Régionales : en Occitanie, la socialiste Carole Delga réélue haut la main

Sans grande surprise, la présidente sortante a été réélue assez facilement en Occitanie, à l'issue du second tour des élections régionales. La socialiste Carole Delga récolte plus de 58% des voix. Derrière, Aurélien Pradié (LR) n'arrive pas à revenir sur le Rassemblement National et Jean-Paul Garraud. Toutes les réactions des candidats.

5 mn

La socialiste Carole Delga a été réélue facilement en Occitanie, à l'issue des élections régionales.
La socialiste Carole Delga a été réélue facilement en Occitanie, à l'issue des élections régionales. (Crédits : Rémi Benoit)

"Je ne pense pas qu'on puisse renverser la vapeur", disait il y a quelques jours le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, à "son" candidat Aurélien Pradié (LR). Et il ne croyait pas si bien dire. Selon des résultats partiels du ministère de l'Intérieur, avec un dépouillement à 90%, Carole Delga a été réélue haut la main en Occitanie à l'issue du second tour des élections régionales.

Dans une seconde manche marquée par une abstention aussi importante qu'au premier tour, malgré l'appel à la mobilisation de tous les partis, la socialiste récolte 56,87% des suffrages exprimés dans cette triangulaire face aux Républicains et au Rassemblement National. À titre de comparaison, en 2015, face aux mêmes adversaires, celle-ci avait récolté "seulement" 44,81% des voix.

"Ce soir, l'Occitanie a fait un choix clair (...) autour du progrès, de l'écologie et de la justice sociale. À près de 58%, ce résultat m'honore et m'oblige... Notre projet est très largement approuvé (...) Personne ne sera laissé sur le bord du terrain et surtout pas notre jeunesse, dans un modèle de société qui allie emploi et écologie", a notamment déclaré Carole Delga, sur la place du Capitole à Toulouse quelques minutes après l'officialisation des résultats.

Lire aussi 12 mnRégionales : Qui est Carole Delga, celle qui veut prendre part au débat en 2022 ?

Une opposition RN affaibli après le scrutin

Au cours de la soirée, la présidente réélue s'est félicitée d'être à la tête d'une "région qui fait reculer l'extreme droite". "Carole Delga croit marcher sur l'eau actuellement, mais elle doit se rendre compte que ce n'est qu'une flaque face à l'abstention qui a marqué ce scrutin". Soulignant l'abstention d'environ 61%, cette réaction émane de Jean-Paul Garraud, le candidat du Rassemblement National aux élections régionales en Occitanie.

C'est un échec cuisant en Occitanie pour cet eurodéputé du parti de Marine Le Pen. Celui qui rêvait de victoire en ce 27 juin a plutôt réalisé la performance de faire reculer l'extrême droite au sein du conseil régional en Occitanie. Louis Aliot, qui avait mené la lutte en 2015, avait récolté 33,87% des voix et 40 sièges d'élus en 2015. Six ans plus tard, son successeur obtient 24,86% des voix et autour de 25 sièges pour son parti. Néanmoins, il tient à rappeler que "ce soir, nous (le RN) sommes (encore) la principale force d'opposition à Carole Delga".

Lire aussi 10 mnRégionales 2021 : en Occitanie, le duel Delga (PS)-Garraud (RN) se confirme selon un sondage exclusif La Tribune-IFOP-Europe 1

"Je suis déçu, c'est évident. La barre était assez haute, puisque les sondeurs l'avaient mise haute, cette barre. C'est la prime au sortant, quel que soit le sortant. Tous les présidents de Région sortants ont été réélus (...) Mais ce que je regrette, c'est que la droite s'est divisée. Les LR, que je connais bien car j'en viens, ont été un facteur de division", a notamment réagi le candidat, entouré de ses militants.

Une droite qui veut préparer l'alternance

Troisième homme de cette triangulaire des élections régionales en Occitanie, Aurélien Pradié (LR) a obtenu 18,27% des voix. Les Républicains, qui avaient obtenu un peu plus de 21% en 2015, avec 25 sièges à la clé, devraient sensiblement conserver le même nombre de sièges dans l'hémicycle régional.

Aurélien Pradié

Aurélien Pradié sera l'un des nouveaux visages de l'opposition à Carole Delga au conseil régional d'Occitanie (Crédits : Rémi Benoit).

"Je suis heureux de cette performance qui n'était pas gagnée, ni au premier tour, ni au second tour. Nous allons quasiment faire égalité avec le Rassemblement National en nombre d'élus. C'est une bonne performance pour avoir une base pour permettre l'alternance en 2026. Vous allez me voir pendant six ans. Je me suis engagé de manière durable pour l'Occitanie et pour réussir en politique, il faut tenir sur la longueur... J'ai mis 14 ans à faire basculer le Lot (il est député de ce département, ndlr)", rappelle-t-il pour faire comprendre qu'il veut aussi basculer l'Occitanie à droite.

Après une campagne courte, intense et entachée par l'abstention, c'est donc un nouvel hémicycle régional qui s'est dessiné ce dimanche 27 juin. Sans écologistes et mélenchonistes, mais avec une socialiste renforcée, face à laquelle les droites tenteront d'exister.

Lire aussi 5 mnRégionales : en Occitanie, Carole Delga écarte EELV du conseil régional

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 28/06/2021 à 5:25
Signaler
En occitanie la gauche rase gratis pour offrir à découvert maison avec piscine non déclarée au pied de la mer... le tout grâce au transfert par les banques nationales de l'épargne des fourmies sous forme de subprimes.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.