Toulouse Métropole labellisée "territoire à énergie positive", recevra 500 000 euros

 |   |  388  mots
La liste des 212 territoires lauréats du label "territoire à énergie positive" a été dévoilée lundi 9 février par le ministère de l’Écologie. Avec 47 lauréats, la région Midi-Pyrénées arrive dans le trio de tête des régions les mieux représentées. Toulouse Métropole obtient une aide de 500 000 euros.

La ministre de l'Écologie Ségolène Royal vient de publier la liste des 212 territoires retenus pour le label "territoire à énergie positive". À ce titre, Midi-Pyrénées tire son épingle du jeu avec 47 lauréats, ce qui fait d'elle la deuxième région la plus "labellisée", juste derrière la région Centre (48). L'objectif de ce nouveau label est simple : permettre à tous les territoires retenus d'atteindre l'autonomie et l'autosuffisance énergétique à l'horizon 2050, en finançant des projets à court terme.

Toulouse Métropole fait partie des territoires labellisés et obtient une aide 500 000 euros.

"Toulouse Métropole relève le défi énergétique et climatique et anticipe la révision du plan climat énergie territorial en concentrant dès 2015 ses efforts autour de 3 axes : la préservation de la qualité de l'air, l'adaptation au changement climatique et la transition énergétique pour la croissance verte", a déclaré Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole.

Julien Birlinger, chargé de mission énergie-climat au sein du PETR du pays Midi-Quercy, l'un des lauréats dans la région Midi-Pyrénées, complète :

"Nous devons diviser par deux la consommation d'énergie sur notre zone et, dans un même temps, arriver à 50 % d'énergies renouvelables produites sur notre territoire."

Un label source d'emploi

Avec ce label, les collectivités bénéficieront donc d'une aide de 500 000 euros sur trois ans. Elle pourra être renforcée jusqu'à 2 millions d'euros, en fonction de la qualité des projets mais aussi de leur contribution aux objectifs inscrits dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

En facilitant l'implantation de ces "structures vertes", Ségolène Royal vise 100 000 nouveaux emplois sur trois ans à travers l'Hexagone. À titre d'exemple, les entreprises et les artisans du bâtiment estiment que la mise en chantier rapide de la rénovation énergétique peut créer 75 000 emplois en France.

"Actuellement, nous rénovons entre 70 à 80 logements par an. Grâce à cette labellisation, à nos actions et à l'aide financière, nous espérons passer à 200 logements rénovés d'ici trois ans", illustre Julien Birlinger.

Le label est donc une aubaine pour les lauréats. Le projet du PETR (pôles d'équilibre territoriaux et ruraux) du plateau de Midi-Quercy, par exemple, voit grâce à cette aide 70 % de ses dépenses prévues déjà financées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :