutien de laboratoires et d'industriels, des soins permettant d'améliorer l'autonomie des personnes âgées et le maintien à domicile.

Lire aussi : Inspire : pourquoi les entreprises toulousaines s'engagent dans le projet ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2019 à 5:48 :
L'esperance de vie au grand air est evidente. Ces habitants de regions traditionnelles bougent bcp ce qui ameliore l'etat general ou au moins le maintien au mieux.
Maintenant, croire que des mesures vont etre anticipees pour l'accueil de ces populations n'engagera que ceux qui y croieront.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :