Régionales : Dominique Reynié (LR) veut que la sécurité devienne une compétence régionale

 |   |  325  mots
Dominique Reynié a fait des propositions sur la sécurité dans le cadre de la campagne des régionales
Dominique Reynié a fait des propositions sur la sécurité dans le cadre de la campagne des régionales (Crédits : Rémi Benoit)
Mardi 1er septembre à Quint-Fonsegrives (31), le candidat aux régionales Dominique Reynié (Les Républicains) a exposé lors d'un meeting les premières mesures de son programme. Fait étonnant : ses propositions concernent la sécurité des biens et des personnes, une compétence qui ne relève pas des conseils régionaux.

Dominique Reynié prend un peu d'avance sur ses concurrents dans la course aux régionales des 6 et 13 décembre prochains. Hier soir (1er septembre), le candidat LR / UDI a exposé plusieurs points de son programme. Il a choisi le thème de la sécurité pour faire ces premières propositions. À noter que la sécurité est une compétence qui ne fait pas partie des prérogatives des conseils régionaux (dont les missions principales sont le développement économique, l'enseignement supérieur ou encore les transports).

Création d'une direction régionale de la sécurité

Ainsi, pour Dominique Reynié, "le Conseil régional s'engagera résolument dans la lutte contre l'insécurité des personnes et des biens en définissant des moyens d'action et une pluralité de formes d'action".

Il propose l'établissement d'un plan régional de sécurité, la création d'une direction de la sécurité au niveau régional, et l'institution d'une commission régionale de la sécurité qui publiera un rapport annuel sur la sécurité en région.

Le candidat souhaite également la création "d'équipes de techniciens de la sécurité des personnes et des biens" et la création "d'unités régionales de prévention et d'assistance".

Par ailleurs, Dominique Reynié affirme :

"Les axes prioritaires des actions régionales seront définis et précisés en assemblée plénière. Dès la première année, les efforts seront orientés en direction des établissements scolaires, des transports publics, des lieux touristiques et des zones rurales."

Sur la question des moyens, le candidat précise que "les moyens nécessaires proviendront de ressources mobilisées ad hoc ou redéployées".

Tous ces moyens d'action doivent permettre "d'accroître la sécurité des établissements scolaires, soutenir les collectivités locales dans la sécurisation de leurs espaces publics, et accroître la sécurité dans les transports (TER)".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2015 à 5:09 :
Evoquer la sécurité des personnes et des biens après les nombreux morts par noyade dans la région à chaque épisode pluvieux a du sens.
Evoquer les dégâts matériels, 600 millions € pour deux jour de pluies à l'automne 2014, que l'on finance collectivement par arrêtés de catastrophes naturelles, près d'une dizaines en moins d'un an, offre une prise de conscience de la perte du PIB régional ce qui n'a pas l'air d'émouvoir les protagonistes de la DUP de l'A9.

Evoquons aussi les effets de la pollution de l'air qui par des aménagements irresponsables génère pour un dépassement de 5Ug/m3 de PM 2,5 plus de 170 millions €/an et près d'une centaine de décès dans l'air urbain de Montpellier. Source InVS)

La Région Languedoc Roussillon étant classée par le PNACC au premier plan des risques que nous subissons déjà, peut-on conclure que négliger l'environnement prépare des crises sociétales sans solution?

Interrogeons-nous sur les intérêts plus particuliers que généraux qui s'autorisent la mise en oeuvre d'aménagements contraires aux préceptes du SCoT, du Grenelle Environnement ou du Développement Durable entre autres et l'alternance s'avèrera cruciale?

La civilisation mondiale et plus près de nous la région, ne pourrait échapper au piège mortel de l'épuisement des ressources tant budgétaires que des terres arables, des ressources en eau ou des énergies non renouvelables.
L'alternative sociétale et environnementale des Artisans de "L'ESPACE" consacre toutes les forces au lancement immédiat d'un processus menant au choix de ressources à la fois renouvelables et non polluantes qui nous permettront d'acquérir notre indépendance urgente à l'égard des ressources fossiles.

Il ne s'agit par pour nous de créer une opposition entre l'optimisation de la productivité des ressources et l'obtention de ressources renouvelables.
Seul le passage à une économie environnementale transformera en profondeur la logique de gestion, et donc l'orientation économique du développement.

Pour solution durable aux désespoir des migrations humaines victimes ou des bouleversements climatiques ou des conflits liés aux ressources naturelles inaccessibles à ces déplacés, cette économie environnementale constituerait l'élément essentiel, la clef qui permettrait à la société mondiale d'affronter l'avenir.

Winston CHURCHILL justifie l'alternance: "Christophe Colomb fut le premier socialiste. Il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait, et ce aux frais du contribuable."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :