TLT : le groupe socialiste de Toulouse Métropole demande à Jean-Luc Moudenc la reconduction du contrat d’objectifs et de moyens

 |   |  467  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
Le président du groupe socialiste à Toulouse Métropole Claude Raynal a écrit ce matin à Jean-Luc Moudenc pour lui demander de reconduire le contrat d’objectifs et de moyens (COM) qui lie TLT, la chaîne locale toulousaine, à Toulouse Métropole. Une demande qui intervient une semaine avant l’audience du Tribunal de commerce de Toulouse relative à l’avenir de la chaîne.

Dans un courrier adressé à Jean-Luc Moudenc, vendredi 27 février, Claude Raynal, président du groupe socialiste à Toulouse Métropole, sollicite auprès du maire de Toulouse une "prise de position favorable quant à la poursuite du contrat d'objectifs et de moyens entre Toulouse Métropole et TLT". Selon lui, la reconduction du COM pourrait être un "élément déterminant permettant d'éviter la liquidation judiciaire le jour de l'audience". La chaîne de télé locale, sous le coup d'un plan de continuation (procédure judiciaire qui doit lui permettre de régler ses dettes au fur et à mesure chaque mois) sera une nouvelle fois l'objet d'une audience devant le Tribunal de commerce de Toulouse le 6 mars prochain.

"En ce qui me concerne, et s'il en était besoin, je vous fais part de mon accord formel pour que vous engagiez Toulouse Métropole sur cette position", a assuré Claude Raynal à Jean-Luc Moudenc dans son courrier.

Pour le président du groupe socialiste à Toulouse Métropole, qui vient de rencontrer les salariés de TLT, Toulouse Métropole doit prendre sa décision avant l'audience de vendredi 6 mars. "Je ne souhaite pas d'un tribunal qui liquide discrètement sans aucun débat des collectivités. Le problème ne doit pas être réglé sous l'angle juridique, mais politique."

Un million d'euros de dette

Le COM qui lie Toulouse Métropole et TLT - d'un montant de 400 000 euros - a pris fin en décembre 2014. "La proposition de COM doit d'abord être instruite par les commissions Culture et Finance de la métropole", affirmait fin janvier Antoine Grézaud, directeur de cabinet du maire de Toulouse à La Tribune-Objectif News. C'est Sacha Briand, vice-président de Toulouse Métropole en charge des Finances, qui décidera du montant de cette subvention si son renouvellement est acté.

La chaîne locale toulousaine vit aujourd'hui en partie sous perfusion grâce aux subventions reçues dans le cadre de contrats d'objectifs et de moyens. Au printemps dernier, la Ville a décidé de reconduire le COM qui l'unit à TLT et versera 2,1 M€ sur trois ans : 700 000 euros les deux prochaines années et 300 000 euros en 2017.

Mais TLT affiche un déficit de 200 000 euros et une dette de 1 million d'euros. Selon nos informations, la chaîne ne peut plus payer son loyer. De son côté, la Ville de Toulouse a clairement expliqué qu'elle cherchait un nouvel actionnaire. "Soit les collectivités investissent massivement - ce qui n'est pas possible - soit TLT trouve un nouvel actionnaire", expliquait Antoine Grézaud.

Parmi les repreneurs potentiels, Christophe Musset. Le PDG du groupe Media Sud (qui possède les chaînes locales de Marseille, Toulon et Montpellier entre autres) avait envoyé, lui aussi, une lettre d'intention à Jean-Luc Moudenc il y a déjà plusieurs mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :