Sécurité à Toulouse : "Beaucoup de paroles et pas de ligne directrice", dénonce le PS

 |   |  482  mots
Le PS dénonce la politique en matière de sécurité de Jean-Luc Moudenc, créant la défiance plus que la confiance
Le PS dénonce la politique en matière de sécurité de Jean-Luc Moudenc, "créant la défiance plus que la confiance" (Crédits : Rémi Benoit)
La politique de Jean-Luc Moudenc en matière de sécurité fait réagir dans les rangs de la gauche, à quelques jours des départementales. Le socialiste Joël Carreiras évoque "un discours qui glisse davantage vers Béziers que vers Montpellier". Un autre élu de l’opposition, Romain Cujives affirme qu’il n’a "aucun problème à parler de sécurité" mais que le maire UMP de Toulouse "communique beaucoup, mais manque d’une ligne directrice".

Une photo pleine page de policiers en une, et un dossier de 12 pages sur la sécurité. Pour l'élu socialiste Joël Carreiras, le dernier numéro du magazine municipal À Toulouse est la goutte d'eau qui fait déborder le vase :

"Quand je mets bout à bout les discours et les actes de Jean-Luc Moudenc, je constate que son centre de gravité glisse davantage vers Béziers que vers Montpellier. La non vaccination des chiens pour les SDF, le déplacement du marché des précaires, la suspicion sur les mariages mixtes, le refus d'exposer les dessins de la BD "Crocodiles" et tout son discours autour de la sécurité créent un climat de défiance, là où l'on a besoin de confiance."

Pour Joël Carreiras, cette "droitisation" du discours de Jean-Luc Moudenc n'est pas anodine, à quelques jours des départementales : "Tous ces signaux sont envoyés au noyau dur de l'électorat de l'UMP, qui a tendance à se déplacer vers le FN. C'est une stratégie électorale. On sait que chasser sur les terres du FN est un enjeu national pour l'UMP."

"La gauche doit parler de sécurité"

Romain Cujives est lui aussi élu d'opposition à la Mairie de Toulouse. Pour lui, il n'y a rien de scandaleux à mettre en valeur la police municipale dans le magazine de la ville : "La sécurité est fondamentale, la police n'est pas un accessoire. Je ne suis pas contre dire que l'insécurité est insupportable et qu'elle touche les plus faibles."

Mais communiquer, cela ne suffit pas selon Romain Cujives.

"Que Jean-Luc Moudenc communique sur la sécurité, pourquoi pas.
Mais dire que l'on va agir, ce n'est pas agir. Tout le monde sait bien que ce n'est pas en équipant les policiers de motos ou en posant des caméras que l'on va régler le problème. Le maire cherche-t-il à exploiter la question de la sécurité à des fins électorales ? Je me pose la question. Quelle est la ligne directrice de Jean-Luc Moudenc ? Où va-t-on ? Quelle est sa vision ? Une politique de long terme ne fonctionne pas qu'avec des coups."

L'élu d'opposition appelle de ses vœux à un débat "clair et sérieux" sur la sécurité, et n'hésite pas à faire l'autocritique du PS :

"La gauche a longtemps été trop naïve et angélique en ne voulant pas parler de sécurité. Pourtant, la sécurité, l'ordre, sont des valeurs de gauche, des valeurs de la République."

Pour rappel, la sécurité est la priorité de Jean-Luc Moudenc "avec l'école et la politique de la ville dans les quartiers", comme il l'a rappelé vendredi dernier avant le conseil municipal. Il a prévu de doubler d'ici à la fin de son mandat le nombre de policiers municipaux pour atteindre 150.

En savoir plus :

Le magazine À Toulouse consacré à la sécurité :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :