Diplomatie économique : les ambassadeurs en région vont-ils disparaître ?

 |   |  1044  mots
Pierre Ménat, ambassadeur en Midi-Pyrénées.
Pierre Ménat, ambassadeur en Midi-Pyrénées. (Crédits : Rémi Benoit)
L'initiative a-t-elle fait flop ? En mars 2013, dans le cadre de sa diplomatie économique, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, avait nommé six ambassadeurs dans onze régions pour relier le monde diplomatique au monde économique régional. Deux ans plus tard, le dispositif ne compte plus que trois diplomates, dont un en Midi-Pyrénées. Bilan.

Le 6 février 2013, Laurent Fabius, le ministre socialiste des Affaires étrangères invite les représentants de 18 régions pour échanger sur la mise en place du dispositif "ambassadeurs pour les Régions". L'objectif : mettre des diplomates à disposition des présidents des conseils régionaux pour "renforcer le lien entre l'offre productive de nos territoires et le réseau diplomatique français".

L'initiative est attrayante. Un mois plus tard, six ambassadeurs sont nommés dans onze régions, dont Midi-Pyrénées. Deux ans plus tard, ils ne sont plus que trois diplomates à prêter leurs services aux collectivités régionales de Champagne-Ardennes, Lorraine, Haute-Normandie, Limousin et Midi-Pyrénées. Le dispositif est-il en voie d'extinction ?

Une mission floue

Trois mois après le lancement de leur mission, les diplomates devaient "soumettre un plan d'action déclinant concrètement les objectifs poursuivis et les échéances qui sont fixées". Une évaluation régulière entre le ministère et le Conseil régional était prévue pour mesurer la création de valeur du dispositif.

Ainsi, en mai 2013, Henry Zipper de Fabiani, ancien ambassadeur en Bosnie-Herzégovine et au Tadjikistan, nommé en...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :