Municipales : Moudenc aussi contre les vols de nuit (commerciaux)

 |   |  447  mots
Le maire sortant de Toulouse et candidat aux élections municipales, Jean-Luc Moudenc, veut interdire les vols de nuit à l'aéroport Toulouse-Blagnac.
Le maire sortant de Toulouse et candidat aux élections municipales, Jean-Luc Moudenc, veut interdire les vols de nuit à l'aéroport Toulouse-Blagnac. (Crédits : Rémi Benoit)
Candidat aux élections municipales à Toulouse, le maire sortant Jean-Luc Moudenc veut interdire les vols de nuit sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Par ailleurs, le candidat soutenu notamment par LR et LREM veut renforcer le dispositif de vidéosurveillance et les effectifs de la police municipale.

Quelques jours plus tôt, Archipel Citoyen et sa tête de liste Antoine Maurice ont fait part de leur intention de supprimer les vols de nuit à Toulouse de minuit à six heures du matin dans un premier temps. Avant d'étendre cette plage horaire dans un second temps de 22 heures à 7 heures du matin. Dans le cadre des élections municipales à Toulouse, c'est désormais au tour du maire sortant, Jean-Luc Moudenc, de défendre une préconisation similaire.

"Nous demandons la suppresion des vols commerciaux à l'aéroport de Toulouse entre minuit et 6 heures du matin. Notre économie a besoin que des vols logistiques ou de fret circulent la nuit, en petit nombre, comme cela est le cas aujourd'hui. En revanche, nous souhaitons que les vols commerciaux, qui ne sont pas essentiels, puissent disparaître. C'est une nécessité pour la tranquillité des nuits des Toulousains", est-il inscrit sur un dossier remis à la presse locale lundi 3 février.

La différence entre cette proposition et celle d'Archipel Citoyen réside dans le fait que la liste menée par l'élu EELV Antoine Maurice souhaite interdire les vols de toute nature, tandis que la liste Aimer Toulouse de Jean-Luc Moudenc se concentre sur les vols commerciaux. Néanmoins, du côté de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, on fait savoir que ces vols de nuit sont à peine une dizaine et qu'une minorité d'entre-eux sont des vols commerciaux.

Lire aussi : Aéroport de Toulouse : Eiffage remplace Charles Champion

Des recrutements de policiers municipaux

Par ailleurs, pour améliorer la tranquillité de la population, Jean-Luc Moudenc, soutenu notamment par LR et LREM, promet l'installation de 100 caméras supplémentaires sur l'espace public et quelques caméras sur le réseau Tisséo, notamment dans le métro.

"Nous voulons affiner le dispositif en équipant des quartiers qui sont peu équipés en raison de leur récent développement comme La Vache, Borderouge ou Lalande par exemple. Leur efficacité n'est plus à prouver. En 2014, seulement 70 réquisitions d'images ont été effectuées contre 1 700 rien qu'en 2019", démontre Jean-Luc Moudenc.

Pour compléter ce renforcement du dispositif de vidéosurveillance, le candidat aux élections municipales veut doubler le nombre de patrouilles de la police municipales dans l'espace public, à Toulouse. Cette mesure engendra inévitablement des recrutements dans les rangs de la police municipale, aujourd'hui au nombre de 330 agents. Pour autant, l'élu sortant ne peut encore préciser ce chiffre, des études étant en cours. Enfin, Jean-Luc Moudenc promet de "renforcer la pression de la Mairie sur l'État pour demander des effectifs de magistrats et de policiers nationaux nécessaires".

Lire aussi : Municipales : comment Moudenc compte rendre Toulouse plus fluide et plus verte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :