"Un nouvel outil doit être créé pour réfléchir à l'offre commerciale"

 |   |  925  mots
Dominique Faure est vice-présidente de Toulouse Métropole en charge du développement économique et de l'aménagement des zones d'activités économiques.
Dominique Faure est vice-présidente de Toulouse Métropole en charge du développement économique et de l'aménagement des zones d'activités économiques. (Crédits : Rémi Benoit)
La vice-présidente de Toulouse Métropole en charge du développement économique, Dominique Faure, appelle de ses voeux la création d'une nouvelle instance pour réfléchir à la pertinence des surfaces commerciales déjà autorisées mais pas encore créées, le "stock". La réflexion doit désormais être menée à l'échelle de l'aire urbaine, défend l'élue.

La dernière enquête de l'Observatoire partenarial du commerce et de la consommation (OP2C), que vous présidez, indique "une progression continue de l'offre commerciale de grandes surfaces" sur l'aire urbaine de Toulouse. L'offre a ainsi augmenté depuis 2011 de 8% sur l'aire urbaine, atteignant 1,4 million de m2. Les consommateurs sont-ils réellement au rendez-vous ?

Tout d'abord, rappelons qu'aujourd'hui la demande des consommateurs est multiple. L'acte d'achat se fait aussi bien auprès des commerces de proximité que des grandes surfaces mais aussi sur le web. Si Amazon s'installe à Toulouse - j'ai inauguré la semaine dernière leur première agence de livraison du Sud-Ouest - c'est bien parce que les Toulousains consomment de plus en plus en ligne.

Ensuite, si un opérateur privé décide d'installer une grande surface, c'est qu'il considère qu'il existe une demande. Cependant, force est de constater que certains d'entre eux, à des fins tout autre que de répondre un besoin de marché, pourraient venir sur notre territoire, sans avoir donc la garantie de trouver en face des consommateurs. C'est...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :