Troisième ligne de métro : Ni Labège ni l’aéroport ne sont dans le tracé

 |   |  995  mots
Tracé de la ligne présenté le 18 décembre en comité syndical Tisseo.
Tracé de la ligne présenté le 18 décembre en comité syndical Tisseo. (Crédits : DR)
Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc a présenté ce vendredi 18 décembre en comité syndical de Tisséo le tracé choisi pour la troisième ligne de métro. 17 stations sont prévues. La desserte de Labège et de l'aéroport ne sont pas dans l'itinéraire de référence, mais positionnées en option. Décryptage et réactions.

C'était l'une des promesses de campagne de Jean-Luc Moudenc pendant les municipales de 2014. Le président de Toulouse Métropole et Jean-Michel Lattes, président de Tisséo ont présenté ce vendredi 18 décembre en comité syndical SMTC-Tisséo le tracé de la troisième ligne de métro toulousaine. Baptisé Toulouse Aerospace Express, ce projet prévoit 17 stations sur 21 km. Pour Jean-Luc Moudenc, le moment est important, il le qualifie même d'"historique" :

"Le 18 décembre est une date historique pour la 4e ville de France, Toulouse et sa Métropole. Nos deux collectivités entrent de plain pied dans le 21ème siècle en détaillant le projet le plus important de ces deux dernières décennies pour notre territoire."

Le métro doit relier les principaux pôles économiques de la métropole (et 48 % des emplois) en contournant par le nord de l'agglomération le centre-ville via les sites d'Airbus à Colomiers et Saint-Martin, la gare Matabiau, Montaudran et Airbus Defence and Space. Une partie aérienne est prévue aux extrémités de la ligne entre la station Jean Maga et Airbus Colomiers et entre la station L'Ormeau et Airbus Defence and Space. Le projet est budgétisé pour un coût total de 1,7 milliard d'euros avec un début des travaux en 2019 et une mise en service pour 2024.

troisieme ligne

Tracé présenté ce 18 décembre (Crédit : DR).

La desserte de l'aéroport en option

Première surprise : l'itinéraire de référence ne prévoit pas de station à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Un trajet optionnel reliant le Stade Ernest Wallon et l'aéroport représenterait un coût supplémentaire de 112 millions d'euros. Outre le coût, Toulouse Métropole met en avant un autre argument : "En regardant la fréquentation de la nouvelle ligne de tramway qui relie le centre-ville à l'aéroport, nous nous sommes aperçus que seul un tiers des passagers de la ligne l'utilise pour se rendre à l'aéroport", explique Jean-Luc Moudenc.

Le maire (PRG) de Blagnac Bernard Keller n'est pas de cet avis :

"Il serait très dommageable que cette troisième ligne ne relie pas sans rupture de charges la gare et l'aéroport, une zone qui représente à elle seule 75 000 emplois."

Quid de Labège ?

L'autre point de débat concerne la desserte de Labège. Rappelons que le Sicoval porte le projet de prolongement de la ligne B du métro jusqu'à Labège. En février, Jean-Luc Moudenc avait remis en cause le PLB, estimant qu'il faudrait choisir entre les deux projets (PLB ou troisième ligne). Dans le tracé présenté ce vendredi, deux trajets optionnels sont présentés à partir du terminus d'Airbus Defence and Space : le premier prévoit une station supplémentaire à l'INP de Toulouse et un terminus au niveau de l'Innopôle de Labège (surcoût de 122 millions d'euros) ; l'autre option prévoit une station supplémentaire à Malepère (surcoût de 70 millions d'euros).

Jean-Luc Moudenc a précisé :

"Il n'y aura pas de tracé en forme de fourche, il faudra donc étudier ces deux options. Dès le mois de janvier, nous allons travailler avec Jacques Oberti (président du Sicoval, NDLR) pour lever ces options. De la même manière, dans le premier trimestre 2016, nous allons discuter avec Airbus et la SNCF du trajet optionnel au Nord de l'agglomération."

Le président de Toulouse Métropole a indiqué que ces options ne sont pas budgétisées dans le projet global de 1,7 milliard d'euros, il faudra donc des financements privés pour les concrétiser.

Au sujet du PLB, le discours de Jean-Luc Moudenc semble avoir évolué puisqu'il n'oppose plus le PLB et la troisième ligne comme des projets concurrents. Les deux projets seraient-ils complémentaires ? "Tout est ouvert", a assuré l'élu.

Des interrogations sur le PLB

Pas de réaction pour le président du Sicoval, qui a quitté la comité syndical avant la fin de la réunion. Le vice-président du Sicoval en charge des transports Arnaud Lafon a néanmoins apostrophé Jean-Luc Moudenc :

"Vous avez été élu sur un projet, celui de la troisième ligne. Au Sicoval, nous avons également été élus sur un projet, le PLB. Nous allons faire en sorte de ne pas bloquer la troisième ligne si Toulouse Métropole nous aide pour le prolongement de la ligne B."

Les plus fortes inquiétudes viennent du président du groupe socialiste à Toulouse Métropole, Claude Raynal :

"À ce jour, de nombreuses interrogations subsistent. Le projet Toulouse Aerospace Express se fera-t-il au détriment du prolongement de la ligne B qui est prêt à démarrer ? Nous notons d'ailleurs que le coût de l'option de desserte de Labège est du même ordre que celui du prolongement de la ligne B. Entraînera-t-il l'abandon de projets de transports en commun de surface et, si oui, lesquels ? Diminuera-t-on aujourd'hui l'offre de service pour permettre demain le financement de la 3e ligne ?"

Pour Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne (favorable au PLB, qu'il cofinance) : "ce projet de 3e ligne, qui mérite d'être étudié plus avant, ne doit cependant pas sonner le glas des autres projets de transports en commun engagés sur l'agglomération et urgents à mettre en œuvre, comme le prolongement de la ligne B de métro à Labège qui est techniquement prêt et financièrement bouclé."

Cette question du financement de la troisième ligne reste entière, puisque les porteurs du projet n'ont présenté qu'un coût global. Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo, a promis que le plan de financement détaillé serait présenté en juillet 2016. Le calendrier prévisionnel est le suivant : réalisation des études préliminaires et adoption du tracé définitif d'ici 2018, concertation et enquête publique entre 2018 et 2019 et réalisation des travaux entre 2019 et 2024.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :