Municipales : un sondage dessine un trio qui se détache à Toulouse

 |   |  451  mots
Un sondage dégage un trio en tête pour les élections municipales à Toulouse.
Un sondage dégage un trio en tête pour les élections municipales à Toulouse.
Le maire sortant Moudenc en tête, Antoine Maurice et Nadia Pellefigue qui enclenche des dynamiques positives et le Rassemblement National sous la barre des 10%. Voilà les principaux enseignements à tirer d'un sondage à moins de trois semaines du premier tour des élections municipales à Toulouse. Les précisions.

À une vingtaine de jours du premier tour des élections municipales à Toulouse, un sondage vient donner les dynamiques de chacun des 10 candidats pour le Capitole. Commandé par La Dépêche du Midi, Via Occitanie et 100% Radio, il donne nettement le maire sortant, Jean-Luc Moudenc, en tête au premier tour. Soutenu par six formations politiques dont Les Républicains (LR) et La République en Marche (LREM), l'édile est crédité à 41% des intentions de vote aujourd'hui, contre 40% pour le sondage de La Tribune de mai 2019.

Derrière, si l'on en croit le sondage, seulement deux listes seraient en capacité de se maintenir. Il s'agit de celle d'Archipel Citoyen, composée notamment d'Europe Écologie Les Verts (EELV) et La France Insoumise. Sa tête de liste écologiste Antoine Maurice est donnée à 25%, soit 11 points de plus que la liste Une Nouvelle Énergie menée par Nadia Pellefigue (PS, PRG, PC et UNE).

Pierre Cohen sous les 10%

À la poursuite de ce trio de tête, le candidat du Rassemblement National, Quentin Lamotte n'aurait que 7 % des voix et ne pourrait donc pas se maintenir pour le second tour du 22 mars. Un échec pour celui qui souhaite ramener des élus au Conseil municipal de Toulouse. Mais c'est surtout l'un des principaux enseignements à tirer de ce sondage, où la perspective d'une triangulaire avec le maintien du RN n'est pas à exclure.

L'autre constat d'échec est pour l'ancien maire de Toulouse, de 2008 à 2014, Pierre Cohen. Celui qui a beaucoup œuvré les semaines précédentes pour l'union de la gauche (avec Nadia Pellefigue et Antoine Maurice), au point de partir en campagne seulement en début d'année 2020, ne récolterait que 7,5%.

Après ces poursuivants, le candidat soutenu par le MoDem, Franck Biasotto, n'obtient que 2% des votes, contre 1% pour Quentin Charoy (Parti animaliste), Francis Manaud (Debout La France) et Pauline Salingue (NPA). La liste Lutte ouvrière menée par Malena Adrada ferme la marche avec 0,5% des intentions de vote.

Pour espérer gagner, la gauche doit s'unir au second tour

L'autre leçon à tirer de ce dernier sondage, qui est plutôt une confirmation, est que la gauche devra s'unir dans tous les cas au second tour pour espérer déloger le maire sortant. En cas de maintient de la liste du Rassemblement National au second tour (et donc s'il fait plus de 10% au premier tour), celle-ci récolterait 6% des voix. Par ailleurs, Jean-Luc Moudenc obtiendrait 49% des votes contre 45% pour une liste d'union avec Pierre Cohen, Antoine Maurice et Nadia Pellefigue.

Mais dans le scénario d'un duel, au second tour, entre la liste Archipel Citoyen (Antoine Maurice) et celle Aimer Toulouse (Jean-Luc Moudenc), la première obtiendrait 46% des voix, contre 54% pour la seconde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :