Aéronautique : "sauver les emplois d'aujourd'hui et penser ceux de demain"

 |   |  1202  mots
Le candidat écologiste au Capitole, Antoine Maurice, souhaite organiser des Assises Nationales de l'Aéronautique à Toulouse.
Le candidat écologiste au Capitole, Antoine Maurice, souhaite organiser des Assises Nationales de l'Aéronautique à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
À la tête de la liste Archipel Citoyen - Toulouse Ensemble, l'écologiste Antoine Maurice propose dans nos colonnes une tribune exclusive, sur l'avenir de la filière aéronautique et de ses dizaines de milliers d'emplois. Ainsi, en plus d'accompagner cette industrie dans la transition environnementale, il propose d'organiser à Toulouse des Assises de l'Aéronautique une fois élu. Par ailleurs, l'élu EELV propose de travailler sur une diversification du tissu industriel local.

"L'industrie aéronautique est une chance pour Toulouse, une chance pour l'emploi. Demain, Maire de Toulouse, je défendrai les emplois de cette filière avec pugnacité.

La crise sanitaire du COVID-19 a joué un rôle de révélateur des failles de notre société. Elle a mis en exergue, d'une part les carences et la non-adaptation de nos activités productives pour répondre aux besoins fondamentaux de notre population et, d'autre part la vulnérabilité et l'injustice de notre système économique mondialisé.

Le ralentissement économique et ses conséquences sociales du fait des premières annonces de plans de licenciements nous obligent à défendre les emplois menacés, à penser le rôle du secteur aéronautique sur l'aire toulousaine et plus largement à repenser nos attentes à l'égard de l'ensemble de notre tissu industriel. C'est dans ce but, que j'ai souhaité rencontrer, pendant tout le mois de mai dernier des salarié.e.s du secteur, des responsables d'entreprises, des représentant.e.s syndicaux, des universitaires et des citoyen.ne.s, animant le débat sur les urgences présentes et l'avenir de la filière aéronautique.

"Sortir des énergies fossiles"

En parallèle de cette crise sanitaire conjoncturelle, nous demeurons évidemment dans un contexte structurel de dérèglement écologique. Les alertes scientifiques sur l'accentuation du réchauffement climatique ne cessent de se multiplier. De fait, celui-ci commande la transformation de nos systèmes productifs et de nos économies, plus généralement. Sortir des énergies fossiles et assurer au plus vite une transition vers des énergies 100% renouvelables est un objectif à la fois essentiel pour le climat et nécessaire pour créer un nouveau modèle économique. Rappelons que le transport aérien ne peut être exempté de sa contribution à l'objectif impérieux de réduction des gaz à effet de serre.

En outre, les tensions sur le marché du pétrole qui pourrait avoir atteint son pic de production et l'évolution probable de la réglementation internationale, poussée par la conditionnalité des mesures de soutien au secteur, rendent l'avenir de cette filière complexe, si celle-ci ne parvient pas à se réinventer rapidement.

Nous sommes donc, à ce jour, à la fois dans une crise conjoncturelle avec un risque massif de destruction d'emplois dans le secteur aéronautique (et autres emplois induits) et face à une nécessaire adaptation de nos sociétés, imposée par le dérèglement écologique que nous devons contenir le plus possible. Cela nous oblige donc à penser un monde nouveau, et à répondre à ces deux urgences de manière concomitante. Ce serait une erreur que de traiter l'urgence brûlante sans traiter l'urgence du lendemain, ou de considérer l'avenir sans s'assurer du présent.

"Organiser les Assises nationales de l'aéronautique, ici à Toulouse"

Pour ce faire, le 28 juin prochain, si vous me donnez votre confiance pour que je devienne votre maire, je vous propose le chemin suivant.

J'entends prendre la responsabilité d'accueillir et d'organiser, les Assises nationales de l'aéronautique, ici, à Toulouse. Toulouse, ville de l'aéropostale, qui porte avec fierté la réussite d'Airbus et de ses partenaires, fruit d'une coopération de plusieurs Etats européens, est devenue, grâce à l'intelligence collective de toutes et tous, la capitale européenne de l'aéronautique. Ces assises auront un double objectif. Premièrement, elles devront permettre de soutenir la filière aéronautique pour parer à la crise sociale. L'Etat a annoncé, un plan de 15 milliards d'euros. Nous veillerons à ce que les aides soient conditionnées à la préservation des emplois et à l'engagement de prendre des orientations stratégiques en conformité avec les Accords de Paris sur le climat. Les activités de recherche (avion hydrogène) seront soutenues par l'Etat, et nous souhaitons qu'elles le soient à la condition de servir une véritable réorientation écologique. La crise ne peut ni être un prétexte pour procéder à des licenciements, ni le moyen d'user d'argent public sans conditions écologiques strictes.

Deuxièmement, ces assises doivent nous permettre de définir collectivement les voies d'évolution et de pérennité du secteur aéronautique et, aussi, de manière plus globale, l'avenir industriel de notre territoire. L'expertise technique toulousaine unique et mondialement reconnue dans le domaine aéronautique doit aussi être mobilisée pour étudier des solutions compatibles avec les enjeux écologiques.

Les Assises réuniront, outre les collectivités du territoire et les services de l'Etat, les différents acteurs de cette filière: les salarié.e.s, les syndicats, les entreprises donneuses d'ordre, des représentants des ensembliers et sous-traitants, des scientifiques de disciplines variées, des associations et des ONG, notamment de protection de l'environnement, des citoyens et des riverains. Plus globalement, une nouvelle approche industrielle d'ensemble est nécessaire, sous tendue par une stratégie politique : reconversion, diversification, reconstitution de filières, réindustrialisation, relocalisations, maillage du territoire et nouvelles coopérations entre territoires.

"La définition d'un nouveau tissu industriel pour l'aire toulousaine, est une nécessité"

Nous proposons par ailleurs de réfléchir à une diversification de nos activités économiques et à aider à la structuration de filières permettant de répondre à la transition écologique. Nombre de secteurs peuvent être mobilisés ou revalorisés pour lutter contre le dérèglement climatique, ils ont un potentiel important de développement ou de création d'emplois comme le bâtiment et la construction, avec la rénovation thermique de logements, l'agriculture (agroécologie) et l'agro-alimentaire, pourvoyeuses de nombreux emplois, les transports publics, le recyclage et la réparation de biens, le développement des énergies renouvelables, la production éco-industrielle locale, l'économie sociale et solidaire, etc.

Ces évolutions seront d'autant plus vitales que même si le recours à l'avion reste indispensable pour certaines utilisations, nous savons que le transport aérien devra, au regard des impératifs climatiques, être sérieusement réévalué. La projection du doublement du trafic aérien dans les quinze prochaines années n'apparaît pas tenable.

Cette crise sanitaire a accru la crise sociale préexistante, et engendré, par l'arrêt des activités économiques, des difficultés financières importantes pour les entreprises de l'aéronautique, et en particulier, dans le tissu des TPE PME; elle aura des conséquences graves pour les salarié.e.s et pour les habitant.e.s de la métropole. Nous apporterons tout notre soutien, à court terme, aux entreprises de la filière, tout en préparant l'avenir. La mutation du secteur aéronautique (comme d'autres secteurs) et la définition d'un nouveau tissu industriel pour l'aire toulousaine, est une nécessité pour nombre d'acteurs que nous avons d'ores et déjà rencontrés.

J'affirme qu'avec de la volonté politique et la prise en compte des avis de l'ensemble des acteurs concernés, nous pouvons collectivement définir un nouveau modèle économique qui crée des emplois durables, de qualité et qui est respectueux de notre environnement. Ici, à Toulouse, commence une autre ville où nous serons capables de réinventer de nouvelles manières de travailler et de vivre, pour le bien-être de toutes et tous."

Lire aussi : Municipales : La Tribune organise son Débat Éco' le 15 juin à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :