Grand débat national : Carole Delga ne veut pas d'un "semblant de consultation"

 |   |  561  mots
Carole Delga appelle le gouvernement à plus de démocratie participative.
Carole Delga appelle le gouvernement à plus de démocratie participative. (Crédits : Rémi Benoit)
À l'occasion de ses vœux à la presse toulousaine, la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, est revenue sur la lettre aux Français d'Emmanuel Macron, publiée dimanche 13 janvier. L'élue appelle à plus de démocratie participative et à un développement ferroviaire pour répondre au sentiment de fracture territoriale.

"Emmanuel Macron doit changer de logiciel, sortir du mépris, aller vers un mode de relation différent avec les citoyens, moins vertical, moins dans l'arrogance", a plaidé ce lundi 14 janvier depuis l'hôtel de Région à Toulouse la présidente, Carole Delga, à l'occasion de ses vœux à la presse. Cette prise de parole intervenait au lendemain de la publication d'une lettre aux Français dans laquelle le président de la République précise notamment les contours du "grand débat national" qui doit s'ouvrir mardi 15 janvier dans l'Eure, avant une deuxième rencontre prévue avec les élus du Lot ce vendredi.

Lire aussi : Que vient faire Emmanuel Macron à Toulouse et en Occitanie ?

Reçue à l'Élysée jeudi dernier, l'élue régionale a exprimé son souhait d'éviter "un semblant de consultation". Pour Carole Delga, la démocratie représentative doit être couplée à une démocratie participative, la socialiste soulignant qu'elle a elle-même mis en œuvre cette stratégie (par exemple pour le choix du nom de la région ou au travers de la consultation sur l'alimentation).

Sur le fond, elle juge :

"Le mouvement des gilets jaunes montre un profond sentiment d'injustice et l'impression qu'on donne plus à ceux qui ont déjà beaucoup. C'est l'idée que la mondialisation heureuse ne profite qu'aux élites et se concentre autour des métropoles, alors qu'ailleurs les services publics sont menacés de fermeture".

Dans cette perspective, Carole Delga a appuyé auprès du chef de l'État l'importance de développer le réseau ferroviaire régional, notamment via la création d'une LGV Bordeaux-Toulouse. "Face à la saturation urbaine, une ligne nouvelle est la solution pour créer un RER du nord toulousain", estime la présidente de Région. Pour le moment, le calendrier et les modalités de financement de cette LGV n'ont pas été tranchés.

Lire aussi : Carole Delga alerte sur la saturation du trafic ferroviaire autour de Toulouse

La Région Occitanie veut le contrôle des lignes de trains et de cars

La responsable politique a également demandé à ce que la Région récupère la maîtrise d'ouvrage des lignes ferroviaires pour accélérer l'avancement des projets.

"Nous nous sommes engagés à financer 91% des travaux sur six lignes régionales et nous sommes confrontés à un blocage de la SNCF notamment sur le financement des 9% restants alors que la Région pourrait financer cette somme. J'ai envie de dire stop, que l'État transfère la maîtrise d'ouvrage aux Régions.

De la même manière, pour le développement des cars, nous devons collaborer avec quatre propriétaires d'infrastructures (l'État pour les routes nationales, la Métropole pour la voirie, le Département et les autoroutes). Si nous avions la maîtrise d'ouvrage, nous pourrions mettre en place des voies réservées aux cars et au covoiturage pour éviter qu'ils soient bloqués dans les bouchons", a-t-elle avancé.

Dans la même lignée, Carole Delga souhaite la création d'un syndicat régional des transports publics, à l'image du Stif en Ile-de-France qui réunirait les Métropoles, les intercommunalités, les Départements.... Aujourd'hui, dans l'agglomération toulousaine, ces questions sont gérées par Tisséo (regroupant des représentants de Toulouse Métropole, du Sicoval et du Muretain).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2019 à 8:42 :
Oui un tissu ferroviaire de transport en commun qui par ailleurs pourrait facilement être rentabilisé via des locomotives autonomes et autres navettes génèrerait une bien meilleure mobilité et un sentiment moins grand d'abandon c'est certain.

Par contre je ne comprends toujours pas que l'on donne autant d'importance aux bus qui consomment et polluent beaucoup, générant de nombreux accidents mortels sans parler de la destruction de nos infrastructures routières du fait de leurs poids.
a écrit le 15/01/2019 à 13:57 :
Madame,

je crois que le gouvernement met en ligne une interface pour rédiger ce que vous exprimez via la presse. Vous êtes une citoyenne comme les autres et donc vous êtes priée de faire les choses comme vos concitoyens. Respectez la proposition du gouvernement et vous critiquerez ensuite. C'est trop facile de hurler au loup chaque fois qu'une initiative vous dérange. Donnez l'exemple au lieu de passer la brosse à un mouvement qui doit laisser maintenant parler TOUS les français.
a écrit le 15/01/2019 à 13:24 :
Des hommes et des dieux ... la France compte pour du beurre . Si on continue ce sera dans l'ordre Bruxelles , les marchés financiers et le FMI ... bons courage au pouvoir d'achat !
Exemple de notre crétinisme . On va évaluer le 80 km/h . Comme tous les radars sont nases on peut deviner le résultat ...
Pour être cosmonaute aux US il faut être marie avec des enfants . Et pour être Président?
Réponse de le 15/01/2019 à 14:29 :
Votre dernière remarque est tout simplement ignoble !
Au delà d'éventuelles stérilités, la liberté individuelle est sacrée et d'ailleurs, c'est le premier mot de notre devise nationale.
On mesure immédiatement à votre référence aux USA, un profil de bien-pensant anglo-saxon bon chic bon genre, un WASP dans toute sa médiocrité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :