La Haute-Garonne investit dans la téléassistance

 |   |  656  mots
Le Conseil départemental propose de nouveaux services de téléassistance.
Le Conseil départemental propose de nouveaux services de téléassistance. (Crédits : Hélène Ressayres/CD31)
Avec Téléassistance 31, dispositif visant à favoriser le maintien à domicile des seniors et/ou en situation de handicap, le Conseil départemental propose de nouveaux services qui incluent les dernières avancées technologiques en matière d'assistance à la personne. C'est l'entreprise Vitaris, basée à Colomiers, qui fournit et assurera le bon fonctionnement de l'équipement, et ce pendant quatre ans.

Face à une société de plus en plus vieillissante, le Département de Haute-Garonne se mobilise pour les personnes âgées et celles en situation de handicap. La collectivité propose un service de téléassistance gratuit pour contribuer au maintien à domicile des personnes âgées. Téléassistance 31, c'est son nom, met une écoute, un système d'alerte et une assistance psychologique à disposition des personnes âgées de plus de 70 ans ou présentant un taux d'invalidité de 80% et plus.

"L'être humain est un animal social. L'isolement et la solitude engendre des pathologies importantes. Téléassistance 31 a pour but de lutter contre cela", explique Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne.

Intégralement financé par la collectivité locale, ce service représente un budget annuel de 2 millions d'euros. Pour les Haut-Garonnais bénéficiaires du service cela permet une économie de 25 euros par mois, en cas de souscription auprès d'un opérateur privé.

Des options complémentaires payantes

Gratuit depuis 30 ans pour les habitants de la Haute-Garonne, la nouveauté de ce service de téléassistance réside dans ses services complémentaires. Au programme, entre autres : détecteur de chute, chemin lumineux, détecteur de fumée, de monoxyde de carbone, montre connectée et géolocalisée... Néanmoins, si la personne choisit deux options complémentaires elle devra s'acquitter de 3,84 euros par mois, pour trois de 5,04 euros et pour quatre de 6,90 euros. Enfin, pour 7,20 euros par mois, la personne âgée ou en situation de handicap pourra bénéficier de la téléassistance mobile hors domicile.

"Les services additionnels sont très peu coûteux. Il sont soumis à des tarifs inférieurs à ceux pratiqués sur le marché par les sociétés privées de téléassistance", précise Véronique Volto, vice-présidente du Conseil départemental en charge des seniors.

C'est la société Vitaris, spécialisée dans le service de téléassistance et téléalarme qui a été choisie, suite à un appel d'offre, pour gérer Téléassistance 31. Elle était déjà attributaire du marché public précédent. Basée à Colomiers (31), l'entreprise s'occupe donc entièrement du dispositif, de l'installation des équipements à la prise en charge des appels. En 2018, sa centrale d'écoute a reçu pas moins de 153 578 appels. La majorité d'entre eux était des appels de convivialité (47%), les appels passés suite à une chute ou à une urgence médicale, eux, n'étaient que de 5%.

Dépasser l'aspect "médicalisant"

En tout, le dispositif couvre 99% des 587 communes de la Haute-Garonne.  Le matériel a été sélectionné pour s'adapter à toutes les configurations téléphoniques et à tous les opérateurs. A ce jour, Téléassistance 31 compte plus de 25 320 abonnés. Mais, selon Georges Méric, leur nombre pourrait fortement augmenter :

"Il y a 1 300 000 personnes en Haute-Garonne, parmi celles-ci, il y en a au moins 20% qui pourraient avoir besoin de Téléassistance 31".

Mais, avant d'atteindre un tel chiffre, il y a plusieurs freins à lever. La téléassistance est loin de conquérir tous les cœurs.

"Téléassistance 31 est rassurant et non pas médicalisant. Les systèmes que nous proposons doivent être vécus comme non intrusifs. Il faut redorer l'image de ce dispositif", lance Véronique Volto. Georges Méric enchérit : "Ce n'est pas une assistance médicalisée, c'est une aide au quotidien, à la vie, pour rassurer".

En 2019, la collectivité locale a alloué 166 millions d'euros en faveur des personnes âgées et plus de 192 millions pour les personnes en situation de handicap. Des budgets en hausse qui permettent de financer, entre autres, l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) dont bénéficient 30 000 personnes âgées et la prestation de compensation du handicap (PCH) qui compte près de 10 000 bénéficiaires en Haute-Garonne.

Lire aussi : À mi-mandat, Georges Méric estime avoir "largement modernisé le Département"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :