Pour sa dernière plénière, Martin Malvy mise sur l'usine du futur et le numérique

 |   |  536  mots
Martin Malvy préside la région Midi-Pyrénées depuis 1998 © photo Rémi Benoit
Martin Malvy préside la région Midi-Pyrénées depuis 1998 © photo Rémi Benoit
À la tête du Conseil régional depuis 1998, le socialiste Martin Malvy présidait ce mardi 3 novembre sa dernière assemblée plénière. Soucieux de léguer à son successeur(e?) "une région en état de marche", le président de Région a mis l'accent sur l'usine du futur, l'École régionale du numérique et la création d'un réseau régional de Fablabs.

"L'usine du futur et les fablabs sont les deux legs de la région", a estimé Martin Malvy ce mardi 3 novembre à l'issue de sa dernière assemblée plénière en tant que président de la Région Midi-Pyrénées. À 79 ans (dont 17 années passées à la tête du Conseil régional), Martin Malvy a décidé de passer la main. Sa favorite est Carole Delga qui mène la liste PS/PRG pour les élections régionales de décembre prochain. "Je livre aujourd'hui une région en état de marche et nous travaillons depuis un an pour que la fusion des deux régions se fasse dans de bonnes conditions, sans interruption, sans vide", a expliqué ce mardi 3 novembre le président de Région.

"Il faudrait 15 à 20 Fablabs dans la région"

Lors du bilan de son action, Martin Malvy a particulièrement insisté sur les leviers de croissance que constituent le numérique et l'usine du futur, notant notamment que la France est en retard en la matière :

"La France a loupé le coche de la robotisation, de peur que la machine remplace l'homme. En Allemagne, on compte 135 000 robots, et 85 000 en Italie mais seulement 45 000 en France", a-t-il fait remarquer, montrant lors de son discours deux objets conçus grâce à la fabrication additive.

"Nous soutenons les entreprises notamment avec le plan usine du futur et le plan aéronautique."

Martin Malvy a également annoncé que la Région Midi-Pyrénées allait lancer un appel à projets pour créer un réseau régional de Fablabs, ouvert au grand public comme aux startups. "Il faudrait 15 à 20 Fablabs dans la région", a-t-il indiqué.

À noter que rien qu'en Haute-Garonne, il y a déjà une dizaine de Fablabs, en comptant ceux hébergés par des écoles ou des instituts de recherche.

Côté numérique toujours, la région va décliner la "grande école du numérique" promise par François Hollande. Le projet prévoit de labelliser plusieurs lieux de formations avec des cours web destinés en priorité aux élèves en décrochage scolaire et à des demandeurs d'emploi en reconversion professionnelle. 200 jeunes sont visés à terme. "À l'entrée du cursus, la parité homme/femme sera respectée", a précisé la semaine dernière Nadia Pellefigue, la vice-présidente de la Région en charge de l'Enseignement supérieur. Pour l'heure, seulement 12 % de filles intègrent les écoles d'ingénieurs.

En parallèle, à la mi-novembre, une quinzaine de jeunes vont intégrer la première promotion numérique de l'École régionale de la 2e chance.

Un fonds commun aux deux régions pour financer les entreprises

La Région Midi-Pyrénées a adopté ce mardi la création d'un fonds de participation à l'échelle de la nouvelle grande région pour le financement des entreprises pour la période 2015-2020. Étant donné que les subventions européennes via le Feder continueront à être touchées séparément par Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon au cours du prochain mandat, la Région propose que chaque entité remplisse un pot commun. Ce fonds pourrait être compris "entre 50 et 100 millions d'euros pour Midi-Pyrénées".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :