Municipales : Cohen candidat "Pour la cohésion" à gauche

 |   |  710  mots
L'ancien maire de Toulouse, Pierre Cohen, se présente en candidat Pour La Cohésion, aux prochaines élections municipales.
L'ancien maire de Toulouse, Pierre Cohen, se présente en candidat "Pour La Cohésion", aux prochaines élections municipales. (Crédits : Rémi Benoit)
Candidat aux élections municipales à Toulouse, l'ancien maire de la Ville rose espère toujours une alliance des forces de gauche d'ici le 15 mars, date du premier tour du scrutin. Par ailleurs, Pierre Cohen promet de présenter un projet différent de celui présenté en 2014, notamment pour ce qui est des mobilités ou encore de la gouvernance de la Métropole.

Après avoir officialisé avant Noël sa candidature aux élections municipales à Toulouse, Pierre Cohen a dévoilé vendredi 10 janvier les premiers éléments de campagne électorale pour ce scrutin. L'ancien maire de Toulouse, de 2008 à 2014, a ainsi fait savoir que sa liste se nommerait "Pour la cohésion". Une dénomination qui résonne avec les agissements des dernières semaines du néo-candidat pour la construction d'une liste unitaire avec les trois blocs de gauche avant le 1er tour, le 15 mars 2020. Néanmoins, Pierre Cohen espère toujours une alliance dans un avenir proche.

"Les partis politiques ont eu une manière de faire qui a empêché cette liste unitaire, mais nous croyons encore que c'est possible. Il faut maintenant être en campagne, avec une liste qui est en construction. Nous nous laissons jusqu'à la fin du mois de janvier pour la finaliser car nous avons encore des discussions avec Archipel Citoyen", annonce l'élu d'opposition au Conseil municipal de Toulouse et référent de Génération-S dans la Ville rose.

Cette énième main tendue trouvera-t-elle un écho favorable du côté du mouvement citoyen désormais mené par sa tête de liste, l'écologiste Antoine Maurice ? Ce dernier y apportera certainement une réponse mardi 14 janvier, lors de sa première conférence de presse de l'année 2020. Mais récemment, dans une interview accordée à La Tribune le candidat d'Archipel Citoyen a fait savoir qu'il sera compliqué pour lui de modifier une liste déjà constituée.

Une nouvelle gouvernance pour la Métropole

Quoi qu'il en soit, l'ancien maire de Toulouse veut se préparer à l'éventualité de devoir porter un projet municipal sur une liste "autonome". Il a ainsi précisé qu'il présenterait au fil des semaines à venir un programme basé sur trois orientations : "le devoir climatique", "la ville envie", "le pouvoir créatif". À ce propos, Pierre Cohen entend développer une gouvernance inédite pour Toulouse Métropole en cas de victoire en mars prochain.

"Il est difficile de répondre par oui ou non à la question de si le maire de Toulouse doit être obligatoirement le président de la Métropole. Pour ma part, je ferai au cours de cette campagne des propositions pour permettre que cet exécutif soit partagé entre les 37 communes qui composent la Métropole. Mais nous devons faire attention à ne pas tomber dans une situation similaire à celle de Strasbourg par exemple où il y a deux personnes différentes à la tête de ces deux collectivités, avec deux cabinets différents et deux exécutifs différents, qui ont débouché sur des conflits majeurs. Le mandat qui vient doit être celui d'une expérience française unique pour l'instauration d'un exécutif partagé", lance celui qui a dirigé les deux collectivités lors de son mandat.

Sa position se démarque dès lors de celle de son adversaire et maire sortant, Jean-Luc Moudenc, qui ne compte pas séparer les deux postes. Du côté de Franck Biasotto soutenu par le MoDem et d'Archipel Citoyen, les deux ne sont pas pour un cumul de ces deux mandats.

Défenseur d'un RER toulousain

Pour autant, est-ce suffisant pour que l'ancien maire de la Ville rose incarne un vent de nouveauté et puisse séduire les électeurs toulousains après six ans dans l'opposition ? L'intéressé promet de "ne pas arriver avec le même projet que celui proposé au vote en 2014" et avance quelques propositions.

"Depuis 2014, il s'est passé quelque chose. On apprend de son propre échec au niveau personnel, mais aussi sur le plan politique après un parcours de 25 ans, avant cette défaite. Nous venons avec des éléments nouveaux et des ambitions nouvelles pour Toulouse, notamment à propos des mobilités. Le projet de RER toulousain porté par un collectif et celui défendu par 2 Pieds 2 Roues pour le développement des pistes cyclables sur la métropole toulousaine en font partie", explique-t-il.

Pierre Cohen entend également sortir de "la mise sous tutelle consentie" par Jean-Luc Moudenc sur la contractualisation budgétaire passée par la Ville et la Métropole afin de limiter la hausse des dépenses de fonctionnement à l'égard de l'État.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2020 à 20:30 :
RER toulousain , dans 20 ans, compte tenu de l’organisation de la SNCF et de la position de Carole Delga qui ne soupas de la mise en concurrence de la SNCF.

Pierre Cohen ,veut rompre le pacte budgétaire qu’ a signé JL Moudenc avec l’Etat , cela veut dire une augmentation des impôts dans 2/3 ans.
BRAVO

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :