Avec la fusion des régions, que deviendront les Ceser ?

 |   |  266  mots
Jean-Louis Chauzy, président du Ceser Midi-Pyrénées
Jean-Louis Chauzy, président du Ceser Midi-Pyrénées (Crédits : Rémi Benoit)
Au 1er janvier 2016, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ne formeront plus qu’une seule et unique région. Mais qu’en sera-t-il des Ceser, les Conseils économiques, sociaux et environnementaux ? Le point avec leurs présidents dans les deux régions.

Avec la fusion de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon au 1er janvier 2016, nombreux sont les organismes publics et parapublics à réfléchir actuellement à un rapprochement avec leurs homologues de la région voisine. C'est notamment le cas des Ceser, les Conseils économiques, sociaux et environnementaux, qui représentent les acteurs économiques et sociaux des territoires.

Ces assemblées consultatives, qui incarnent les "forces vives" régionales, seront-elles amenées à fusionner elles aussi ? Si le projet de loi NOTRe, actuellement en débat à l'Assemblée nationale, reste peu disert à ce sujet, pour Jean-Louis Chauzy, président du Ceser Midi-Pyrénées, cela ne fait absolument aucun doute. Selon lui, dans la mesure où chaque Ceser est attaché à un conseil régional, les fusions des deux assemblées devraient être réalisées simultanément, au 1er janvier 2016. "Il est logique de 'coller' au nouveau territoire", estime-t-il. Un avis que partage pleinement son homologue de Languedoc-Roussillon, Guy Giva.

"Il devrait n'y avoir à terme qu'un seul Ceser pour l'ensemble de la région, assure-t-il. D'ailleurs, nous commençons déjà à travailler ensemble."

Et de préciser : "Ce n'est pas une unité de façade."

Vision prospective 2030

En attendant, les deux Ceser viennent d'être missionnés par leurs conseils régionaux respectifs afin de plancher ensemble sur une vision prospective de la grande région à l'horizon 2030. "Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon sont des territoires complémentaires", estime Jean-Louis Chauzy. "C'est un gros challenge mais, ensemble, nous serons une grande et belle région, assure Guy Giva. Si nous sommes intelligents, nous ferons en sorte que 1 + 1 ne fassent pas 2, mais 2,5."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2015 à 17:14 :
cette fusion est logique mais comment le nouveau conseil sera-t-il constitué?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :