Élections départementales en Haute-Garonne : le Conseil général pourrait-il passer à droite  ?

 |   |  981  mots
Les 54 élus du Conseil général de Haute-Garonne vont être renouvelés les 22 et 29 mars. © photo Rémi Benoit
Les 54 élus du Conseil général de Haute-Garonne vont être renouvelés les 22 et 29 mars. © photo Rémi Benoit
L'UMP finalise actuellement la liste des candidats qui feront campagne sur les 27 cantons de Haute-Garonne en vue des élections des 22 et 29 mars prochains. Le Conseil général, bastion socialiste présidé par Pierre Izard depuis 1988, pourrait passer entre les mains de la droite et du centre à la faveur du contexte national. Afin de "gagner le département", l'UMP s'allie pour la première fois au Modem et à l'UDI. Arnaud Lafon, maire Modem de Castanet-Tolosan, semble même favori pour présidence du Conseil général en cas de victoire. Découvrez tous les candidats.

La liste UMP-Modem-UDI pour les départementales en Haute-Garonne sera présentée officiellement en janvier, après les derniers ajustements. "Le PS a un peu d'avance sur nous concernant le calendrier", concède Xavier Spanghero, secrétaire départemental adjoint de l'UMP 31 (les socialistes ont en effet présenté leurs candidats il y a plus d'une semaine). Dans l'espoir de remporter la majorité au Conseil général, l'UMP s'allie au Modem et à l'UDI. Ainsi, depuis plusieurs semaines, Laurence Arribagé, secrétaire départementale de l'UMP 31 et Xavier Spanghero négocient avec Jean-Luc Lagleize (président du Modem 31) et Jean Iglesis (président de l'UDI 31) pour présenter une liste commune de 54 candidats (et 54 suppléants). L'accord est selon toutes les parties prenantes "historique".

"La droite et le centre peuvent gagner"

"Il y a encore deux mois, nous partions en campagne pour reprendre des positions. Aujourd'hui, nous partons en campagne pour gagner." Xavier Spanghero, secrétaire départemental adjoint de l'UMP 31, voit dans "l'effondrement du PS" une réelle chance pour la droite de remporter le Conseil général de Haute-Garonne en mars prochain, une terre pourtant acquise à la gauche depuis 1945. "Il y a encore deux mois, c'était un bastion imprenable. Mais la gauche est désunie et nous avons de notre côté conclu un accord unique avec le centre. Beaucoup de bastions PS vont sauter", prédit le cadre de l'UMP 31. "Il y a deux paramètres importants à prendre en compte, développe Jean Iglesis : le taux d'abstention et la montée du FN. Nous ne pouvions pas nous permettre de présenter séparément nos candidats. Il est important de faire front." Même si le président de l'UDI 31 avoue que "quelques arbitrages ont été compliqués sur certains cantons", aujourd'hui la campagne se fait "dans un esprit conquérant". Jean-Luc Lagleize, président du Modem 31, confirme que "le centre et la droite ensemble peuvent gagner le Conseil général", précisant "pas la droite seule".

Qui pour succéder à Pierre Izard en cas de victoire ?

"Tous les candidats qui ont déjà exercé des fonctions exécutives ou qui sont maires de leur commune peuvent prétendre à la présidence du Conseil général en cas de victoire", annonce Xavier Spanghero.

Ainsi, selon ce critère, Philippe Plantade (maire sans étiquette de Bruguières), Pierre-Alain Dinthilac (maire sans étiquette de Labastide-Clermont), Alain Sottil (ancien maire UDI d'Eaunes), Patrick Lasseube (ancien maire Modem de Saint-Lys), Louis Palosse (maire sans étiquette de Mauremont), Michel Aujoulat (ancien maire UMP de Cugnaux), Jean-Marc Dumoulin (maire de Villemur-sur-Tarn, apparenté UDI), Élisabeth Barral (maire sans étiquette de Clermont-le-Fort), Jennifer Courtois (maire sans étiquette de Rieumes), Magali Mirtain Schardt (maire sans étiquette de Castelmaurou), et Marie-Helène Champagnac (ancienne maire sans étiquette de Fronton) peuvent concourir.

Mais un nom revient avec plus d'insistance : celui d'Arnaud Lafon, maire Modem de Castanet-Tolosan depuis 2001. "C'est une personnalité qui a de l'étoffe", selon Jean-Luc Lagleize. Le principal intéressé ne cache pas son ambition : "Je suis disponible si je peux être une valeur ajoutée pour la droite et le centre. Je fais partie de ceux qui ont l'expérience et une vision pour le département", affiche Arnaud Lafon. "Mais pour le moment, l'objectif est de remporter ce département !"

Les candidats

Les conseillers départementaux sont élus au scrutin majoritaire binominal mixte. La droite présente donc 27 binômes en Haute-Garonne (54 candidats auxquels s'ajouteront 54 suppléants). Sur la liste qui sera présentée en janvier, et sous réserve de modifications, 19 candidats sont issus de l'UMP.
Huit candidatures sont réservées à l'UDI, sept pour le Modem, une pour Debout la République (Olivier Arsac). 19 candidats sont "sans étiquette", ou issus de la société civile. "Jean-Luc Moudenc voulait placer ses adjoints et maires de quartiers, des gens de terrain, c'est chose faite", commente Jean Iglesis.

Toulouse 1 : Christophe Alvès (UMP - maire de quartier Lardenne-Pradettes-Basso-Cambo), Marthe Marti (Modem - Maire de quartier Fontaine-Bayonne, Cartoucherie)

Toulouse 2 : Olivier Arsac (Debout La République- adjoint en charge de la sécurité à Toulouse), Ghislaine Delmond (sans étiquette - Maire de quartier Amidonniers, Compans-Cafarelli)

Toulouse 3 : Emilion Esnault (Sans étiquette), Hélène Costes-Dandurand (sans étiquette - Maire de quartier Bonnefoy - Roseraie - Gramont )

Toulouse 4 : André Ducap (UMP), Jacqueline Winnepenninckx (Modem - Maire de Les Chalets, Bayard, Belfort, Saint-Aubin, Dupuy )

Toulouse 5 : Jean-Louis Chavoillon (UMP), Florie Lacroix (UDI - Maire de quartier Rangueil, Sauzelong, Pech-David, Pouvourville)

Toulouse 6 : Franck Biasotto (Sans étiquette - Maire de quartier Saint-Cyprien Croix-de-Pierre - Route d'Espagne), Marie-Jeanne Fouqué (sans étiquette - Maire de quartier Mirail, Reynerie, Bellefontaine)

Toulouse 7 : Laurent Laurier (UDI), Anne Boriello (UMP)

Toulouse 8 : Maxime Boyer (UMP - Maire de quartier du secteur Minimes-Barrière de Paris-Pont-jumeaux), Françoise Roncato (sans étiquette - Maire de quartier Trois Cocus, Borderouge, Croix-Daurade, Paleficat, Grand Selve)

Toulouse 9 : Laurent Lesgourgues (UMP - Maire de quartier Jolimont, Soupetard, Bonhoure), Christine Genarro (UMP)

Toulouse 10 : Jean-Baptiste de Scorraille (UMP - Maire de quartier Côte Pavée, L'Hers, Limayrac), Sophie Lamant (UDI)

Toulouse 11 : Serban Iclanzan (UMP), Marion Lalanne de Laubadère (sans étiquette)

Auterive : Gérard Oneda (UDI), Françoise Borret (sans étiquette)

Escalquens : Hervé Bocco (UDI), Chantal Gauthier (UMP)

Léguevin : Jean-Marc Valette (UMP), Patricia Pialet (UDI)

Muret : Alain Sottil (UDI), Alexandra Bernard (UMP)

Tournefeuille : Michel Aujoulat (UMP), Sylvie Deguine (Modem)

Portet-sur-Garonne : Eric Gautier (Modem), Élisabeth Pouchelon (UMP)

Castanet-Tolosan: Arnaud Lafon (Modem), Elisabeth Barral (sans étiquette)

Castelginest : Philippe Plantade (sans étiquette), Claudine Machado (sans étiquette)

Plaisance-du-Touch : Patrick Lasseube (Modem), Florence Fabry (UMP)

Blagnac : David Gerson (UMP), Marie-Agnès Espa (Modem)

Saint-Gaudens : Philippe Casamitjana (UMP), Martine Rieugriffe (UMP)

Cazères : Pierre-Alain Dinthilac (sans étiquette), Jennifer Courtois-Périssé (sans étiquette)

Pechbonnieu : Jean-Bernard de Cools (UMP), Magali Mirtain-Schardt (sans étiquette)

Bagnère de Luchon : Philippe Maurin (UDI) + place réservée pour une femme UMP

Villemur-sur-Tarn : Jean-Marc Dumoulin (sans étiquette), Marie-Hélène Champagnac (sans étiquette)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2015 à 0:42 :
Parmi les plus anciens conseillers départementaux (Elu et réélu 4 fois) Jean-Marc DUMOULIN fait figure de favori tout comme Arnaud LAFON pour la Présidence du département de haute Garonne. Toutefois Jean-Marc DUMOULIN de par son ancienneté et sa grande connaissance des dossiers qu'il a mis déjà au service de la commune (VILLEMUR sur Tarn) dont il est Maire paraît être le plus à même de conduite la Haute Garonne à l'issue de cette élection départementale.
Réponse de le 16/03/2015 à 23:32 :
Jennifer Courtois-Périssé et Arnaud Lafon sont les 2 favoris pour la présidence car ils affichent un charisme et un savoir-faire que Jean-Marc Dumoulin est loin d'avoir.
Arnaud Lafon devra son élection au titre suprême à son étiquette MODEM qui placerait le département vers l'ouverture pour lui permettre de ratisser plus large aux prochaines élections. Jennifer Courtois-Périssé par sa jeunesse et son élan affiche une fraîcheur que la classe politique apprécierait pour redonner de la crédibilité à la politique dans le département. Jean-Marc Dumoulin, élu 4 fois au département, n'a jamais vraiment eu d'opposition à ce niveau. Il a brigué son premier mandat face à Léon Eeckhoutte qui, bien qu'ancien président du conseil général, affichait près de 84 ans et quiconque aurait gagné face à lui. Jean-Marc Dumoulin a toujours essuyé des défaites à la mairie de Villemur avant de profiter de la vague bleue ou anti-rose pour se faire enfin élire en 2014.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :