Municipales : "Après le 1er tour, nous aurons l'occasion de rassembler"

 |   |  669  mots
La tête de liste écologiste d'Archipel Citoyen à Toulouse pour les prochaines élections municipales regrette la candidature de Pierre Cohen.
La tête de liste écologiste d'Archipel Citoyen à Toulouse pour les prochaines élections municipales regrette la candidature de Pierre Cohen. (Crédits : Rémi Benoit)
La veille de la trêve des confiseurs, la tête de liste écologiste d'Archipel Citoyen est revenue sur les dernières semaines traversées difficilement par le mouvement qui réunit plusieurs partis et des citoyens, dont EELV et LFI. À l'occasion d'un meeting jeudi 19 décembre, Antoine Maurice a dévoilé une partie de ses intentions pour la Ville rose. Mais son programme pour les élections municipales de mars sera totalement dévoilé à la fin du mois de janvier. Entretien.

La Tribune : Par vos difficultés à sortir une liste ordonnancée en raison de luttes internes entre les mouvements politiques qui composent Archipel Citoyen, ce mouvement a été en retrait sur le plan médiatique ces dernières semaines par rapport à vos adversaires. Ce grand meeting au Parc des expositions de Toulouse, jeudi 19 décembre et au cours duquel vous avez dévoilé l'ordre des colistiers, était-il une manière de se replacer dans la course ?

Antoine Maurice : Au-delà de cet aspect, ce rendez-vous a d'abord été organisé pour dévoiler notre projet et donc faire taire les rumeurs que nous serions une liste électorale sans projet à présenter aux Toulousains. Depuis deux ans maintenant, un travail de fond a été accompli, nous avons une équipe, mais aussi désormais un projet pour transformer Toulouse.

La Tribune : Ce temps important consacré à l'élaboration de la liste électorale n'engendre-t-il pas un retard handicapant sur votre plan de campagne initial ?

A.M. : Effectivement, par rapport au calendrier prévu, nous avons pris un peu plus de temps que nous le pensions. C'est normal car notre démarche est totalement innovante et quand vous expérimentez des choses, cela peut prendre du temps. Mais le résultat est incroyable, avec une liste ordonnancée qui émerge hors des pratiques politiciennes habituelles et des accords d'appareils. Ce temps passé à construire notre liste fera la force de notre équipe au cours de cette campagne.

La Tribune : Au cours de cette soirée d'échanges de la mi-décembre qui a réuni plus de 500 personnes, vous avez fait savoir que vous aviez élaboré 350 préconisations pour la Ville rose. Pouvez-vous nous en présenter certaines ?

A.M. : Nous sommes favorables à l'instauration de l'encadrement des loyers sur Toulouse et sa Métropole, contrairement au maire sortant Jean-Luc Moudenc. Archipel Citoyen compte également réaménager Toulouse comme un grand parc naturel urbain à l'image de ce que fait Stockholm (Suède) afin de réimplanter la nature en ville. Un projet qui sera couplé au développement des mobilités douces en doublant notamment le budget consacré au vélo et en instaurant une tarification solidaire pour les transports en commun afin d'encourager son utilisation. Pour ce qui est des quartiers, nous envisageons l'expérimentation de l'initiative lilloise "Territoires zéro chômeur" qui consiste à créer des emplois dans les quartiers pour ses habitants. Par ailleurs, nous voulons tendre vers la suppression des espaces publicitaires en ville, en respectant les contrats en cours.

La Tribune : Si vous mettez 350 préconisations sur la table, est-ce-que cela signifie que votre programme pour les élections municipales de 2020 est bouclé définitivement ?

A.M. : Non, nos propositions vont encore être débattues entre nos militants. À l'occasion du grand meeting, nous avons lancé un site internet collaboratif, qui permet à chaque Toulousain de noter et commenter chaque préconisation, tout en proposant les siennes également. De plus, nous allons continuer à tenir nos cercles de discussions en interne afin d'alimenter le débat. Grâce aux divers retours, ces 350 idées se transformeront en un projet programmatique pour les Toulousains à la fin du mois de janvier voire début février.

La Tribune : La veille de votre meeting, l'ancien maire de Toulouse de 2008 à 2014, Pierre Cohen, dont vous avez été l'adjoint, a annoncé sa candidature au scrutin malgré les discussions entre lui et vous pour construire une liste unitaire à gauche. Regrettez-vous cette initiative ?

A.M. : Nous sommes la seule véritable liste de rassemblement des forces écologiste, de gauche et citoyenne. Contrairement à ce que j'entends, nous, nous l'avons fait ce rassemblement. Désormais, nous laissons aux autres le choix de justifier leur démarche et la logique. Mais bien évidemment que je regrette l'initiative de Pierre Cohen. Pour ce qui nous concerne, une fois que nous avions lancé le processus pour façonner notre liste, il était compliqué d'y intégrer des personnes en cours de route. Néanmoins, après le premier tour des élections municipales, nous aurons l'occasion de continuer à rassembler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :