Municipales : "Jean-Luc Moudenc et Christine de Veyrac s'autodétruisent" selon l'Alliance centriste

 |   |  533  mots
Jean-Marie Belin
Jean-Marie Belin
Divergences de points de vue au sein de l'Alliance centriste. Son président en Haute-Garonne Jean-Marie Belin préfère "défendre un projet plutôt qu'une personnalité" pour les prochaines municipales à Toulouse. Pourtant, son parti a réaffirmé la semaine dernière son soutien à la candidate UDI Christine de Veyrac. Jean-Marie Belin revendique sa liberté de penser tout en affirmant qu'il n'y a pas de désaccord sur le fond, et dénonce le "duel d'individualités" entre Christine de Veyrac et Jean-Luc Moudenc.



L'Alliance centriste soutient-elle toujours la candidature de Christine de Veyrac ?

L'alliance centriste attend avant tout un projet. Nous soutenons la démarche de l'UDI de rassembler tous les centristes, mais pour le moment il manque un projet. Jean-Louis Borloo, en visite à Mazamet la semaine dernière, a encore une fois parlé de "chef de file, de chef de projet". Mais quel projet ? Comme pour un film, quand on n'a pas de vedette incontournable, on commence par écrire le scénario. Aujourd'hui, nous n'avons pas cette vedette. Je donne deux mois et demi à Christine de Veyrac et Jean-Luc Moudenc pour proposer un projet fort et visible pour le centre.

Jean-Luc Moudenc est-il centriste selon vous ?

Il est plus centriste que Christine de Veyrac. Les reproches de "droitisation" qui lui sont faits sont injustifiés. Lui, comme Christine de Veyrac, a les qualités pour mener une liste d'union aux municipales, mais il faut arrêter ce duel d'individualités. Tous les deux s'autodétruisent et ce n'est pas de cette façon que l'on va trouver quelqu'un pour gagner le Capitole. Au final, si l'arithmétique est la seule solution pour avoir un candidat, Moudenc sera en tête car il est celui des deux qui a récemment gagné une élection (législatives, NDLR). Mais est-ce que cela suffit pour mener un projet ? Il faut lutter contre cette personnalisation de l'élection. Quand je lis que Marie Déqué affirme que Jean-Luc Moudenc n'est pas la bonne personne pour mener une liste d'union, j'attends la suite : qui propose-t-elle ? (lire notre article: Municipales à Toulouse, qui mènera la liste d'union de la droite et du centre?)

Vous étiez présent lors de l'officilaisation de la candidature de Christine de Veyrac. Existe-t-il maintenant des désaccords entre l'Alliance centriste et l'UDI ?
Non, il n'y a pas de désaccord, mais nous pouvons tout de même nous exprimer librement. À la suite du sondage publié par Objectifnews sur les intentions de vote des Toulousains, j'ai réagi en parlant de la nécessité d'un véritable projet (dans ce sondage Christine de Veyrac recueille 3% des intentions de vote au 1er tour des municipales, NDLR). Cela a été vécu par certains comme un acte d'autonomie vis-à-vis de l'UDI. On me l'a doucement reproché. Mais on peut être unis sans forcément être d'accord sur tout. Quelques jours après mes déclarations, l'Alliance centriste, sans me consulter, à envoyé un mail aux rédactions toulousaines pour confirmer son soutien à l'UDI. Le mail intitulé "Communiqué de Jean Arthuis et Philippe Foliot" a été envoyé depuis l'adresse de Christine de Veyrac elle-même ! Je ne conteste pas le fond, mais la méthode.

Que pensez-vous du bilan de Pierre Cohen ?

J'apprécie Pierre Cohen, on se parle régulièrement, et franchement. À quelques détails près, son bilan n'est pas si mauvais. Il reste des problèmes d'insécurité et de saleté en ville mais des progrès ont été faits. Le problème de cette municipalité, c'est qu'elle ne fait pas assez confiance aux élus et à la personnalité civile. Beaucoup de dossiers sont gérés par des technocrates.

Propos recueillis par Sophie Arutunian
© photo DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :