Régionales : en Occitanie, amertume chez LFI et EELV, délaissés par Delga

En raison de la non-fusion de leurs listes avec celle de la socialiste Carole Delga, EELV et LFI vont disparaître du conseil régional en Occitanie. Les trois forces de gauche n'ont su s'entendre dans l'entre-deux tours des élections régionales. Les deux délaissés sont aujourd'hui amers, au point de ne pas donner de consigne de vote envers la présidente sortante.

5 mn

Myriam Martin (LFI) et Antoine Maurice (EELV) regrettent l'attitude de Carole Delga dans l'entre-deux tours des élections régionales en Occitanie.
Myriam Martin (LFI) et Antoine Maurice (EELV) regrettent l'attitude de Carole Delga dans l'entre-deux tours des élections régionales en Occitanie. (Crédits : Rémi Benoit)

"La position de Vincent Terrail-Novès ne me surprend pas. Carole Delga a passé plus de temps à attaquer La France Insoumise (LFI) plutôt que la politique du gouvernement. Elle a fait, et fait, une campagne très tournée vers l'électorat macroniste", lâche Myriam Martin, la candidate mélenchoniste aux élections régionales en Occitanie. La conseillère  régionale sortante pointe ainsi du doigt le fait que le candidat de la majorité présidentielle a fait savoir dans les colonnes d'Actu Toulouse qu'il voterait lors du second tour (dimanche 27 juin) pour la présidente socialiste sortante, à titre personnel, tout en ne donnant pas de consigne de vote officielle à ses électeurs du premier tour.

Lire aussi 6 mnRégionales : en Occitanie, Pradié (LR) se pose en rassembleur des anti-Delga

À travers cette sortie, la candidate arrivée sixième lors de la première manche avec 5,06% des voix, et donc un score suffisant pour fusionner avec une liste qualifiée au second tour, veut surtout partager son amertume sur l'attitude de Carole Delga à l'égard de son parti. "Depuis le début, j'ai été très clair, il n'y aura pas d'accord avec LFI (dans l'entre-deux tours, ndlr). Je ne le souhaite pas et je ne partage pas les valeurs de Jean-Luc Mélenchon", avait notamment déclaré peu après l'annonce des résultats la candidate socialiste.

Par conséquent, malgré ses 76.000 électeurs au premier tour de ces élections régionales en Occitanie et "un score bien en deça de ce que nous espérions faire", le parti de gauche ne comptera plus aucun conseiller régional sur le prochain mandat en raison du fait de ne pas avoir atteint les 10% pour se maintenir tout d'abord et de cette non-alliance avec la socialiste dans un second temps.

"Désormais, nous serons auprès des collectifs qu'on soutenait déjà, notamment engagés contre les grands projets inutiles de cette région Occitanie. Par ailleurs, on ne souhaite qu'aucune voix aille au Rassemblement National. Quant au reste, ce sera à Carole Delga d'aller chercher nos électeurs, mais sans insulter les gens", déclare Myriam Martin, qui se refuse à donner toute consigne de vote à son électorat du premier tour.

Ne pas faire une liste commune avec EELV, une erreur fatale ?

Par ailleurs, pour justifier cet échec politique, elle dénonce aussi le refus d'une liste commune prononcé par Antoine Maurice et son parti EELV, qui ont mené une liste autonome en Occitanie, tout en étant éliminés au premier tour avec seulement 8,84 % des suffrages exprimés. "Antoine Maurice a fait l'erreur de ne pas accepter la proposition d'une liste commune en mars, alors même que nous lui proposions de mener ce grand rassemblement. Il a tenté quelque chose d'opportuniste qu'il a payé cher", estime-t-elle.

Dès dimanche soir, les écologistes ont entamé le dialogue avec Carole Delga en vue d'une fusion, Antoine Maurice jugeant que "le temps de se retrouver est venu". Seulement, la socialiste a prévenu publiquement qu'elle ne changerait pas une ligne de son programme, après être arrivée largement en tête au premier tour. Une position que regrette la liste Occitanie Naturellement aujourd'hui.

"Dimanche soir et lundi matin, les discussions engagées avec Carole Delga ont eu lieu dans un climat de défiance et de fermeture totale. Avec obstination, les amis de Carole Delga ont refusé de prendre le moindre engagement ferme en faveur de la transition écologique. Nous avons acté nos désaccords sur des grands projets : Port-La-Nouvelle, LGV, autoroute Toulouse-Castres, le financement de vols low-cost dans des aéroports secondaires, la chasse, la corrida. Mais pire, ils ont refusé de discuter de nos propositions constructives d'un plan pour la qualité de l'air, d'un plan pour les associations, d'un plan de soutien à la culture, d'engagements pour doubler la surface agricole en bio, en imposant leur seul projet et préférant nous balader sur des propositions de postes aussi floues qu'insultantes", a dénoncé Antoine Maurice à l'occasion d'une conférence de presse.

La liste Occitanie en Commun proposait effectivement un groupe indépendant EELV au conseil régional, une vice-présidence et six élus, mais aucun compromis sur le programme ne s'est dégagé en parallèle. Conséquence, aucun accord entre les écologistes et le PS n'a été trouvé pour cet entre-deux tours des élections régionales en Occitanie, comme avec LFI.

Lire aussi 5 mnRégionales : en Occitanie, Carole Delga écarte EELV du conseil régional

"La réalité c'est que là où un.e socialiste est arrivé.e largement en tête (Occitanie, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine), aucun accord n'a été fait avec les écologistes. En revanche, dans toutes les régions où les écologistes sont arrivé.e.s en tête, ils et elles ont montré leur volonté et capacité de rassemblement des projets et des équipes de l'ensemble des forces de gauche et écologistes", ajoute l'ancien candidat.

Forte d'un résultat en sa faveur inattendu, la socialiste Carole Delga aura profité de cette élection pour épurer "sa" majorité, si elle confirme son avance au second tour, dimanche 27 juin.

Lire aussi 7 mnRégionales : les enjeux du second tour en Occitanie en trois questions

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/06/2021 à 7:30
Signaler
C'est curieux EELV ne promène plus Greta Thunberg ??? elle n'est pas souffrante au moins ? Vous ne trouvez pas curieux d'avoir de plus en plus d'inondations l'hiver et des sécheresses de plus en plus fortes l'été ? Si on avait DEUX fois plus de pr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.