Régionales : Vincent Terrail-Novès veut multiplier par trois le budget du tourisme en Occitanie

Le candidat soutenu notamment par LREM aux élections régionales en Occitanie veut faire du tourisme un acteur majeur de la relance économique. Pour cela, celui qui est maire de Balma veut gonfler le budget régional alloué au secteur et provoquer une montée en gamme de l'offre touristique. Dans cette logique, Vincent Terrail-Novès prévoit également la création de deux établissements de formation.

4 mn

Vincent Terrail-Novès, à la tête de la liste Nouvel Elan Occitan pour les élections régionales, est soutenu par la majorité présidentielle dans ce scrutin.
Vincent Terrail-Novès, à la tête de la liste Nouvel Elan Occitan pour les élections régionales, est soutenu par la majorité présidentielle dans ce scrutin. (Crédits : Rémi Benoit)

À l'été dernier, La Tribune titrait "l'Occitanie, un colosse aux pieds d'argile", malheureusement révélateur de la situation économique régionale. Si la région aux 13 départements apparaît comme la plus touchée sur le volet économique, c'est parce qu'elle souffre de deux lames de fond que sont une industrie aéronautique plus qu'à l'arrêt, tout comme son activité touristique. Ces deux activités sont aujourd'hui les plus bridées par les restrictions sanitaires et les conséquences qui s'en suivent.

"En Occitanie, la première industrie est celle de l'agroalimentaire. La deuxième, c'est celle de l'aéronautique et la troisième c'est le tourisme. Cette dernière pèse pour près de 11% du PIB de la région, 100.000 emplois et 16 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Soit celui de la filière aéronautique dans la région hors Airbus", souligne Vincent Terrail-Novès, le candidat aux prochaines élections régionales d'Occitanie, soutenu par la majorité présidentielle.

Lire aussi : Régionales : en Occitanie, Vincent Terrail-Novès officialise sa candidature

Grâce à ses 220 kilomètres de côtes, ses dizaines de ports de plaisance et même huit sites classés au patrimoine de l'Unesco, la région du sud-ouest apparait sans surprise comme l'une des régions où le tourisme représente une part non négligeable de son activité. Pour le candidat qui se présente avec le soutien de LREM notamment, soutenir cette activité économique est une obligation.

"Nous ne pouvons pas dire que le conseil régional sortant n'a rien fait en matière d'économie. Seulement, il y a, certes, soutenir les entreprises mais il y a aussi ce que nous donne la nature et qui n'est pas suffisamment exploité à mon goût. Pourtant, ce sont des emplois non délocalisables. La région Occitanie est totalement endormie sur le tourisme", pointe le candidat qui participera au débat organisé par La Tribune à Toulouse le 1er juin, à l'occasion de ces élections régionales.

Lire aussi : Régionales : La Tribune organise un débat en Occitanie le 1er juin

Une chaire internationale de recherche sur le tourisme durable

Le conseiller régional d'opposition et maire de Balma (sans étiquette depuis son départ des Républicains en 2017) prend pour preuve le budget récemment voté par l'exécutif régional sortant avec à sa tête la socialiste Carole Delga. "Le budget régional alloué au tourisme est de 67 millions d'euros par an, investissement et fonctionnement confondus. Si nous prenons des budgets annexes, nous arrivons autour des 100 millions d'euros", regrette l'élu local. En tant que candidat, ce dernier promet de le tripler sur l'échelle du mandat en cas de victoire en juin prochain pour favoriser "une relance économique par le tourisme". Ce qui ferait 300 millions d'euros par an de budget annuel ou 1,5 milliard à l'échelle du prochain mandat.

Lire aussi : Régionales : les premières mesures économiques de Vincent Terrail-Novès pour l'Occitanie

"Cette revalorisation du budget permettra de créer le fonds 'Elan pour le tourisme Occitan 1+1'. Avec celui-ci un euro investit par un porteur de projet fera l'objet d'une subvention d'un euro du conseil régional, l'idée étant d'accompagner une montée en gamme de notre offre touristique. Nous pourrions accompagner financièrement l'installation d'un équipement pour chauffer une piscine, l'acquisition d'équipements de bien-être ou encore subventionner l'amélioration de la connexion internet pour l'hôtellerie de plein air", cite Vincent Terrail-Novès.

Par cette amélioration de la qualité d'accueil des touristes, le candidat veut organiser l'afflux touristique dans la région, pour une meilleure répartition sur l'ensemble territoire. "Allez demander aux Audois s'ils profitent de l'attractivité de la Cité de Carcassonne et ses deux millions de touristes annuels", lance-t-il. Afin d'assurer son approche qualitative enclenché par son fonds, le candidat marcheur promet aussi la création d'une "chaire internationale de recherche interdisciplinaire pour le tourisme durable" en Occitanie.

Lire aussi : Après le vide, Lourdes en quête d'un miracle économique. Reportage

Enfin, le maire de Balma (Haute-Garonne) veut enclencher une montée en puissance des compétences dans le secteur, notamment par la création d'une "école des hautes études touristiques du type HEC", dit-il. Un établissement de haut-niveau qu'il veut coupler à "une école de l'accueil touristique à Toulouse, avec quatre à cinq antennes sur le territoire régional". Des futurs diplômés qui pourraient trouver un emploi via la "plateforme spécifique pour les emplois saisonniers" qu'entend créer Vincent Terrail-Novès s'il venait à remporter les élections régionales prévues les 20 et 27 juin.

Lire aussi : Vincent Terrail-Novès : les (grandes ?) ambitions d'un jeune maire de droite

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/05/2021 à 20:33
Signaler
C'est pas gagné. Assimiler les habitants de l'ex-languedoc au sud-ouest, c'est déjà oublier la moitié de la région ! Va falloir être un peu plus rassembleur...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.