Municipales : Pellefigue a-t-elle la liste écologiste la plus ambitieuse ?

 |   |  581  mots
Candidate aux élections municipales à Toulouse, Nadia Pellefigue estime qu'elle a la politique écologique la plus ambitieuse de tous les candidats.
Candidate aux élections municipales à Toulouse, Nadia Pellefigue estime qu'elle a la politique écologique la plus ambitieuse de tous les candidats. (Crédits : Rémi Benoit)
Après que quasiment chacun des candidats aux élections municipales à Toulouse ait révélé le volet écologique de son programme, Nadia Pellefigue estime avoir la liste la plus ambitieuse en la matière. Une position qu'elle a tenu à rappeler jeudi 30 janvier en soulignant sa volonté de réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Analyse.

"La transition écologique est la colonne vertébrale de notre projet, pour faire du prochain mandat celui de la bascule écologique", assure Régine Lange, 3ème colistière sur la liste Une Nouvelle Énergie menée par Nadia Pellefigue, pour les élections municipales à Toulouse. Et pour le prouver, l'ancienne adjointe de Pierre Cohen (de 2008 à 2014) en charge du Développement Durable promet que cela animera chaque délégation municipale si Nadia Pellefigue est élue maire de Toulouse le 22 mars prochain.

"Pour atteindre nos objectifs, il faut investir la thématique de la transition écologique dans toutes nos compétences. C'est pour cette raison que Nadia Pellefigue ne souhaite pas d'adjoint en charge de la transition écologique. Chaque adjoint aura une feuille de route précise, pour chaque domaine d'action, avec des objectifs chiffrés", fait savoir Régine Lange.

L'actuelle vice-présidente du Conseil régional d'Occitanie, notamment en charge du Développement Économique, veut, une fois au Capitole, revoir le Plan climat-air-énergie territorial (PCAET) pour y inscrire l'objectif de -50% d'émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2030.

Ne pas laisser la thématique écologique aux adversaires

Un objectif trop ambitieux pour être réaliste ? L'actuel PCAET défendu par le maire sortant et candidat, Jean-Luc Moudenc, prévoit une baisse de -30% des GES, en parallèle d'un Plan de Déplacement Urbain qui prévoit une augmentation de celles-ci de 11% sur la même période selon le candidat EELV Antoine Maurice, au sein de la liste Archipel Citoyen.

"Nos ambitions sont sans commune mesure avec ce que l'on peut voir sur les listes des autres candidats aux élections municipales à Toulouse. Nous pensons même que nos travaux ont inspiré certains de nos adversaires et c'est tant mieux ! C'est une bonne chose qu'enfin l'écologie soit au cœur du débat sur l'action municipale à mener", ajoute la colistière.

Ce rappel des ambitions de la liste portée Nadia Pellefigue intervient après les conférences de presse successives de Pierre Cohen, Jean-Luc Moudenc et Archipel Citoyen sur le volet écologique de leur programme municipal et métropolitain.

Instaurer un GIEC local

La volonté de la liste Une Nouvelle Énergie pour Toulouse, avec un point presse jeudi 30 janvier, consistait donc à rappeler leurs ambitions en la matière après avoir présenté mi-novembre "le Bouclier Végétal" pour faire de la Ville rose une ville verte.

"C'est un projet de territoire dans lequel nous devons accompagner les citoyens dans un changement de mode de vie. Tout d'abord, nous devons augmenter nos capacités de séquestration de CO2, reconstruire la ville sur elle-même en appliquant une nouvelle charte de l'aménagement, encadrer les loyers pour éviter que les Toulousains s'éloignent de la ville et empruntent donc leur voiture pour venir, et réduire les GES en développant les transports en commun et les modes doux", développe Régine Lange.

Ainsi, Nadia Pellefigue compte investir 40 millions d'euros par an dans l'aménagement de pistes cyclables "comme le préconise l'association 2Pieds2Roues", mais aussi piétonniser le pont Saint-Pierre. En plus d'un plan de rénovation énergétique de 8 000 logements, la candidate veut créer un GIEC local composé d'experts qui rendra des préconisations afin que Toulouse atteigne ses objectifs. Par ailleurs, Nadia Pellefigue prévoit la création d'une instance citoyenne indépendante pour évaluer la mise en œuvre de ses promesses électorales sur l'écologie pendant le mandat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :