Pascal Mailhos, ancien patron des RG, est nommé préfet de la Haute-Garonne et préfet de région

 |   |  231  mots
Pascal Mailhos, nouveau préfét de région Midi-Pyrénées et de la Haute-Garonne
Pascal Mailhos, nouveau préfét de région Midi-Pyrénées et de la Haute-Garonne
Le nouveau préfet de la région Midi-Pyrénées et de la Haute-Garonne a été nommé ce mercredi en conseil des ministres. Jusqu'alors préfet de la région Bourgogne, Pascal Mailhos, par ailleurs ancien directeur des renseignements généraux, retrouve ainsi sa région natale. Il succède à Henri-Michel Comet, nommé préfet des Pays de la Loire et de Loire-Atlantique.

Le successeur d'Henri-Michel Comet est désormais connu. Il s'agit de Pascal Mailhos, qui occupait depuis 2011 les fonctions de préfet de la région Bourgogne et de la Côte-d'Or. Juriste de formation, cet Albigeois de 56 ans est un pur produit du corps préfectoral. Petit-fils de préfet, Pascal Mailhos est par ailleurs diplômé de Sciences Po Paris et de l'ENA. Il a occupé de nombreuses fonctions au sein des services de l'État : directeur du cabinet du préfet de Seine-et-Marne, secrétaire général de la préfecture de la Meuse, conseiller technique au cabinet de Charles Pasqua (alors ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'aménagement du territoire).

Ancien directeur des renseignements généraux de 2004 à 2006, il a été remplacé dans ses fonctions par Joël Bouchité, proche de Bernard Squarcini, sur proposition de Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur de l'époque. À ce moment là, selon Le Figaro, Nicolas Sarkozy reprochait à Pascal Mailhos de ne pas l'avoir informé de l'affaire Clearstream et d'avoir minimisé les violences urbaines de novembre 2005. Il a ensuite été nommé directeur de la modernisation et de l'administration territoriale au secrétariat général du ministère de l'Intérieur.

Passionné de marche, d'histoire et de patrimoine, Pascal Mailhos est aussi un amateur de rugby. La date de sa prise de fonction n'est pas encore connue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2018 à 9:33 :
Monsieur Le Prefet, Monsieur MAILHOLS,
Autant je comprends le droit de grève, autant je suis atterré par cette violence et par nos responsables politiques qui ne font rien pour endiguer ces actes très violents.
Aujourd'hui les écoles, les collèges et les lycées qui n'étaient pas en grève sont bloqués par des piquets de grévistes, c'est totalement insoutenable.
A quand l'armée dans la rue pour rétablir l'ordre républicain, et protéger les personnes et les biens.
Ces casseurs, ces forcenés de la destruction qui ont été mis en garde à vue devraient être condamnés à ^des travaux de nettoyage, d'intérêts publics et condamnés à payer les dégâts.
Faut-il en arriver à s'organiser en milice pour leur faire face.
On attend que vous interveniez...
il y en a assez.
Cordialement
J Cl GELIS

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :