Jean-Luc Moudenc dénonce le "calcul politique" de Pierre Cohen et appelle au rassemblement

 |   |  357  mots
Jean-Luc Moudenc
Jean-Luc Moudenc
Jean-Luc Moudenc présentait ses vœux à la presse hier (lundi 21 janvier). L'occasion pour lui de revenir sur l'appel au rassemblement pour les municipales, lancé à Toulouse par le président de l'UDI, Jean Louis Borloo. L'ancien maire de Toulouse en a profité pour réaffirmer son attachement aux valeurs centristes, répondant aux déclarations de Pierre Cohen. Il a également pointé l'incohérence des chiffres du recensement depuis l'arrivée au Capitole des socialistes.

Jean-Luc Moudenc l'affirme, "2013 est une année de préparation électorale". Lors de ses vœux à la presse, l'ancien maire de Toulouse a tenu à saluer l'appel au rassemblement prôné par Jean-Louis Borloo lors de son allocution toulousaine, jeudi 17 janvier. Lui-même partisan d'un "grand rassemblement" à Toulouse pour 2014, au-delà "d'une logique purement partisane", Jean-Luc Moudenc a évoqué de possibles discussions entre l'UMP et l'UDI dans les mois à venir. Toutefois, s'il comprend l'ambition affichée par l'ancien ministre UMP dans sa volonté de conquête du Capitole, Jean-Luc Moudenc appelle l'UDI à garder le "sens des réalités". Le leader du groupe Toulouse pour Tous évalue à 3 % les forces UDI à Toulouse au regard des législatives de 2012.

Le "calcul politique" de Pierre Cohen
Jean-Luc Moudenc a ensuite réagi au propos de Pierre Cohen l'accusant d'appartenir à la "frange dure" de l'UMP. "Je suis un homme de centre droit, je mourrai en homme de centre droit", a t-il affirmé. Jean-Luc Moudenc estime que cette déclaration de l'actuel maire est le fruit "d'un calcul politique". "De quel droit Pierre Cohen, délivre t-il des brevets de centrisme", s'est-il étonné. Le député de la 3e circonscription de Haute Garonne a par ailleurs raillé le dogmatisme de gauche de l'actuelle majorité municipale.

Problématique du recensement
Jean-Luc Moudenc a également dénoncé "la mauvaise qualité des enquêtes de recensement", réalisées depuis que la municipalité socialiste emploie 65 % d'agents vacataires. En effet, selon les chiffres obtenus pour l'année 2009, Toulouse n'aurait accueilli que 651 nouveaux habitants. Or, selon Jean-Luc Moudenc, tous les autres indicateurs disponibles (permis délivrés, inscription en crèche, circulation) montrent une hausse plus sensible.

L'opposition municipale estime que cette incohérence est le fait de la "négligence" des agents recenseurs vacataires, moins bien formés et concernés que des agents permanents spécialisés. Les chiffres du recensement ont une incidence financière pour la ville de Toulouse, puisqu'ils permettent de déterminer la Dotation générale de fonctionnement allouée par l'État. Le recrutement d'agents vacataires sera justement débattu vendredi 25 janvier en conseil municipal.

Vincent Pléven
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :