"Il paraît que j'ai aussi bon caractère que Pierre Izard..." Arnaud Lafon confirme ses ambitions pour les départementales

Arnaud Lafon, maire Modem de Castanet-Tolosan, a donné ce vendredi devant la presse le coup d'envoi de sa campagne pour les départementales. Pour l'instant, le candidat est le seul de la droite et du centre réunis à revendiquer son ambition de présider le futur Département. Il souhaite "mettre de l'ordre" au Conseil général.

3 mn

Arnaud Lafon
Arnaud Lafon (Crédits : Rémi Benoit)

Pour Arnaud Lafon, c'est "le match retour". Battu lors des cantonales de 2011 par la socialiste Muriel Pruvot (57,53 % des voix contre 42,47 % pour lui), le maire Modem de Castanet-Tolosan, qui assure son 3e mandat, paraît déterminé à remporter le scrutin du 29 mars prochain. Son leitmotiv : "mettre de l'ordre" au Conseil général. Il fait campagne dans le seul canton du département qui n'a pas été "charcuté" selon ses mots, par la réforme territoriale. Le canton de Castanet-Tolosan comprend 15 communes réparties sur le territoire du Sicoval, plus Saint-Orens (Toulouse Métropole).

La présidence : "pas l'envie qui manque"

Arnaud Lafon assume, la présidence du Conseil général l'intéresse :

"Ce n'est pas l'envie qui me manque de mettre mon savoir-faire au service de la collectivité, mais il est difficile d'aborder cette question maintenant."

Car d'autres candidats se déclareront peut-être d'ici le 29 mars. "Il y a plusieurs talents dans nos rangs", rappelle Arnaud Lafon. La jeune Jennifer Courtois Perissé, maire de Rieumes, mise en avant par Jean-Luc Moudenc lors de la présentation des candidats le 16 janvier, par exemple. André Ducap, conseiller général sortant (Toulouse 2), ou Jean-Marc Dumoulin (maire de Villemur-sur-Tarn) disposent tous les deux d'une solide expérience.

"Jean-Luc Moudenc a clairement annoncé qu'il souhaiterait un président du Conseil général issu du milieu rural, pas de Toulouse Métropole", a rappelé ce matin Arnaud Lafon, dont la commune ne fait justement pas partie de Toulouse Métropole. L'avis de Jean-Luc Moudenc est néanmoins purement consultatif, puisque ce sont les 54 conseillers départementaux élus qui voteront pour leur président. Parmi eux, 22 seront issus des 11 cantons de la métropole.

En attendant, Arnaud Lafon ironise :

"Il paraît que j'ai aussi bon caractère que Pierre Izard, est-ce que cela va suffire..."


Le programme : "changer le mode de fonctionnement du Département"

Arnaud Lafon, à l'instar de nombreux candidats aux départementales (tous partis confondus), déplore de devoir mener une campagne alors que l'on ne connaît pas encore les compétences des futurs élus (la loi NOTRe est toujours en débat au Parlement). Pour autant, le candidat a d'ores et déjà un mot d'ordre bien précis : "mettre de l'ordre".


"Nous sommes en train d'établir un programme de gouvernance. Je veux mettre fin à l'opposition rural / urbain et proposer un véritable rééquilibrage territorial."

Arnaud Lafon estime que les territoires ruraux sont largement favorisés au détriment des territoires urbains, en ce qui concerne les subventions du Département. Il dénonce une augmentation de la fiscalité et un budget de fonctionnement déséquilibré par rapport au montant de l'investissement. "La structure grossit toujours plus et devient apathique."

Sa méthode : "co-construire et cofinancer" les projets du département avec les communes et la métropole. "L'appartenance politique n'est pas un préalable pour travailler ensemble", affirme celui qui par ailleurs accuse les socialistes de n'avoir eu "aucune politique ambitieuse pour le département depuis 10 ans".

Arnaud Lafon le sait, les départementales "ne passionnent pas les foules". Il envisage un score "très serré" : "il y a une chance sur 2 pour que la droite remporte le département." Sa campagne se fera notamment sur les réseaux sociaux.

En savoir plus :

Elisabeth Barral (maire sans étiquette de Clermont Le Fort) est la deuxième titulaire, aux côtés d'Arnaud Lafon. Leurs remplaçants sont François Ubeda (conseiller municipal UMP de Saint-Orens) et Christine Jackson (conseillère municipale sans étiquette de La Croix Falgarde).

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 11/02/2015 à 15:49
Signaler
Bonjour, pourquoi mes commentaires ne sont pas diffusés?

le 12/02/2015 à 11:26
Signaler
Le problème est désormais réglé. Veuillez nous excuser.

à écrit le 11/02/2015 à 11:34
Signaler
Quand on est détesté sur sa commune, on cherche un échappatoire...

à écrit le 10/02/2015 à 16:58
Signaler
avec toutes les constructions faites depuis qu'il est maire, Castanet n'a vraiment plus rien de rural !!! et ce n'est pas fini, on achète, on rase, on reconstruit, et on place les copains! il n'y a qu'à voir l'état de la 113! qu'il s'occupe d'abor...

le 11/02/2015 à 11:38
Signaler
Comment voulez vous qu' il remette de l' ordre alors que c' est lui qui massacre Castanet ?

à écrit le 02/02/2015 à 9:23
Signaler
ne pas oublier le remplacement des départs à la retraite et les les nouvelles embauches , qui vont BIEN voter ................

à écrit le 30/01/2015 à 22:43
Signaler
Honte à vous M lafon de parler de votre caractère et de vous permettre de le comparer à celui de Mr Izard président actuel, divulguer déjà des informations juste et nous pourront peut-être vous écouter. De plus le successeur de notre cher président a...

à écrit le 30/01/2015 à 20:13
Signaler
Nous avons voté le budget du conseil général de la haute Garonne cet après midi il n y a pas d augmentation de la fiscalité ! Pour être président du conseil général il est bon de donner des informations justes pertinentes pour être crédible La lis...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.