Municipales : Pellefigue, qualifiée pour le 2ème tour, est sceptique sur l'avenir du scrutin

 |   |  318  mots
Comme Antoine Maurice, Nadia Pellefigue envisage une union des gauches.
Comme Antoine Maurice, Nadia Pellefigue envisage une union des gauches. (Crédits : Rémi Benoit)
En récoltant 18,54 % des voix, Nadia Pellefigue se qualifie pour le second tour des élections municipales à Toulouse. Elle lance ainsi un appel à Antoine Maurice pour réaliser l'union des gauches dans huit jours. Cependant, la candidate soutenue par le PS alerte sur la situation sanitaire et demande un report du second tour.

"Les Toulousains ne veulent pas une continuité du mandat actuel". En récoltant 18,54 % des votes exprimés à Toulouse, Nadia Pellefigue arrive en troisième position du premier tour des élections municipales, derrière le maire sortant, Jean-Luc Moudenc (35,92 %) et la liste Archipel Citoyen, menée par Antoine Maurice (27,55 %).

La vice-présidente de la région Occitanie ré-affirme, après ce premier tour, sa volonté d'offrir une alternative au mandat actuel, mais qui passera par une union des trois listes de gauche, ayant récolté au total plus de 50% des voix (Pierre Cohen a lui récolté 5,69 % des votes).

"Sur les 36% d'électeurs, une majorité d'entre eux se sont exprimés pour un choix différent que celui de la continuité. Nous aurons à construire, dans la clarté et la cohérence, les termes d'une méthode qui permettrait de rassembler la gauche toulousaine. Au moment où je vous parle aucun accord n'a été discuté, nous verrons dans les prochaines heures quelles sont les possibilités pour mettre un terme au mandat actuel", a avancé Nadia Pellefigue quelques minutes après les premières estimations.

Lire aussi : Municipales : second, Archipel Citoyen va lancer les négociations avec Pellefigue et Cohen

Une urgence sanitaire plus importante que la vie démocratique

Avec un taux de participation historiquement bas à Toulouse (36,64 %), la candidate UNE-PS-PRG-PC s'interroge sur l'importance de la vie démocratique face au danger sanitaire que représente le coronavirus.

"Alors qu'une aggravation de la situation sanitaire est prévue dans les jours qui viennent, et qu'un confinement généralisé est envisagé, j'interroge le gouvernement sur la responsabilité de poursuivre le scrutin dans ce contexte. J'attends avec gravité sa décision et il y a urgence à savoir s'il s'obstine à maintenir le second tour", a-t-elle déclaré.

Pour l'heure, Nadia Pellefigue affirme que la priorité est au maintien ou non du processus électoral, avant d'envisager une probable alliance de la gauche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :