"Le nouveau président doit faire un audit sur l'ensemble des comptes publics", interview du candidat Modem Arnaud Lafon

 |   |  727  mots
Arnaud Lafon a longtemps envisagé de se présenter à la présidence du Département de Haute-Garonne pour y mettre de l'ordre
Arnaud Lafon a longtemps envisagé de se présenter à la présidence du Département de Haute-Garonne pour y "mettre de l'ordre" (Crédits : ON / Rémi Benoit)
Candidat sur le canton de Castanet, le Modem Arnaud Lafon, en binôme avec Élisabeth Barral, a terminé en tête du premier tour avec 34,09 %. Il est un des rares candidat de droite dans ce cas et il a devancé le binôme de la conseillère générale sortante Muriel Pruvot (Union de la gauche, 31,61 %). Un temps candidat à la présidence du Département, le maire de Castanet a mis de côté ses ambitions devant le résultat global de la droite mais livre ses attentes pour le tout nouveau Conseil départemental.

Quelle est votre vision du rapport de forces politiques à l'issue du premier tour ?
Je vois une seule chose. Partout où la droite et le centre sont en position de force, le FN est bas. Sur la commune de Villemur-sur-Tarn, Jean-Marc Dumoulin met 20 points au Front National. À Rieumes, Jennifer Courtois-Perissé met aussi 20 points.
Ce résultat du Front National est l'échec de la politique socialiste. Pierre Izard s'est vanté d'avoir rééquilibré rural et urbain. Les ruraux ont tellement été servis qu'ils ont voté FN. Le meilleur allié du PS, c'est le FN. Grâce à lui, le Parti Socialiste va garder le Département. C'était leur seule chance de se sauver.
Pierre Cohen s'y était employé pour les municipales en donnant le droit de vote aux immigrés mais ça n'a pas suffi. À force de jouer avec le feu, ils vont se brûler.

Quelle doit être, selon vous, la première action du nouveau président du Conseil départemental ?

Qu'il soit de gauche ou de droite, le nouveau président doit faire un audit sur l'ensemble des comptes publics du Département et de ses satellites. Il y a de vraies économies possibles. Le Département a une structuration budgétaire très complexe, il faut faire un point précis afin de dégager l'univers des possibles pour la mise en place des politiques publiques.
Dans la même logique, il faut supprimer les doublons, les triplons, voire les quadruplons. Il faut gagner en efficacité publique. Sur les politiques de l'emploi, de l'insertion, du handicap, il est essentiel de déterminer qui est le mieux placé pour faire quoi. Certains travailleurs sociaux vont voir le Département puis la commune pour bénéficier de plus d'aides. Il faut absolument supprimer le multi-guichets.
Un exemple concret : les réseaux Arc en Ciel et Tisséo n'ont pas les mêmes normes d'accessibilité pour leurs abribus. Du coup, on a parfois deux abribus à quelques mètres l'un de l'autre. On n'a plus les moyens de se payer ce luxe-là.

Justement, quelle doit être l'articulation des compétences entre la Métropole, le Département et la Région ?
À mon sens, il faut faire une conférence des exécutifs avec la Région, les communautés de communes et les communauté d'agglomération. Il faut mettre en place des indicateurs communs d'évaluation de l'efficacité des politiques publiques qui permettront de déterminer qui est le plus efficient dans la gestion de tel ou tel secteur. Nous avons une impérieuse mission d'efficacité. On ne peut plus gaspiller l'argent public. L'austérité nous oblige à cela. À Castanet-Tolosan, les dotations de l'État ont baissé de 5 % et, grâce à ces indicateurs, nous avons pu conserver les mêmes prestations sans augmenter les impôts.

Vous parlez beaucoup d'économies. Le Département doit-il remettre en question ses engagements à financer le prolongement de la ligne B ?
Non, je crois en la parole donnée. Il ne faut pas trahir les engagements que l'on prend. Les 80 M€ sont une promesse verbale de Pierre Izard. Dans les faits, le Département s'est engagé à hauteur de 40 M€. Donc, si j'étais président du Conseil départemental, je m'empresserais de faire voter les 40 M€ supplémentaires avec les autorisations de programme et des crédits de paiement.

Le financement de la ligne 3 serait-il également assuré ?
Il faut arrêter de réfléchir en politique guichet. Le Département ne doit pas financer ou ne pas financer un projet sous prétexte qu'il ne lui plait pas. Le Département a vocation à être partenaire de la politique de transports. Il doit être contributeur et aussi décideur, au sein de Tisséo notamment.

Êtes-vous, à titre personnel, favorable à la privatisation de l'aéroport ?
Pour rappel, Pierre Izard y est défavorable alors qu'il a fait partie du comité de soutien de François Hollande, qui a mis en œuvre cette privatisation. Personnellement, j'y suis totalement défavorable et opposé. L'ensemble des collectivités locales membres de la société de gestion de l'aéroport doivent agréer les nouveaux actionnaires. Je refuserais l'agrément aux Chinois. Nous n'avons aucune raison de vendre les bijoux de famille à l'étranger, d'autant plus quand cela entraîne des hausses de trafic. Castanet-Tolosan est sur le couloir aérien et cela ne m'intéresse pas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :