Selon le préfet de Haute-Garonne "rien ne permettait de prévoir que 80 extrémistes allaient se fondre dans la manifestation"

Après les dégâts provoqués en marge de la manifestation contre le barrage de Sivens à Toulouse, le préfet de Haute-Garonne et de Midi-Pyrénées est venu expliquer en quoi ce rassemblement avait dégénéré.

1 mn

Selon, Pascal Mailhos, "ce n'est pas parce qu'une manifestation est interdite qu'elle ne se tient pas". Il ajoute que "rien ne permettait de prévoir que 80 extrémistes allaient se fondre dans la manifestation et se mêler à l'intérieur du groupe". "S'il y a une nouvelle manifestation, je tiendrais compte de celle-ci pour adapter les moyens." Le préfet revient aussi sur la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. "Début mars, les 13 préfets de département se réuniront", explique Pascal Mailhos, pour prévoir du mieux possible cette unification du territoire.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 02/03/2015 à 15:24
Signaler
A QUOI SERVE les DST la DRCI et toutes ses OFFICINES soit disant pour nous proteger,incapables, l'Aveu du Prefet de CONNAITRE ses Pertubateurs,mais les compter apres??Pourquoi le Maire de TOULOUSE et le President de la CCI,n'ont pas PORTER contre se...

à écrit le 28/02/2015 à 13:33
Signaler
Inadmissible. Ne pas prévoir ce risque alors que d'autres manifs antérieures avait dégénéré, est une FAUTE PROFESSIONNELLE. Démissionnez Monsiour le Préfet!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.