Migrants : Jean-Luc Moudenc convoque une réunion de crise des grandes villes de France

Jean-Luc Moudenc, président de l'Association des Maires de Grandes Villes de France (AMGVF) convoque, mercredi 9 septembre à Paris, une réunion extraordinaire sur la crise migratoire. Par ailleurs, le maire Les Républicains de Toulouse estime que l’accueil de réfugiés ne relève pas d'initiatives locales, mais est une responsabilité de Paris et Bruxelles. Une position à contre-courant des appels à la solidarité lancés localement.
Jean-Luc Moudenc convoque les maires des grandes villes de France mercredi 9 septembre à Paris
Jean-Luc Moudenc convoque les maires des grandes villes de France mercredi 9 septembre à Paris (Crédits : Rémi Benoit)

Jean-Luc Moudenc a réagi pendant le week-end à la crise des migrants, qui fait la une de l'actualité depuis la diffusion de la photo du jeune Aylan Kurdi, échoué sur une plage turque en tentant de fuir la Syrie.

Alors que le maire de Toulouse n'a pas souhaité s'exprimer la semaine dernière, il a finalement communiqué pendant le week-end.

Au nom des maires des grandes villes de France

Via un communiqué de presse, Jean-Luc Moudenc, qui est également président de l'Association des Maires de Grandes Villes de France (92 adhérents), a fait savoir qu'il convoque une réunion de crise de l'association ce mercredi 9 septembre à Paris. Selon l'AMGVF, cette réunion fait suite au courrier du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, aux maires de France, les invitant à prendre part à l'accueil des réfugiés.

"L'émotion que soulève les récents événements est partagée par l'ensemble de mes collègues élus locaux de gauche comme de droite. Il nous faut réagir en décideurs, garants du vivre ensemble dans nos grandes villes. La situation est trop grave pour s'en tenir à une approche émotionnelle au risque d'y apporter des réponses ponctuelles, isolées, trop souvent incohérentes, sans réelles garanties", déclare ainsi Jean-Luc Moudenc.

L'entourage du maire fait savoir que Jean-Luc Moudenc ne prendra pas seul l'initiative d'accueillir à Toulouse certains des 24 000 réfugiés que pourrait accueillir la France (annonce de François Hollande ce matin). " Il se prononcera après la concertation avec les maires des grandes villes de France, il ne prendra pas de décision en solo". Des annonces pourraient ainsi être faites mercredi.

En tant que maire de Toulouse

Cette stratégie conforte ce que Jean-Luc Moudenc a écrit sur facebook ce weekend. Le Les Républicains de Toulouse a donné sur le réseau social sa position sur l'éventuel accueil de réfugiés syriens dans la Ville rose. Pour lui, c'est à Paris et Bruxelles que reviennent les responsabilités :

"La vérité commande aujourd'hui de reconnaître et d'affirmer que l'échelle d'action pertinente pour gérer cette situation est d'abord européenne et internationale. C'est à ces niveaux que doivent être prises les décisions cruciales pour faire cesser cette tragédie. Les responsabilités premières sont à Bruxelles et à Paris.

Il ne serait pas responsable à l'égard des migrants, comme des Toulousains, tous sensibles à leur tragédie, de lancer des initiatives isolées, ou de proclamer des engagements fragiles et sans garantie."

Pour rappel, le député PS de Haute-Garonne Christophe Borgel a demandé aux maires de sa circonscription d'accueillir des réfugiés. Par ailleurs, une manifestation intitulée "Refugees Welcome", organisée par le NPA, a réuni 1 000 personnes dans le centre-ville de Toulouse samedi 5 septembre.

De son côté, l'ancien maire de Toulouse Philippe Douste-Blazy, secrétaire général adjoint des Nations Unies et président d'Unitaid, propose d'instaurer une taxe sur les transactions financières.

Enfin, Pierre Cohen, président de la Fédération Nationale des Élus Socialistes et Républicains (FNESR) et ancien maire de Toulouse s'est associé à Jean-Christophe Cambadélis (premier secrétaire du PS) pour construire "un réseau de villes solidaires prêtes à s'engager à accueillir des familles sur leur territoire".

Les annonces de François Hollande

Ce lundi matin, en conférence de presse, le président de la République a annoncé que la France allait accueillir 24 000 réfugiés sur les deux prochaines années. François Hollande a chiffré à 60 000 le nombre de demandeurs d'asile en France en 2015. Il s'est aussi dit prêt à accueillir "plusieurs centaines voire un millier" d'immigrés tout juste arrivés en Allemagne en provenance de Hongrie.

La France va également proposer d'organiser une conférence internationale sur le sort des réfugiés et déplacés dans le monde, à Paris. Par ailleurs, un débat au Parlement sur les réfugiés sera organisé "dans les jours qui viennent".

Concernant une intervention militaire en Syrie contre Daech, le chef de l'État a pour la première fois annoncé des "vols de reconnaissance" de l'aviation française dès mardi, "pour permettre des frappes contre Daech en Syrie".

En revanche, il serait selon lui "inconséquent et irréaliste" d'envoyer des troupes françaises en Syrie au sol.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 08/09/2015 à 13:48
Signaler
Le chômage n'est pas prêt de baisser au contraire. De plus je m'inquiète des SDF français cet hivers.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.