Toulouse : La Grave fait naître la Cité de la Santé pour 13 millions d'euros

 |   |  634  mots
La Cité de la santé est située dans le centre historique de l'hôpital de La Grave.
La Cité de la santé est située dans le centre historique de l'hôpital de La Grave. (Crédits : Rémi Benoit)
Après deux ans de travaux, l'ancienne maternité de l'hôpital de La Grave, à Toulouse, a laissé place à la Cité de la santé. Ainsi, 13 millions d'euros ont été investis pour la rénovation du site qui sera dédié à des activités de prévention, de soin et de recherche. Reportage.

"Il était essentiel que ce site trouve une nouvelle vie respectueuse de son identité et de son passé", estime Marc Penaud, le directeur général du CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Toulouse. C'est dans le cœur historique de l'hôpital de La Grave, dans les 4 000 m2 de l'ancienne maternité, qu'a été inaugurée le 20 juin la Cité de la santé. Ce nouvel espace, implanté auparavant au centre Claudius Regaud, va accueillir des activités tournées vers la prévention, les soins et la recherche, purement ambulatoires.

"La réimplantation des activités de soins ambulatoires au sein de la Cité de la santé confirme les engagements du CHU de maintenir une offre de santé au cœur de la ville sur un des sites où est née l'histoire de la médecine à Toulouse", explique Marc Penaud.

La reconversion du site de La Grave a été engagée par la Ville de Toulouse et le CHU de Toulouse (qui en sont les deux propriétaires). L'opération a nécessité plus de deux ans de travaux pour 13 millions d'euros de budget, auxquels s'ajoutent 5 millions d'euros de frais externes liés au caractère classé du bâtiment.

Cité de la santé

Les travaux de restauration de la chapelle Saint-Joseph de La Grave (dôme) vont débuter prochainement et coûteront 3,8 millions d'euros. (Crédits : Rémi Benoit).

Prévention et soins de proximité

À l'intérieur de ces locaux entièrement rénovés, sont installées sept activités dédiées à la prévention, l'éducation thérapeutique ou encore à l'intervention précoce sur les facteurs de risques et situations de vulnérabilité avec :

  • le Centre de santé sexuelle,
  • la Permanence d'accès aux soins de santé (PASS)
  • l'Espace régional d'éthique d'Occitanie
  • les activités ambulatoires du Gérontopole et centre séniors
  • la Maison médicale de garde,
  • le Centre d'éducation thérapeutique Jean-Pierre Tauber,
  • l'Institut régional d'éducation et de promotion de la santé Occitanie (IREPS).

"C'est un hôpital qui ne fait pas que diagnostiquer et soigner, il va aussi  vers la prévention. Il accueille les populations qui connaissent des fragilités particulières. Que ce soit des fragilités sociales ou des personnes avec des risques de perte d'autonomie. Et grâce à nos activités qui sont développées ici, celles de jour en particulier, nous sommes en capacité d'accompagner les personnes pour éviter qu'elles tombent dans la dépendance ou pour éviter le développement de pathologies", développe le directeur.

La Cité de la santé accueillera alors dans les mois à venir une étude-clinique inédite sur le vieillissement à partir de 30 ans. De plus, elle devrait recevoir à terme plus de 4000 patients dans son pôle de gérontologie (contre 1500 actuellement).

Lire aussi : Inspire : pourquoi les entreprises toulousaines s'engagent dans le projet ?

Cité de la santé

Le pôle de gérontologie devrait accueillir plus de 4000 patients contre 1 500 actuellement. (Crédits : Rémi Benoit).

La Cité des Arts

Au-delà de la création d'un nouvel espace pour les activités sanitaires, la reconversion de La Grave comporte également l'élaboration d'un projet culturel baptisé "Cité des Arts".

"Il manque à Toulouse un lieu capable d'accueillir de grandes expositions sur des périodes de plusieurs mois, un espace de création et de résidence d'artistes, un centre d'interprétation du patrimoine", argumente le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc

Le lieu sera composé d'espaces de création, d'expositions et d'échanges dans les domaines des arts et du patrimoine. Pour élaborer le programme culturel pendant les deux prochaines années, un conseil sera installé à partir de septembre 2019. En son sein, des experts dans les domaines du patrimoine et des arts visuels, de représentants des sites institutionnels mais aussi culturels de référence en France et à l'étranger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :