Régionales : Maurice (EELV) , l'écologiste d'Occitanie qui aime vraiment l'aéronautique ?

En cette dernière semaine de campagne électorale avant le premier tour des élections régionales, La Tribune décrypte chaque jour le programme économique de l'un des principaux candidats du scrutin en Occitanie. Au sommaire ce mercredi, Antoine Maurice, un candidat d'Europe Écologie Les Verts qui se place en supporter le plan ambitieux de la filière aéronautique selon ses dires, tout en voulant faire émerger près de 100.000 emplois verts par la formation et la conditionnalité des aides. Présentation.

5 mn

Antoine Maurice, tête de liste EELV aux élections régionales d'Occitanie, lors du débat organisé par La Tribune, mardi 1er juin à Toulouse.
Antoine Maurice, tête de liste EELV aux élections régionales d'Occitanie, lors du débat organisé par La Tribune, mardi 1er juin à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)

"Dans cette élection, je suis certainement la liste qui soutient le plus l'aéronautique", avait-il lancé lors du débat organisé par La Tribune, à Toulouse, mardi 1er juin. Pour tenir cette position, Antoine Maurice, la tête de liste d'Europe Écologie Les Verts (EELV) pour les élections régionales en Occitanie, s'appuie sur ses ambitions en matière d'économie et plus particulièrement sa volonté d'anticipation. Le candidat propose la constitution "d'un accord global sur la mutation de la filière aéronautique", qui emploie plus de 100.000 personnes en Occitanie.

Lire aussi 12 mnRégionales 2021: malgré les crises dans l'aéronautique et le tourisme, l'Occitanie peut rebondir

"Aujourd'hui, on regarde les licenciements dans cette filière sans agir. Nous souhaitons prendre le leadership politique et l'initiative en actionnant tous les outils que nous avons à notre disposition. Dans cette démarche, nous souhaitons associer l'État, les collectivités locales, l'Europe et les syndicats afin de se mettre tous ensemble autour de la table pour poser les bases de cette mutation", avait-il déclaré lors d'une conférence de presse au début du mois de mai.

Ce "sommet" dédié à l'aéronautique doit déboucher sur plusieurs axes stratégiques comme la diversification des entreprises du secteur là où les transferts technologiques sont possibles, mais aussi la formation voire la reconversion des salariés du secteur impactés par la crise sanitaire, pour ne citer que ces dimensions souhaitées.

Pour financer ses ambitions, le candidat écologiste mise sur le prochain CPER (Contrat plan État-Région), un engagement mutuel pluri-annuel qui grave dans le marbre les subventions de l'État sur divers projets régionaux comme la construction d'un lycée. Le prochain, qui doit couvrir la période 2021-2027, est actuellement en négociations entre la préfecture et le conseil régional d'Occitanie pour un montant qui devrait tourner autour de 5,7 milliards d'euros. A contrario, Antoine Maurice veut supprimer les subventions aux petits aéroports régionaux d'Occitanie, ce qui représente une somme d'environ 20 millions d'euros par an, car ce sont selon lui des aéroports uniquement dédiés aux compagnies low-cost aux politiques sociales contestables.

Près de 100.000 emplois "verts" dès 2022 en Occitanie

Par la mobilisation de cette enveloppe financière de près de six milliards d'euros, le candidat EELV veut ainsi soutenir le "génie écologique", avec lequel il espère créer des dizaines de milliers d'emplois verts de demain, en se basant une étude du cabinet EY qui va dans ce sens.

"L'écologie est le moteur de l'économie aujourd'hui et dès 2022, nous proposons 94.000 emplois non délocalisables et durables. Par exemple, nous voulons faire à Port-la-Nouvelle le port du XXIe siècle autour d'un centre de recherche et de développement sur les bateaux du futur, le démantèlement et le recyclage des bateaux, ou la recherche sur les matériaux composites. Nous proposons un tourisme des quatre saisons, local et tourné vers la nature comme le tourisme à vélo, qui pourrait créer 1.2000 emplois dès 2022. Dans l'énergie, ce sont 25.000 emplois qui peuvent être créés autour de la sobriété énergétique, de l'isolation thermique, etc.", avait ainsi listé Antoine Maurice, lors du débat organisé par La Tribune.

Pour atteindre ses objectifs, au-delà de remettre en cause toutes les aides à l'investissement aux entreprises qui procèdent à des licenciements économiques, le candidat veut conditionner les aides du conseil régional à des critères environnementaux et sociaux. Une manière pour lui de contrer l'OPA que tente Carole Delga (PS) sur son électorat par un programme économique au vert très prononcé.

Lire aussi 7 mnRégionales : la "conditionnalité" des aides aux entreprises au cœur des débats en Occitanie

"L'argent public doit aider les entreprises à la transition écologique donc pas un euro n'ira aux projets qui ne sont pas neutres pour le climat, la biodiversité et l'emploi", a même ajouté le candidat face aux autres candidats le 1er juin.

Formation et revenu universel d'existence

Et pour tenter de "contrer" le "revenu écologique jeunes" de son adversaire socialiste, qui consiste à obtenir une indemnité mensuelle en l'échange du suivi d'une formation vers un emploi durable, Antoine Maurice propose le revenu universel d'existence.

Lire aussi 4 mnRégionales : Antoine Maurice (EELV) dévoile son plan pour les jeunes d'Occitanie

"Aujourd'hui, les jeunes sont exclus des minima sociaux. Alors, ce revenu universel leur permettra de ne pas accumuler les emplois précaires pour répondre à leurs besoins et de pouvoir étudier sereinement", justifie sa jeune colistière Nejla Feliachi.

Dans les plans du candidat EELV, ce seront 1.500 personnes qui seront concernées et plus précisément 500 jeunes de 18 à 25 ans, 500 habitants d'une zone rurale et 500 habitants d'un Quartier prioritaire de la ville (QPV). "Le coût de l'expérimentation dans ces jauges est estimée à 14 millions d'euros. Néanmoins, on se laisse la possibilité de travailler avec des conseils départementaux volontaires sur le sujet pour porter le projet et partager le financement, ce qui pourrait permettre de donner une autre ampleur à l'expérimentation", explique le candidat écologiste.

Néanmoins, l'idée portée par la liste Occitanie Naturellement reste "l'émancipation de la jeunesse". C'est pourquoi le candidat, aujourd'hui conseiller municipal et métropolitain à Toulouse, veut déployer ses efforts à destination de la jeunesse également sur la formation, pour laquelle aujourd'hui le conseil régional d'Occitanie consacre environ 450 millions d'euros chaque année.

Lire aussi 7 mnRégionales : PS-EELV en Occitanie, un simple break avant les retrouvailles ?

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.