Europe Écologie les Verts : Cécile Duflot à Toulouse pour lancer les cantonales

 |   |  646  mots
La secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts (EELV) Cécile Duflot était ce vendredi 25 février à Toulouse pour soutenir les candidats des verts aux cantonales des 20 et 27 mars prochains. Elle a réaffirmé à cette occasion l'opposition résolue d'EELV aux politiques menées par le gouvernement et a garanti qu'aucune alliance avec la droite n'était envisageable lors de ces élections. Cécile Duflot, faisait étape ce vendredi à Toulouse dans le cadre de son « Tour de France des cantonales ».

La secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts (EELV) Cécile Duflot était ce vendredi 25 février à Toulouse pour soutenir les candidats des verts aux cantonales des 20 et 27 mars prochains. Elle a réaffirmé à cette occasion l'opposition résolue d'EELV aux politiques menées par le gouvernement et a garanti qu'aucune alliance avec la droite n'était envisageable lors de ces élections.

Cécile Duflot, faisait étape ce vendredi à Toulouse dans le cadre de son « Tour de France des cantonales ». La secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts venait apporter son soutien aux candidats écologistes en région. En Haute-Garonne notamment, EELV qui n'a pour l'heure aucun représentant au Conseil général, se portera candidat sur 26 des 27 cantons concernés par ces élections. Ils étaient nombreux d'ailleurs à avoir fait le déplacement pour présenter leurs programmes lors de cette rencontre.

« À l'échelle de la France, 24 conseils généraux comptent des élus verts en leur sein, dont 13 sont concernés par ces élections. Nous espérons doubler ce chiffre » a annoncé la secrétaire nationale d'EELV. Un objectif qui n'effraie pas Gérard Onesta, conseiller régional EELV : « Le jeu est ouvert pour ces cantonales, plus qu'il ne l'a jamais été. Notre objectif aujourd'hui est d'être au second tour. » Un second tour que les candidats d'EELV ont rarement atteint en raison selon Hélène Chessé, candidate sur le canton 1 des modes de calcul du scrutin : « Pour accéder au second tour, vous n'avez que deux possibilités, faire partie des deux premiers au premier tour ou rassembler 12,5 % des voix des inscrits, pas des votants. Cette comptabilité nous a toujours desservi alors que nous réalisions des résultats à deux chiffres sur certains cantons. »

Taux de participation "dramatique"

« La grande inconnue c'est le taux de participation qui s'annonce dramatique, relève Gérard Onesta. Pour la première fois depuis plusieurs décennies, les cantonales ne sont couplées à aucune autre élection. La participation risque d'être la plus médiocre de la Ve république ». Une faible participation qui ouvrirait un boulevard aux candidats verts. Et qui écarterait toute possibilité de triangulaire selon Gérard Onesta. L'élu régional se projette d'ailleurs déjà au second tour : « Au second tour, en cas d'opposition écologistes - droite nous l'emporterons. En cas de face à face avec la gauche ce sera aux électeurs de choisir entre nos deux programmes. »

Au-delà des thèmes propres à chaque canton, plusieurs sujets sont portées collectivement par les candidats EELV notamment en matière de transport (promotion des transports en commun et des nouveaux moyens de transport), d'agriculture (développement des circuits courts pour l'agriculture et introduction de l'alimentation bio dans les cantines des collèges...) ou encore de relocalisation de l'emploi. Le programme définitif sera connu aux alentours du 2 mars. Pour Jean Michel Pugnière, candidat sur le canton de Toulouse 4, l'un des atouts de cette campagne est le nouveau regard porté par les français sur EELV. « Nous sommes désormais considérés comme un parti politique à part entière et pas uniquement préoccupé d'environnement » explique-t-il. « Les scrutins précédents nous ont appris à nous professionnaliser, notamment en matière de communication », appuie Hélène Chessé, candidate sur le canton 1. Et Gérard Onesta de conclure : « Nous avons une véritable crédibilité sur les sujets traités par le Conseil général, notamment en matière de transport, de déchets et de social. Les gens que nous rencontrons sur les marchés et qui connaissent le rôle de cette collectivité nous le disent chaque jour. » Preuve supplémentaire que les écologistes pourraient créer la surprise les 20 et 27 mars prochains ? Rendez-vous est pris.

Marie Grivot

En photo : Catherine Greze, députée européenne, Cécile Duflot, secrétaire nationale EELV et Gérard Onesta, conseiller régional

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :