Emploi : Carole Delga demande plus de prérogatives au Premier ministre

À la tête d'une région de près de 6 millions d'habitants de plus en plus impactée par le chômage, la socialiste Carole Delga souhaite voir le Conseil régional devenir coordinateur du service public de l'emploi. Reçue à Matignon, elle l'a demandé à Manuel Valls le 14 janvier dernier et l'a répété le 21 janvier lors de la cérémonie des vœux aux personnalités à Toulouse.
(Crédits : Aziz Oulhiyane/RegionLRMP)

Entre novembre 2014 et novembre 2015, le chômage a augmenté de 4,5 % sur le seul territoire de Midi-Pyrénées et de 5,1 % sur le territoire de Languedoc-Roussillon. Une nette dégradation à laquelle veut s'attaquer la nouvelle présidente de la Région commune.

Après avoir annoncé début janvier le lancement d'un plan pour l'emploi à destination des entreprises du BTP, l'ex-secrétaire d'État a ainsi réagi aux annonces faites par François Hollande. Elle a fait part à Manuel Valls, le Premier ministre qui l'a reçue à Matignon le 14 janvier, de son "souhait de voir la région devenir coordinateur du service public de l'emploi". Elle a également demandé que LRMP "puisse être en situation de mener des politiques expérimentales fortes pour être au plus près des besoins des entreprises et des demandeurs d'emplois et développer l'apprentissage pour nos jeunes".

Depuis la loi Notre de 2015, les régions sont en effet en charge de l'économie, de l'innovation et de la formation professionnelle sans pour autant avoir la responsabilité de Pôle emploi, que d'autres, comme Bruno Le Maire aimeraient par ailleurs privatiser.

Lors de ses vœux à Toulouse le 21 janvier, Carole Delga a aussi fait part de sa confiance dans l'économie régionale citant notamment "l'industrie de pointe - l'aéronautique, le spatial, la robotique - mais aussi la filière numérique, la santé, les biotechnologies". À la tête d'une région bicéphale, Carole Delga a prévu une nouvelle cérémonie de vœux ce soir 22 janvier à Montpellier.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 23/01/2016 à 13:18
Signaler
Il faudrait d'abord qu'elle commence par une réforme structurelle régionale. Mais, vu qu'elle crée un nouvel échelon, c'est mal parti. Et nos finances ainsi que l'administratif sera alourdi. Et puis, c'est inadmissible de voir le nombre de format...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.