À Toulouse, la désillusion est grande dans certains écoquartiers

Deux programmes d’écoquartiers emblématiques de la Ville rose provoquent la colère des habitants qui dénoncent des malfaçons et des dysfonctionnements. Reportage.

4 mn

Aux Quatre-Vents, la désillusion est grande chez certains habitants.
Aux Quatre-Vents, la désillusion est grande chez certains habitants. (Crédits : Rémi Benoit)

Avec 89 logements répartis sur quatre bâtiments, la résidence des Quatre-Vents est l'un des plus grands programmes d'habitat participatif de France. Il est né dans une friche industrielle de la Cartoucherie, un écoquartier en devenir à Toulouse. Depuis la loi Alur en 2014, qui a donné une définition juridique à l'habitat participatif, ce type de réalisation connaît un certain essor. La particularité des Quatre-Vents est d'avoir intégré l'accession sociale à la propriété afin d'attirer le plus grand nombre. En plus de bénéficier des dernières normes thermiques, les habitants disposent de multiples salles communes, de chambres d'amis, d'un studio de musique...

Un ballet ininterrompu d'artisans

Mais un peu plus d'un an après la livraison du programme, la désillusion est grande chez certains.

"À notre arrivée, nous avons émis sept pages de réserves. Il n'y avait pas de portail au parking : je me suis fait braquer ma voiture. Dans le logement, le balcon était aux normes les plus low cost du secteur, et donc pas vraiment protégé pour les enfants, il manquait les volets roulants et l'eau chaude sortait à 80 °C", énumère Benoît (prénom d'emprunt).

Dans son appartement, c'est un ballet ininterrompu d'artisans qui viennent, depuis un an, réparer les malfaçons. Il montre un mur tordu dans une chambre : "Rien d'anormal, apparemment c'était conçu comme ça", s'énerve-t-il. Il n'est pas le seul dans ce cas. Via un groupe WhatsApp, les habitants s'échangent photos et témoignages de leurs galères. Sur le volet participatif, une bonne partie des résidents s'implique dans les assemblées générales mais "le processus de décision est très long, il faut un an pour trancher sur un sujet car les 89 logements doivent se mettre d'accord", regrette l'un d'eux. Plusieurs habitants réfléchissent à attaquer en justice le groupe Des Chalets, qui a réalisé le programme. Relancée à plusieurs reprises, l'association des habitants des Quatre Vents n'a pas donné suite à nos demandes d'interview.

Pierre Marchal, directeur général de Garonne-Développement, en charge de l'assistance à maîtrise d'ouvrage, reconnaît que "la mise en route a été difficile". Mais il assure qu'il reste "à peu près 20 % des problèmes à résoudre qui sont d'ordre conjoncturel avec des entreprises n'ayant pas toujours la réactivité souhaitée". Pour l'exemple du parking sans portail, il vise "une société qui n'a pas respecté son plan de charge". Certains artisans ont également fait faillite, ce qui a pu retarder les réparations. De son côté, Benoît pointe "un budget trop serré par rapport aux ambitions du projet". Son logement lui a été vendu à 2 500 euros le mètre carré, un prix très attractif sachant qu'à Toulouse la cote du neuf était de 3 845 euros en 2018, selon la Fédération des promoteurs immobiliers. Sur ce point, Garonne-Développement rappelle que "les terrains ont été vendus à des tarifs bonifiés par les collectivités, ce qui a permis de proposer ces prix mais en aucun cas il n'y a de problème de coût de construction".

Une chaufferie biomasse mais des journées sans eau chaude

À Ramonville-Saint-Agne, au sud de Toulouse, l'écoquartier Maragon-Floralies s'est attiré, lui aussi, les foudres des habitants. Cet ensemble de 300 logements livrés en 2015 et réalisé également par le groupe Des Chalets avait vocation à devenir exemplaire. Fin 2016, la ministre du Logement de l'époque, Emmanuelle Cosse, était même venue remettre un label national à cet ensemble immobilier innovant équipé d'une chaufferie collective biomasse.Pourtant, de nombreux dysfonctionnements ont été relevés par les habitants, qui ont créé un groupement afin de faire remonter leurs doléances.

"La chaufferie biomasse, c'est bien pour l'apparat. Mais les systèmes d'alerte ne fonctionnent pas et on est régulièrement privés d'eau chaude", rapporte Hetty Couëta, membre du groupement de résidents. Notre facture d'électricité est calculée en fonction des consommations de l'ensemble de l'écoquartier. Comment voulez-vous inciter les gens à faire des économies d'énergie ? Il faudrait que ce soit individualisé ou du moins mesuré sur chaque immeuble !"

L'écoquartier a connu aussi des malfaçons. "Pendant trois ans, il y avait du jour au niveau de ma baie vitrée. J'ai dû acheter des rideaux thermiques pour que l'air froid ne pénètre pas chez moi", rappelle-t-elle. De son côté, Pierre Marchal, de Garonne-Développement, indique que la plupart de ces problèmes ont été traités et que des réunions publiques trimestrielles sont organisées. "Nous travaillons sur un idéal et il y a toujours un décalage par rapport à la réalité, note-t-il. Pour certains, ces programmes sont la seule chance d'accéder à la propriété. Le niveau d'exigence des habitants est supérieur à la norme."

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 16/03/2019 à 22:35
Signaler
Bonjour, J'habite dans cette propriété depuis le début. J'ai participé à l'élaboration du projet depuis la 1e réunion en mars 2013. Je fais également partie du CA de l'association des habitants, du conseil syndical et des réunions de suivi des GPA e...

à écrit le 08/03/2019 à 21:22
Signaler
Bonjour, Je trouve le commentaire de l'assistant à la maîtrise d'ouvrage, Pierre Marchal, très désobligeant et moralisateur à l'égard des résidents des 4 Vents : Nous travaillons sur un idéal et il y a toujours un décalage par rapport à la réalité, ...

à écrit le 08/03/2019 à 9:51
Signaler
La photo représentant l'article est celle d'Abricoop, la coopérative d'habitant.e.s (17 logements) faisant partie de l'habitat participatif des 4 vents. La personne anonyme qui parle en son nom propre dans l'article ne réside pas dans cet immeuble et...

le 08/03/2019 à 10:39
Signaler
Bonjour, Benoît habite bien aux Quatre Vents. L'association des habitants des 4 vents a été relancée à plusieurs reprises et n'a pas souhaité donner suite à notre grand regret. Le maître d'ouvrage apporte son point de vue donc de pas de manichéisme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.