Régionales : Carole Delga s'impose en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

 |   |  1220  mots
Carole Delga remporte les élections régionales.
Carole Delga remporte les élections régionales. (Crédits : Rémi Benoit)
La liste conduite par la socialiste Carole Delga remporte très largement ces élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, avec 44,81 % des voix. Arrivé en tête au premier tour, Louis Aliot plafonne à 33,87 % des suffrages. Tandis que le candidat Les Républicains Dominique Reynié obtient 21,32 % des voix. Cette article est réactualisé tout au long de la soirée.

Les premiers résultats du second tour des élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ont été dévoilés ce soir peu après 20 heures. La liste conduite par la socialiste Carole Delga remporte ces élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Elle obtient 44,81 % des voix. Arrivé en tête au premier tour, Louis Aliot enregistre 33,87 % des suffrages. Le candidat Les Républicains Dominique Reynié plafonne à 21,32 % des voix.

Pour rappel, au premier tour du scrutin, Louis Aliot, le candidat du Front National, était arrivé en tête avec 31,83 % des voix. Derrière lui, la candidate du PS Carole Delga obtenait 24,41 % des voix tandis que Dominique Reynié, candidat LR-UDI-MoDem, recueillait 18,84 % des voix.

Selon ces premières tendances, la candidate socialiste aura bénéficié à plein du report de voix des électeurs de gauche.

En 2010, en Midi-Pyrénées, Martin Malvy (PS) avait remporté les élections régionales avec 69,5 % des voix, contre 30,5 pour sa concurrente de droite Brigitte Barèges. Tandis qu'en Languedoc-Roussilllon, le socialiste Georges Frêche l'avait emporté avec 55,94 % des suffrages, contre 25,23 % pour le candidat de droite Raymond Couderc et 18,83 % pour la candidate FN France Jamet.

Ce second tour a été marqué par un taux de participation à 17 heures en hausse de 10 points, à 54,06 % contre 44,70 % lors du premier tour. Un taux de participation nettement supérieur au taux nationale, de 50,54 %.

La composition du conseil régional sera la suivante : 93 sièges pour la gauche, 40 sièges pour le FN et 25 pour la droite, sur un total de 158 sièges.

Les premières réactions

A Montpellier, où elle a appris ce soir les résultats, Carole Delga a décrit le mode de gouvernance qu'elle souhaite mettre en place dès janvier prochain :

"Gouverner autrement, c'est avoir une relation plus directe avec les citoyens, en les consultant, en étant très proche sur le terrain. En démontrant que nous avons une intégrité, nous les élus, et que nous avons le souci de toujours nous concerter et de savoir travailler collectif. Pas de querelle d'égo. Pas de petite phrase assassine. De la responsabilité, de la dignité et surtout de l'action".

Et la socialiste d'ajouter : "Pendant six mois, je n'ai répondu à aucune attaque et elles n'ont pas manqué. J'ai toujours été sur le projet. Ce soir c'est le projet et le collectif qui ont payé".

Au quartier général toulousain du Front National, Louis Aliot est amer.

"La gauche va continuer son travail de sappe, avec les résultats que l'on connaît : le chômage, la fermeture des services publics, l'immigration..."

Mais le candidat estime que, si la progression du FN peut paraître "modeste en pourcentage", elle est "très importante en nombre de voix, ce qui est prometteur pour l'avenir". Et d'ironiser : "Nous aurons le groupe le plus nombreux à l'assemblée régionale, puisque la gauche est formée d'une coalition de huit formations politiques".

De son côté, Gilbert Collard, membre du bureau politique du FN et député FN du Gard, souligne une "défaite victorieuse" :

"Beaucoup d'électeurs ont cru au scénario du retour des dents de la mer inventé par Manuel Valls. Je suis serein. C'est une défaite victorieuse, une étape. Seul contre tous, nous sommes désormais le seul parti d'opposition".

Un sentiment partagé par Maïté Carsalade, tête de liste FN en Haute-Garonne :

"C'est une progression normale, quand on sait que le FN faisait 9 % en 2010. L'important est que nous ayons des élus au sein du Conseil régional. Nous allons jouer pleinement notre rôle d'opposition. Nous allons marquer à la culotte les socialistes."

De son côté, le candidat Les Républicains Dominique Reynié s'est dit "déçu par le score de la droite qui ne progresse pas, par le score du Front National qui nous prend beaucoup de suffrages pour rien, car Louis Aliot ne siégera pas. Il a juste fait cette campagne pour se faire voir". Le candidat de droite, qui estime que "le scrutin, qui s'est déroulé après une succession de drames, n'est pas significatif", "ne donne pas beaucoup de semaines à la majorité avant d'être en difficulté".

Jean-Luc Moudenc, maire (Les Républicains) de Toulouse et président de Toulouse Métropole, met en quant à lui en garde "ceux qui veulent aller plus à droite ou plus au centre avec le risque de la montée du Front National". Il appelle "à l'unité autour de Dominique Reynié au conseil régional" et souhaite "bon courage à Madame Delga, car elle va devoir composer avec les zadistes".

La tête de liste Les Républicains en Haute-Garonne, Vincent Terrail-Novès, livre son analyse : "Il est clair que les déçus de la gauche ne se sont pas tournés vers la droite, mais vers l'extrême-droite".

Les résultats dans les 13 départements de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Dans l'Aude, Carole Delga remporte 43,51 % des suffrages, contre 39,57 % pour Louis Aliot et 16,92 % pour Dominique Reynié.

En Ariège, c'est Carole Delga qui arrive en tête, avec 52,1 % des voix, contre 30,65 % pour Louis Aliot et 17,26 % pour Dominique Reynié.

Dans l'Aveyron, Carole Delga est également en tête, avec 44,09 % des voix. Dominique Reynié obtient 32,70 % des suffrages et Louis Aliot 23,21 % des voix.

Dans la Haute-Garonne, Carole Delga remporte 52,84 % des voix. Louis Aliot obtient 26,09 % des voix et Dominique Reynié 21,08 %.

Dans les Hautes-Pyrénées, Carole Delga arrive en tête avec 51,90 % des suffrages.Louis Aliot obtient 25,78 % des voix et Dominique Reynié 22,32 %.

Dans l'Hérault, la victoire revient à Carole Delga, avec 41,99 % des voix. Louis Aliot obtient 38,84 % des suffrages et Dominique Reynié 19,17 %.

Dans le Gard, Louis Aliot arrive en tête, avec 42,62 % des voix. Carole Delga obtient 37,43 % des suffrages et Dominique Reynié 19,95 %.

Dans le Gers, Carole Delga obtient 48,05 % des suffrages, contre 28,5 % pour Louis Aliot et 23,45 % pour Dominique Reynié.

Dans la Lozère, Carole Delga l'emporte avec 41,78 % des voix, contre 32,16 % pour Dominique Reynié et 26 % pour Louis Aliot.

Dans le Lot, la liste de Carole Delga est en tête, avec 52,69 % des suffrages, contre 24,50 % pour Dominique Reynié et 22,80 % pour la liste Front National.

Dans les Pyrénées-Orientales, c'est Louis Aliot qui arrive en tête, avec 43,97 %. Il est suivi par Carole Delga (37,02 %) et Dominique Reynié (19,01 %).

Dans le Tarn, Carole Delga obtient 43,57 % des voix, contre 33,14 pour Louis Aliot et 23,29 % pour Dominique Reynié.

Dans le Tarn-et-Garonne, le score est plus serré. C'est Carole Delga qui arrive en tête, avec 39,47 % des suffrages, contre 37,67 % pour Louis Aliot. Dominique Reynié enregistre 22,86 % des voix.

 Et aussi...

Par ailleurs, Louis Aliot remporte 41,94 % dans son fief, Perpignan, devant Carole Delga (36,94 %) et Dominique Reynié (21,12 %).

De son côté, le village de Carole Delga, Martres-Tolosane, la porte à 56,99 % des suffrages, contre 32,48 % pour Louis Aliot et 10,53 % pour Dominique Reynié.

A Montpellier, c'est Carole Delga qui arrive en tête, avec 57,79 % des voix. Louis Aliot est loin derrière, avec 23,46 % des suffrages. Dominique Reynié obtient 18,75 % des voix.

A Toulouse, Carole Delga est largement en tête, avec 59,12 % des suffrages. Dominique Reynié arrive en deuxième position, avec 22,61 % des voix, et Louis Aliot obtient 18,27 % des voix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2015 à 16:56 :
Bonjour,

J'ai écouté Carole Delga questionné sur le cumul des mandats sur Europe 1 .
Elle assume sa position de cumularde (région, député)
avec comme argument qu'elle n'a jamais caché ce vice lors de sa campagne.
Dont acte.
Je lui rapelle qu'elle s'est engagée sur un slogan de "politique autrement".
Aujourd'hui cumuler c'est vider de tout son sens ce slogan.
Si elle en doute, je l'engage à "consulter et a écouter le terrain" .
Elle ne trouvera PERSONNE dans notre belle région l'Occitanie qui ne soit un apparatchick politique et qui défende le cumul de ces deux mandats.
Son intervention sur Europe 1,
suivant l'interview d'une dizaine de personne
toutes opposées au cumul des mandats avec des arguments les plus divers ,
était trés emblématique de sa capacité à écouter ,
ou alors ce mot serait lui aussi vide de sens ?
a écrit le 14/12/2015 à 18:28 :
La COLABOS arrive en tête !! le LR est complètement largué !!!! Le FN en embuscade pour 2017....pour une région de ROUGE c'est pas mal du tout pour le FN ....

ET VIVE LE FN LE VRAI .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :