Aéronautique : la loi Climat met-elle en danger l'avion (du futur) ?

 |  | 1320 mots
Lecture 7 min.
Le projet de loi Climat, un frein à l'émergence de l'avion décarboné ?
Le projet de loi Climat, un frein à l'émergence de l'avion décarboné ? (Crédits : Airbus)
Des députés se mobilisent contre le projet de loi Climat, actuellement étudié à l'Assemblée Nationale. Selon eux, l'interdiction des courtes liaisons aériennes intérieures, prévue dans ce texte, pourrait freiner le développement de l'avion décarboné espéré pour 2035. Un objectif qui passera forcément par des démonstrateurs légers, que veulent faire émerger l'Aerospace Valley et la région Occitanie à travers le nouveau cluster Maele. Immersion au coeur de ce débat.

"Un texte suicidaire pour l'aéronautique français". Voilà les mots du député MoDem de la deuxième circonscription de Haute-Garonne, Jean-Luc Lagleize, à propos du projet de Loi Climat, actuellement voté en commission spéciale à l'Assemblée Nationale. Lui et "une cinquante d'autres députés, de tous horizons", pointent du doigt les articles 35 à 38 de cette future Loi Climat. Pour mémoire, cette loi émane des travaux de la Convention citoyenne pour le climat regroupant 150 citoyens.

Le premier de ces quatre articles - qui visent à limiter les émissions du transport aérien et favoriser l'intermodalité entre le train et l'avion - consiste à faire que "le transport aérien s'acquitte d'un prix du carbone suffisant à partir de 2025", selon le texte de loi. Une disposition dans la continuité de l'article 38 qui doit créer un système de compensation progressif des émissions de carbone pour les compagnies qui opèrent des vols intérieurs. Enfin, l'article 37 empêchera, à l'avenir, l'agrandissement des aéroports en France et donc leur capacité d'accueil.

"La Convention Citoyenne pour le Climat a été installée en octobre 2019, dans une période où le transport aérien était en croissance de 8% chaque année en moyenne. Désormais, nous vivons dans un autre monde et ces articles sont anachroniques. De part la baisse du trafic aérien, le problème écologique n'existe plus aujourd'hui ! Nous devons faire en sorte que le transport aérien redémarre. Ces quatre articles sont très intéressants oui, mais peut-être pour 2028 plutôt. Il faut envisager un report pour les jours où ça ira mieux", justifie le député du département qui héberge l'avionneur Airbus et un riche tissu de sous-traitants.

Lire aussi : Le Covid-19 va-t-il faire payer à Toulouse sa dépendance à la filière aéronautique ? Enquête.

Devant la crainte de renforcer "l'aerobashing", les dirigeants de la filière ne se pressent pas pour commenter cette prise de position de ces élus français. Et pour ceux qui le font, ces textes sont injustifiés.

"Est-ce vraiment l'avion qui pollue le plus comme moyen de transport ? Quand je regarde les chiffres, j'ai du mal à comprendre cette stigmatisation. De plus, nous savons tous que l'avion est en train de se verdir en étant moins énergivore, tout comme la filière aéronautique dans son ensemble. Mais s'il faut aller plus vite, il faut alors augmenter les dispositifs de soutien à la R&D et l'innovation", réagit dans ce contexte Alain Di Crescenzo, le dirigeant de l'éditeur de logiciels IGE+XAO et président de la CCI Occitanie. "Le transport aérien consomme quatre litres au cent par passager voire seulement deux pour les nouveaux Airbus A320, contre six à sept pour la voiture", ajoute le député de la Gironde Benoit Simian (Libertés et Territoires).

La fermeture des petites liaisons aériennes, un problème ?

En attendant l'examen de ces articles au sein de l'Assemblée Nationale, début avril, certains des députés porteurs de cette initiative - qui ont tenu une conférence de presse le 16 mars pour "donner l'alerte" - ont fait savoir que des amendements de retrait ont déjà été déposés.

"Nous ne sommes pas contre la transition écologique, mais il y a aussi un contexte à prendre en compte", a ainsi plaidé à cette occasion le socialiste Joël Aviragnet, lui aussi élu en Haute-Garonne

Lire aussi : Aéronautique : le Sud-Ouest perd près de 6.000 emplois en neuf mois

Et il est sans appel : selon la banque de France en Occitanie, territoire qui héberge la majorité des emplois du secteur, l'industrie aéronautique régionale a vu son chiffre d'affaires reculer de -33% en 2020, tout comme elle a perdu -12% de ses effectifs. Par ailleurs, ce secteur endommagé travaille, grâce en partie aux différents soutiens financiers apportés par France Relance, sur l'avion du futur, à savoir un avion zéro émission à horizon 2035. Là encore, les députés sont vent debout contre l'article 36, qui prévoit d'interdire les liaisons aériennes intérieures quand il existe une alternative ferroviaire de moins de deux et trente minutes. Selon les élus, ce texte freinera le développement de l'avion décarboné.

"L'interdiction des vols courtes distantes ne fera qu'handicaper l'émergence de l'avion du futur. Son développement, pour arriver au gabarit d'avion que nous avons actuellement, passera par des petits avions de 10 à 12 places, qui se déplaceront d'aéroport en aéroport au début. Seulement, si vous supprimez ce marché, les entreprises n'y verront aucun intérêt à le développer, ou du moins en France. Nous risquons de faire fuir de l'activité économique à l'étranger", s'inquiète Jean-Luc Lagleize.

"Je partage cette vision. Les vols intérieurs seront le premier marché de l'avion propre dans un petit pays comme la France. Au-delà du frein à l'innovation que cela peut engendrer, la fermeture de ces lignes intérieures peut avoir de graves conséquences pour le trafic sur les longs courriers et les vols intercontinentaux. Par exemple, une personne qui vit à Bordeaux et qui veut aller à New-York doit passer par Roissy. Si vous supprimez cette liaison aérienne Bordeaux-Paris, les Bordelais vont se rediriger vers Madrid, Rome ou Londres plutôt. Cette fuite du trafic pourrait être périlleuse pour notre compagnie française Air France au moment de la reprise du trafic aérien", projette Nicolas Bonleux, managing director et chief commercial officer, chez Liebherr Aerospace & Transportation. Malgré la chute d'activité, ce sous-traitant aéronautique a d'ailleurs récemment fait savoir qu'il allait rapatrier à Toulouse la production d'un élément essentiel dans la quête de l'avion décarboné. "Avant l'urgence écologique, il y a l'urgence de continuer à exister pour ces acteurs, et en bonne santé pour qu'ils dégagent de l'argent et investissent dans la recherche pour l'avion de demain", poursuit le député Jean-Luc Lagleize.

Lire aussi : Avec France Relance, Liebherr Aerospace rapatrie à Toulouse une production cruciale pour l'avion décarboné

L'Aerospace Valley réunit les acteurs de l'avion léger de demain

Ces derniers mois, les initiatives autour du futur avion décarboné se multiplient, notamment autour des petits aéronefs. Ce frémissement a ainsi poussé le pôle de compétitivité de la filière aéronautique et spatiale, l'Aerospace Valley, a créé le cluster Maele dans le but de rendre concrète ces nombreuses initiatives.

Lire aussi : Aerospace Valley lance un cluster dédié à l'aéronautique de demain

"Maele sera un groupement d'entreprises qui ont une convergence d'intérêts sur le développement d'un avion léger complètement décarboné. L'idée est d'accompagner les sociétés vers cet objectif avec, pourquoi pas, l'ambition d'être des fournisseurs de systèmes et de sous-systèmes de l'Airbus de demain qui sera aussi décarboné", avait ainsi expliqué Yann Barbaux, le président du pôle, lors de la présentation de cette initiative en novembre dernier.

Afin de concrétiser ce nouveau consortium et de mettre en avant rapidement ses acteurs pour "saisir des opportunités", comme l'espère Yann Barbaux, "son" Aerospace Valley et la région Occitanie se sont associés dans le cadre d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour "le développement de démonstrateurs d'avion vert dans l'aviation légère", avec un budget de dix millions d'euros. "Ces travaux permettront d'accélérer l'émergence de l'avion vert, en complémentarité avec ceux réalisés par le Corac et Cleansky, le futur programme européen vers l'aviation verte commerciale", précise de son côté la collectivité. Cette même région doit d'ailleurs accueillir d'ici 2024 un technocampus de l'hydrogène, dédié à l'avion décarboné, en s'appuyant sur la filière hydrogène émergente sur son territoire.

Lire aussi : Un drone à hydrogène liquide pour traverser l'Atlantique, ou le pari de Delair et de l'Isae

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2021 à 8:52 :
Ce ne sont pas les trains qui vont être favorisés, ce sont les voitures. Donc le moyen le plus pollueur au monde.
Le savoir-faire Français est pénalisé et c'est la concurrence qui va être avantagé.
Cette loi aurait pu attendre que la crise covid passe..
a écrit le 19/03/2021 à 20:05 :
Le transport aérien génère environ 2% des émissions carbone de la planète. C'est un moyen de transport extrêmement efficient de ce point de vue. Par ailleurs la France a un vrai savoir faire industriel en la matière. Répéter à loisir des inepties sur l'aéronautique est tout simplement grotesque. Quant aux soit-disant machins zéro émission demandez vous d'où vient l'électricité ou l'hydrogène tant vantés et on en reparle. Ce genre de commentaire ne sert que nos compétiteurs.
a écrit le 19/03/2021 à 11:58 :
Ce qui pose particulièrement problème, c'est que cette interdiction de vols court courrier est basée sur une volonté dogmatique : dès lors, la loi ne peut être qu'ubuesque ! (ainsi un vol court courrier électrique, donc 0 carbone, sera interdit !)
Il faudrait, à minima, que la règle puisse s'adapter à une évolution technologique, en interdisant les vols produisant plus de x quantité de CO² par personne/km... mais dans ce cas là, l'équité voudrait que la même règle s'applique aux voitures !!!
. . . et puis,pour le fret, même règle, mais qui doit s'appliquer aux camions !! Je laisse le soin aux écolo d'aller annoncer la bonne nouvelle aux routiers !! (on va voir jusqu'où va leur courage politique !!! )
a écrit le 19/03/2021 à 10:48 :
A t on vraiment besoin des avions et des automobiles? Là est la question! Notre société est organisé autour de ces deux moyens de locomotion, alors qu'il suffit de rapprocher les lieux de productions/distributions et de consommations pour limiter les déplacements!
a écrit le 19/03/2021 à 10:01 :
L'avion du futur pourra voler avec du carburant de synthèse dont la production devient de plus en plus compétitive. La loi climat sera donc un accélérateur pour l'adoption des nouvelles technologies.
a écrit le 19/03/2021 à 9:35 :
L'avion, toujours plus, est une calamité écologique, un non sens économique. Par quelque bout de la lorgnette qu'on regarde, la pléthore d'avion est un facteur aggravant. Certes, le secteur aéronautique participe à l'activité économique industrielle, touristique. Pour cette dernière activité, l'avion est un désastre.
a écrit le 19/03/2021 à 9:24 :
Faudrait voir s'ils n'ont pas des comptes dans des paradis fiscaux avant de les écouter. Première des priorités si on veut sauver la france de la cupidité pathologique de notre dictature financière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :