Régionales : Damien Lempereur, le candidat Debout La France, lance sa campagne à Toulouse

Le candidat de Debout la France pour les régionales en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, Damien Lempereur, était ce mercredi 17 juin à Toulouse en compagnie de Nicolas Dupont-Aignan, le président du parti, pour dénoncer la privatisation de l'aéroport Toulouse-Blagnac. Originaire de Tarbes et âgé de 31 ans, Damien Lempereur a officiellement lancé sa campagne. Son objectif : être devant Dominique Reynié à l'issue du 1er tour.

2 mn

Damien Lempereur se lance dans sa première campagne électorale
Damien Lempereur se lance dans sa première campagne électorale (Crédits : Florine Galéron)

"C'est Nicolas Dupont-Aignan qui m'a donné envie de faire de la politique !", lance Damien Lempereur. Cet avocat de 31 ans originaire de Tarbes a rejoint le mouvement Debout la France en 2008 avant de devenir le directeur de campagne du président du parti pour les présidentielles de 2012. Damien Lempereur est aujourd'hui le candidat de Debout la France pour la future grande région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées. En présence de Nicolas Dupont-Aignan, il a déposé ce mercredi 17 juin à l'aéroport de Toulouse-Blagnac une plaque pour dénoncer la privatisation de la structure, portant ce message : "En souvenir de l'abandon à nos concurrents chinois d'une infrastructure essentielle pour l'avenir d'Airbus et de l'industrie aéronautique française."

"La vente de l'aéroport aux Chinois, c'est de la haute trahison, cela va à l'encontre des intérêts de la France. Cette décision est d'autant plus aberrante que l'aéroport, tout comme les autoroutes, est rentable, déplore Damien Lempereur. La Région, qui détient 5 % du capital, n'a même pas engagé d'action en justice contre la procédure de privatisation."

Le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a profité de sa venue à Toulouse pour préciser les principaux axes de la campagne du parti :

"Le premier axe, c'est d'insuffler du neuf dans le personnel politique. Damien Lempereur incarne le renouvellement.
Ensuite, il faut aussi que les élus soit payés en fonction de leur présence et de leur travail, et nous voulons diminuer de moitié les frais des vice-présidents du Conseil régional.
Enfin, nous voulons défendre les territoires. Au-delà des grandes métropoles, Toulouse et Montpellier, il existe des petites villes qui sont en train de crever."

"Être devant Dominique Reynié au 1er tour"

De son côté, Damien Lempereur a mis l'accent sur les circuits courts. "Il faut accompagner ces actions et encourager les entreprises qui se relocalisent", a-t-il ajouté. Le candidat a enfin vivement taclé son concurrent de Les Républicains Dominique Reynié (qui vient de présenter son équipe de campagne) : "Il va à l'encontre des valeurs gaullistes. Il est pour l'ouverture des frontières, le TAFTA (Transatlantic Free Trade Area ou Traité de libre-échange transatalntique, NDLR), la GPA alors que c'est l'esclavage des femmes."

"Notre objectif, c'est d'être devant Dominique Reynié au premier tour et c'est possible !", a conclu Nicolas Dupont-Aignan.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 12/10/2015 à 15:19
Signaler
Ce qui est curieux avec Nicolas Dupont-Aignan, c'est dans ses interviews et ses discours, il ne semble jamais avoir conscience de l'existence d'un parti qui clame depuis 40 ans les idées que Nicolas clame à haute voix sans jamais mentionner son origi...

à écrit le 17/06/2015 à 22:30
Signaler
Devant Dominique Reynié qui n'est certes pas le candidat en béton armé des Républicains, UDI et DD, mais il sera quand même loin devant le candidat utopique de DLF, qui devra se désister au second tour pour ne pas gêner Olivier Arsac dans ses accords...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.